Volkswagen GTI Roadster

volkswagen-gti-roadster-1Lors des légendaires rencontres du Wörthersee (du 28 au 31 mai), Volkswagen opère la fusion entre les mondes virtuel et réel. La toile de fond : en première mondiale, l’inventeur de la Golf GTI présente un Show Car conçu à l’origine seulement en bits et en bytes pour le jeu vidéo « Gran Turismo 6 » (GT6), un classique de la console PS3 de Sony : le « Roadster GTI, Vision Gran Turismo ». Ce biplace découvert est propulsé par un biturbo V6 de 3 l de cylindrée développant une puissance de 370 kW ou de 503 Ch. De 4000 à 6000 tr/min., ce V6-TSI délivre un couple maximum de 560 Nm, dont 500 sont déjà fournis par l’injection directe à partir de 2000 tr/min. Cette fougue est transmise aux 4 roues motrices (4MOTION) de 20 pouces par une boîte à double embrayage (DSG) 7 rapports. 3,6 secondes suffisent pour propulser à 100 km/h les 1420 kg de cette super sportive, sa vitesse maximum étant de 309 km/h !

[slideshow id=451]Volkswagen et Sony. Le « Roadster GTI, Vision Gran Turismo » est le fruit d’une collaboration entre Volkswagen et Sony Computer Entertainment. Klaus Bischoff, le responsable du service design, déclare à ce sujet : « Lorsque Sony nous a demandé si, à l’occasion du 15e anniversaire du « Gran Turismo », nous ne souhaiterions pas développer un véhicule GTI rien que pour ce jeu, nous n’avons pas hésité un seul instant. » Nous avons aussitôt organisé un concours interne ouvert aux jeunes designers maison et les projets ont été évalués par Klaus Bischoff et Kazunori Yamauchi. Directeur de Polyphony Digital et Vice-Président de Sony Computer Entertainment, ce dernier est considéré comme l’inventeur du jeu « Gran Turismo ».

Kazunori Yamauchi est un fan de GTI. Le parc automobile du Japonais comprend plusieurs super voitures de sport, parmi lesquelles l’icône de toutes les sportives compactes, la Golf GTI. Bischoff et Yamauchi ont au final choisi de développer deux projets. Malte Hammerbeck et Domen Rucigaj en ont dessiné l’extérieur, Guillermo Mignot, l’intérieur, exclusivement sur ordinateur. Même le modèle en 3D a été réalisé uniquement par informatique.

La GTI, du jeu sur PS3 à la réalité. En compagnie d’autres dessinateurs et dessinatrices, les trois collègues ont constitué un groupe de travail : « Vision GTI-GT6 ». Quelques semaines plus tard, le Roadster GTI, Vision Gran Turismo était terminé et, le 26 mai, Sony et Volkswagen révélaient la version destinée au monde virtuel, de la PlayStation®3. Le  29 mai, à peine trois jours plus tard, une nouvelle sensationnelle faisait l’effet d’une bombe : Volkswagen transposerait à la réalité le Roadster GTI virtuel, conçu pour la console PS3, et présenterait au rassemblement de Reifnitz, en Autriche, une véritable sportive d’exception, comme hommage aux fans de la Golf GTI, et aussi à ceux du GT6. À partir de mi-juin, ces derniers pourront télécharger le Roadster GTI, Vision Gran Turismo sur leur console.

La GTI la plus spectaculaire de tous les temps. Lors de la conception du Roadster GTI pour le jeu GT6; les designers de Volkswagen ont pu donner libre cours à leur imagination sans se préoccuper des contraintes de fabrication d’une série (faisabilité et prix de vente, entre autres), ils ont imaginé la Golf GTI la plus spectaculaire de tous les temps. Pour Klaus Bischoff,  « ce projet offre une possibilité magnifique de mettre au point des idées extrêmes et de dessiner les éléments d’une GTI de la manière la plus vivante, la plus dynamique et la plus émotionnelle possible. Le design très original et le soin apporté aux détails reflètent le standard de haute qualité partagé par les marques Volkswagen GTI et Gran Turismo sur PlayStation 3 de Sony. Nous avons tous pris un énorme plaisir à créer un véhicule qui laissera aux joueurs un souvenir inoubliable du monde des GTI ».

GTI W12-650, Design Vision GTI , Roadster GTI. Avec le « Roadster GTI, Vision Gran Turismo », Volkswagen poursuit de façon révolutionnaire le développement du projet présenté en 2013 au Wörthersee : « Design Vision GTI » ; la marque allemande le réinvente et en fait une vision futuriste du roadster. Le véhicule est totalement repensé, même si la Design Vision GTI de 2013 en donnait déjà un avant-goût. Volkswagen révèle– pour la première fois depuis la Golf GTI W12-650, présentée en 2007 au Wörthersee – la vision d’une GTI taillée pour la course. Il est à noter qu’un des points forts du modèle 2013 résidait dans les montants de custode et les bas de caisse très profilés. Les designers les ont disposés en saillie de la carrosserie, comme des éléments indépendants, afin de réserver de l’espace aux jantes 20 pouces, sensiblement plus larges et conçues ad hoc. Atteignant les 300 km/h, la Design Vision GTI paraît homogène malgré l’importance des modifications ; on a même l’impression que la fabrication d’une petite série destinée à la compétition pourrait commencer dès demain. Malgré toutes les libertés esthétiques prises, les designers n’ont pas dérogé aux codes génétiques du design Volkswagen. Le Roadster GTI, Vision Gran Turismo n’est ni plus ni moins qu’une extraordinaire GTI biplace découverte reprenant l’idée – et c’est là le point essentiel – des montants de custode et des bas de caisse très profilés (en carbone).

Proportions extrêmes. Les deux projets retenus révèlent le potentiel de l’adn du design Volkswagen et les magnifiques promesses d’avenir de la GTI. Avec ce Roadster GTI, il s’agissait de pousser dans ses derniers retranchements le concept de « Design Vision GTI ». Le nouveau prototype se distingue par un empattement plus court de 2,494 mm que les GTI de série et que le « Design Vision GTI ». Avec ses porte-à-faux réduits au minimum, sa faible hauteur (1,09 m) et sa (relative) très grande largeur (1,894 m), ce roadster de 4,158 m de long affiche des proportions qui font que nombres d’amateurs et pas seulement les fans de GTI resteront bouche bé.

Montants de custode arrière et bas de caisse. Les plus grandes similitudes entre les deux prototypes présentés au Wörthersee se situent au niveau des montants de custode et des bas de caisse : sur le Roadster GTI aussi, ce sont des éléments de carrosserie indépendants, bien que, cette fois, intégrés à une sportive monocoque biplace il établit un pont en matière de design avec le monde de la Formule 1.

 

Design extérieur – La GTI comme roadster

La GTI pour les circuits. Les designers Volkswagen ont imaginé une super voiture de sport destinée à la PlayStation 3. Malgré son aspect purement virtuel, on peut éprouver des sensations exceptionnelles au volant du Roadster GTI. Plus encore : tous ceux qui ont vu en vrai le prototype au Wörthersee et qui ont pu, le cas échéant, grimper dans ce monocoque biplace ont sans doute ensuite, devant leur écran et en actionnant les manettes de leur PS3, aboli les frontières entre les mondes virtuel et réel.

GTI du futur. Le fait est que l’esthétique du Roadster GTI, Vision Gran Turismo catapulte dans le futur la GTI d’origine, ainsi que ses sept versions : le biplace visionnaire garantit déjà visuellement une expérience en direct– sa formidable capacité d’accélération est traduite aussi bien dans le jeu que dans la réalité et affiche un pare-brise extrêmement plat. Assis dans ce monocoque, on parcourt en rase-mottes les circuits du monde GT6 avec les yeux d’un pilote de formule 1.

Tout est dans l’aérodynamisme. La carrosserie du Roadster est optimisée grâce à d’innombrables caractéristiques issues de la mécanique des fluides. Ce qui attire le plus l’œil, c’est l’imposant spoiler ou aileron. Il sert à améliorer l’appui pour permettre de contrôler sur route la puissante motorisation de cette 4 roues motrices (4Motion). Compte tenue de la conception d’ensemble, il est fascinant de voir comment ce becquet est intégré dans le design du véhicule. Toile de fond : les montants de custode saillants du modèle présenté en 2013 se fondaient dans le toit. Désormais, ils forment un arceau de sécurité, l’élément marquant de la silhouette. Disposé dans le prolongement de ce dernier, l’aileron semble flotter à l’arrière.

Rouge, la couleur GTI. Du point de vue couleur, le Roadster GTI, Vision Gran Turismo se présente dans un rouge métallisé, intense et lumineux, une déclinaison du rouge Tornado de la GTI classique. Les concepteurs ont baptisé cette teinte « Gran Turismo Red ». Malte Hammerbeck raconte à ce propos : « Nous avons recherché un rouge particulièrement provocant et agressif, qui donne au véhicule une impression de vitesse, même à l’arrêt, tout en soulignant efficacement les surfaces. Nous sommes parvenus à ce résultat grâce à trois couches de laque de qualité extra. » Pour souligner le brillant éclatant de la carrosserie, tous les éléments décoratifs sont en carbone mat. Seules la calandre et la grille de ventilation du moteur ont été peints en noir brillant.

La silhouette – Ouverture des portes vers l’avant et vers le haut. Tout aussi cool que l’aileron arrière, les portes s’ouvrent vers l’avant en se levant et sont divisées visuellement en deux par une ligne horizontale très présente. Leur contour est tout aussi marqué, car elles sont encadrées par le bas de caisse (décoré à l’arrière du logo Gran Turismo), les montants de custode et les jupes très saillantes. Un petit détail, mais exclusif : le logo GTI éclairé et intégré à la ligne d’arête, à côté du phare droit. Le haut des vitres latérales poursuit la ligne du pare-brise très incliné. Dans cette partie, le Roadster GTI évoque un bateau de course : avec la coque en carbone, les rétroviseurs latéraux fixés sur les portières font penser à de petites ailes.

Des jantes spécifiques de 20 pouces. Les jantes alliage léger de 20 pouces de cette GTI ont aussi été relookées. Les designers ont pourvu les roues à écrou central d’éléments aux couleurs de la voiture qui, lorsqu’elles tournent, dessinent un cercle rouge. Les roues avant (8,5J x 20, ET32) sont équipées de pneumatiques 235/35 ZR20 ; à l’arrière, les jantes (9,5J x 20, ET25) présentent un autre format, 275/30 ZR20. L’observateur attentif ne manquera pas de distinguer à travers les branches des jantes, les disques en céramique ultra-résistants. À l’avant, les étriers de frein disposent de disques d’un diamètre de 380 mm, à l’avant et de 356 mm, à l’arrière.

 

Avant – Module flottant. L’avant du roadster ressemble à une GTI classique, du moins de la dernière décennie. Comme le modèle ne dépasse que de peu le mètre de hauteur, la partie avant a pu être modelée en 3D présentant un volume exceptionnellement plat et large, avec un bouclier avant qui a l’air de flotter. En allant du bas vers le haut, on remarque un spoiler carbone aux allures de lame, destiné à améliorer l’adhérence de l’essieu avant. Ensuite le bouclier se poursuit dans les ailes, percé au centre d’une large grille de radiateur en nid-d’abeilles typique de la GTI ; les concepteurs ont joué sur le volume pour définir une forte tridimensionnalité. Encadrée par une surface carrossée laquée rouge, la calandre est flanquée de part et d’autre d’une bande verticale LED délimitant les ailes des pare-chocs. Au-dessus, on trouve la classique bande rouge, le monogramme VW, le logo GTI, une étroite grille d’aération en nid-d’abeilles et des phares doubles LED. Sous ces derniers, deux fines baguettes horizontales à LED servent à l’éclairage de jour ; en association avec les bandes verticales, elles constituent une signature inimitable. Caractéristiques stylistiques : les arêtes des aérations, au bas du bouclier, sont reprises sur le capot ainsi qu’à l’arrière. Une chose est sûre : sur les circuits du GT6, en surgissant dans le rétroviseur virtuel de ses concurrents, l’avant charismatique, facile à reconnaître, de cette GTI ne devrait pas manquer d’inquiéter. Plus on se rapproche, plus on remarque sur le capot les prises d’air en forme de flèches, permettant à la chaleur du moteur de s’évacuer.

L’arrière en 3D. Quand on regarde l’arrière, on s’aperçoit que les lames en carbone de l’avant se poursuivent jusqu’à la poupe en passant par les marchepieds, formant ainsi un élément continu. A l’arrière, elles optimisent le flux de circulation d’air. Avec les éléments étroits, couleur carrosserie, parallèles aux lames, elles encadrent les prises d’air latérales et le diffuseur central en carbone.

Ce dernier est souligné par des éléments verticaux en métal noble et par deux feux arrière, issus du sport automobile. Le bouclier arrière est complété par un pot d’échappement central en forme de trapèze orné du logo GTI. Au-dessus, une bande transversale laquée rouge accueille les feux arrière LED saillants et effilés, à son tour surmontée par le spoiler arrière. Ici aussi, les stylistes ont joué avec les différences de niveaux, c’est-à-dire avec la 3D.

 

Design intérieur – la GTI en monocoque biplace

Une ergonomie sportive sans compromis. Le pilote et son passager sont plongés dans un monocoque biplace en carbone. Entre les deux, une console centrale s’étend de l’arrière vers l’avant ; sa partie inférieure abrite, entre autres, un extincteur parfaitement accessible des deux côtés, comme c’est la règle pour les voitures de course. Le GTI Roadster est équipé de deux sièges baquets sport. On est presque en position couchée ergonomique, comme dans une voiture de compétition. Les sièges et le volant à quatre rayons sont recouverts d’alcantara. À l’instar d’une voiture de sport, le système d’affichage est disposé sur une planche de bord en forme de V autour du volant, assez loin du pilote. Position classique pour une voiture de course, l’axe du volant est long et apparent. Éclairées en rouge, les commandes de phares et de changement de rapport (7 rapports DSG) sont disposées à gauche et à droite de cet axe. Il est donc très facile de les manier intuitivement d’un simple mouvement du pouce, sans lâcher le volant.

Noir, anthracite et un peu de rouge. Les matériaux et les teintes sont différents à l’intérieur et à l’extérieur, et ce, de façon délibérée : sauf en ce qui concerne la ceinture de sécurité cinq points, les surpiqûres des sièges, les poignées de portes et les commandes au volant, le rouge typique de la GTI reste au-dehors. L’intérieur se caractérise par une ambiance « noir » et « anthracite », les teintes typiques du sport automobile. Toutefois, le carbone mat (dans la robe du monocoque et l’habillage des instruments) établit le lien avec l’extérieur. Les autres matières dominantes sont l’alcantara, la dinamica (des tissus microfibres) et l’aluminium. À l’intérieur, on a renoncé aux éléments décoratifs au profit d’un concept de conduite sport, sans compromis, dans le but de focaliser la concentration du pilote sur la piste – dans le monde virtuel comme dans la réalité !

[nggallery id=451]

    Retrouvez tous nos dossiers sur vos voitures de sport préférées réalisés par la Rédaction du Guide des Sportives. D’hier à aujourd’hui, chaque voiture de sport est passée au crible et vous est présenté en détail. Véritable Guide d’achat des voitures de sport, le Guide éponyme vous permettra de vous guider dans votre recherche de voiture sportive, vous rappeler votre GTI ou votre cabriolet de votre jeunesse et même vous accompagner dans votre conduite sportive “familiale” avec les berlines et breaks sportifs. Chaque semaine, le Guide des voitures de sport est complété de nombreux dossiers de voitures de sport d’hier et d’aujourd’hui.

    Pas de sectarisme, ici toutes les sportives sont les bienvenues, des GTI aux Grand Tourisme, des Light Cars aux berlines sportives, de Peugeot à Ferrari, de Fiat à Lotus, en passant par Mercedes-Benz, Lamborghini, Audi, Renault Sport, Gordini, Nissan, Honda, Seat, VW…

    Bon surf !

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 10.0/10 (5 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +5 (from 5 votes)
    Volkswagen GTI Roadster, 10.0 out of 10 based on 5 ratings

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *