Aston-Martin revient sur les Vantage GT3 et GT4 multi-championnes

Aston Martin Racing a créé la Vantage Legacy Collection pour commémorer l’une des périodes les plus réussies de l’histoire des courses automobiles de la marque de voitures de sport britannique de luxe, ainsi que l’une des voitures de course les plus réussies de la société – l’Aston Martin Vantage. Cette période, entre 2009 et 2018, a permis à Aston Martin de remporter deux victoires aux 24 heures du Mans (en 2014 et 2017) et sept titres de champion du monde d’endurance de la FIA, ainsi que de nombreux titres de champion du monde de voitures de sport en GT britannique, GT World Challenge (Europe) et Le Mans Series européen. Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Please follow and like us:
20

Nouvelle Ferrari 488 GT Modificata

Ferrari présente la nouvelle 488 GT Modificata, une voiture en édition limitée qui intègre la technologie développée pour les 488 GT3 et 488 GTE, en transcendant les limites imposées par les réglementations techniques et sportives pour en exploiter tout le potentiel. La 488 GT Modificata est exclusivement destinée à être utilisée lors des journées de piste et des événements GT du Ferrari Club Competizioni. Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Please follow and like us:
20

GP F1 Istambul Turquie 2020 – 15 Novembre

GP F1 Istambul Turquie 2020

GP F1 Istambul Turquie 2020
1. HAMILTON (Mercedes GP)
2. PEREZ (Racing Point)
3. VETTEL (Ferrari)

Le circuit d’Istanbul en Turquie est costaud et séduit d’ordinaire les pilotes. Mais là, deux problèmes changent la donne. D’une part l’enrobé a été refait très récemment et n’offre que très peu d’adhérence. Les pilotes et écurie s’en plaignent ouvertement. Mais si on ajoute les conditions météo qui se dégradent dès les qualifications avec des trombes d’eau, la piste devient une véritable patinoire, au point de dérouter la plupart des écuries et bouleverser la hiérarchie habituelle. Et ce n’est pas pour nous déplaire. Dès la Q1 le ton est donné avec une interruption de séance (drapeau rouge) vers la fin de séance en raison des conditions d’adhérence jugées trop précaires par les commissaires de course. Si les éliminés de la Q1 sont dans la norme habituelle, en Q2 les deux Ferrari et McLaren restent « tankées » à ce niveau. Egalement l’infortuné Pierre Gasly qui ne trouve pas la bonne mesure. Et ses efforts seront vains puisqu’il changera son moteur et partira finalement de la 19e place. En Q3, les conditions sont changeantes, et la pluie va redoubler en cours de séance. Résultat, c’est la surprise avec la pole position de Lance Stroll, juste devant un Verstappen mal inspiré d’être rentré pour mettre d’autres pneus alors qu’il pouvait terminer le tour de la pole. Perez complète la réussite de Racing Point en étant 3e, avec à ses côtés Albon sur l’autre Red Bull. Et les Mercedes GP dans tout ça ? C’est une piètre séance avec les 6e et 9e place sur la grille, Hamilton devant Bottas, tandis les Renault et les Alfa-Romeo font des étincelles. Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Please follow and like us:
20

Retour sur la Mercedes-Benz 190 de tourisme qui introduit le freinage ABS en DTM

Mercedes-Benz « st – sport technik » a surpris la concurrence avec sa remarquable voiture de tourisme de course 190 E 2.5-16 Evolution II lors d’une course sur invitation du DTM à Kyalami, en Afrique du Sud, le 18 novembre 1990. Cette EVO II était la première voiture d’essai d’usine à être équipée du système de freinage antiblocage (ABS) spécial pour la course, qui avait été développé conjointement par Mercedes-Benz et Bosch. Face à une rude concurrence, Roland Asch a remporté la deuxième manche et le classement général de cette course dimanche, qui n’a toutefois pas compté pour le classement du championnat DTM. Aujourd’hui, la voiture fait partie de la collection Mercedes-Benz Classic. L’ABS maintient le véhicule dirigeable lors d’un freinage maximum à fond. Ce système est une norme de sécurité importante dans les véhicules de série depuis de nombreuses années, mais en course, il n’est utilisé qu’occasionnellement. Depuis de nombreuses années, les Mercedes-AMG GT3 et GT4 proposent un système de freinage antiblocage réglable conçu spécialement pour la piste de course. Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Please follow and like us:
20

Ford GT 40 – Les héritières

Présentation de la Ford Mustang au New York World's Fair en 1964 : le programme Ford Total Performance est lancé et prend forme...

Présentation de la Ford Mustang au New York World’s Fair en 1964 : le programme Ford Total Performance est lancé et prend forme…

Ford veut redonner un coup de jeune à son image vieillissante et « pépère ». Tant en Europe qu’aux USA. Au sein de la Ford Motor Companie à Dearborn (USA), le dynamic et ambitieux Lee Iaccoca pousse un programme auprès de Henry Ford II et du directoire Ford dont le nom est suffisamment évocateur : Ford Total Performance. Son idée est de capitaliser sur la compétition automobile dans des épreuves phares dont les 24 Heures du Mans, et de s’adresser à un public plus jeune avec des voitures plus sportives. Côté voitures de série, la Ford Mustang va être la première réponse dès 1964 avec un succès extraordinaire pour une voiture de sport. Les Babyboomers mais aussi les quadragénaires et quinquagénaires vont se ruer sur cette voiture de sport populaire et personnalisable à l’envie avec ses moteurs 6 (en ligne) et 8 (en V) cylindres. En 1963, une rumeur laisse à penser que Ferrari est en délicatesse financière et que le Commendatore est disposé à vendre des parts de Ferrari Spa. Lee Iaccoca et Henry Ford II y voit là une belle occasion de gagner du temps et d’aller vite ! Las, le rusé Enzo Ferrari a

La Ford Mustang au New York World's Fair (1964)

La Ford Mustang au New York World’s Fair (1964)

surtout profité de cette situation pour réaliser un coup de maître en forçant la main de Fiat et de la famille Agnelli à accélérer le rachat des parts de Ferrari Spa, pour un prix encore plus cher. Et en prime, Enzo Ferrari reste seul maître à bord, non seulement de Ferrari

Enzo Ferrari

Enzo Ferrari va faire mariner Ford et son offre de rachat pour s’offrir à Fiat selon ses conditions. C’est le déclencheur de l’engagement de Ford aux 24H du Mans et le déclic de la naissance de la Ford GT40.

Spa, mais également a les mains libres sur les choix sportifs de la Scuderia Ferrari, tant en Formule 1 que dans les épreuves d’endurance. Henry Ford II est fou de rage et ne supporte pas qu’on lui résiste ainsi et surtout qu’on se joue de lui. Résultat, il donne le feu vert pour un programme 100% maison pour aller gagner au Mans. Une ambition menée tambours battant avec les méthodes de management et de gestion dont il a le secret. Mais la victoire en terre mancelle est souvent un long chemin de croix fait d’humilité, d’abnégation et réussite.

Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Please follow and like us:
20

Maserati se remémore la Maserati Tipo 300S victorieuse avec Fangio au volant qui marque le début de la saga du trident en compétition

Le 6 novembre 1955, la Maserati Tipo 300S, avec Juan Manuel Fangio au volant, a été la première à prendre le drapeau à damiers au GP du Venezuela, marquant le début de deux années de grands succès qui ont renforcé la réputation de la marque Trident au niveau international.

Aujourd’hui, Maserati commémore cette importante victoire pour souligner son lien étroit avec le monde de la course automobile. En fait, Maserati est née sur la piste, d’un ensemble unique d’ADN de la course, et de l’audace, d’abord des frères Maserati, puis de ses pilotes. Une tradition et une histoire de victoires sur les routes et les circuits du monde entier, où les victoires du Trident ont fait de lui le porte-drapeau de l’excellence italienne.

La course a toujours été l’habitat naturel de Maserati : c’est en compétition que son mythe a commencé à émerger, et même maintenant, avec sa nouvelle ère, la marque part de ses racines pour construire son avenir. La nouvelle supercar MC20 marquera le retour de Maserati dans le monde des courses.

Maserati Tipo 300S
La Tipo 300S a été créée en 1955 comme une évolution de la monoplace 250S, et elle a été le symbole de Maserati dans les courses internationales jusqu’en 1959. Dès 1954, avec le développement du prototype 250S équipé d’un moteur de 2,5 litres de 230 ch dérivé de l’unité montée dans la 250F utilisée en F1, l’équipe technique de Maserati a commencé à travailler à l’augmentation de la cylindrée et de la puissance. Le résultat a été l’unité à six cylindres en ligne de 3,0 litres, plus puissante et plus performante, mais avec moins de contraintes mécaniques en raison du taux de compression plus faible et d’un régime rassurant, malgré la vitesse plus élevée du piston.

Le reste de l’architecture et des détails du moteur sont identiques à ceux du moteur à six cylindres en ligne de 2,5 litres, y compris les deux arbres à cames en tête et le double allumage : les concepts de construction du Grand Prix ont été transférés à une voiture de sport et, à l’avenir, la même mécanique sera également adoptée pour la production standard. Du point de vue de l’ingénierie, la 300S était un véritable chef-d’œuvre : les sièges des soupapes de grand diamètre et les évidements des deux bougies d’allumage du double allumage sont clairement visibles dans la chambre de combustion hémisphérique du moteur. Les suspensions avant étaient composées de doubles triangles et d’un ressort hélicoïdal avec amortisseur télescopique coaxial.

Enfin, le tambour de frein était un véritable travail d’ingéniosité : la pièce moulée en alliage léger était dotée d’ailettes radiales et de trous pour la dispersion de la chaleur. Le châssis a également été modifié pour répondre aux contraintes plus importantes dues à l’augmentation du poids, avec un treillis de tubes ovales et ronds.

La configuration extérieure, avec une carrosserie de Fantuzzi et des lignes de voitures de sport, était solide mais aux proportions attrayantes. La grande prise d’air avant portait le traditionnel trident encadré par des profils en aluminium, et le siège du conducteur était protégé par un petit pare-brise. Des aérations à ailettes étaient disposées sur les côtés pour empêcher l’air de stagner dans le compartiment moteur. Des tuyaux d’échappement doubles descendaient en bas du côté gauche, se terminant près de la roue arrière. Enfin, la queue était plus volumineuse car elle dissimulait le réservoir de carburant de 150 litres, le réservoir d’huile latéral de 20 kg et la roue de secours.

Au milieu des années 1950, de nouvelles théories de l’aérodynamique ont été élaborées, et la carrosserie de la 300S a donc subi une série d’améliorations de style au cours de sa vie pour accroître son efficacité.

Si l’on se penche sur sa carrière de course, la 300S a immédiatement révélé ses prouesses en compétition lors de ses premiers événements en 1955, et ses succès sur piste ont été confirmés par le grand nombre de commandes passées par les équipes de course et les gentlemen drivers.

Giulio Alfieri a introduit une série d’améliorations expérimentales de la voiture pour la rendre de plus en plus compétitive – comme l’injection de carburant – et elle a connu un grand succès dans les courses italiennes et internationales, devenant pendant deux saisons la meilleure voiture de la marque dans les événements de la catégorie sportive. En 1955, la Tipo 300S a remporté le GP du Venezuela avec Juan Manuel Fangio au volant, mais 1956 a été l’année de ses plus grands triomphes, et quand elle a manqué de peu de remporter le championnat du monde des voitures de sport. La fiabilité de son moteur et la parfaite réponse de son châssis ont été les deux principales caractéristiques qui ont permis à la Tipo 300S d’obtenir un succès bien mérité.

En 1956, Stirling Moss et Carlos Menditeguy ont remporté les 1 000 km de Buenos Aires avec la Tipo 300S. Pietro Taruffi a remporté le Giro di Sicilia (1er de la catégorie des moins de 3 000 cc) et la Targa Florio (1er de la catégorie des moins de 2 000 cc), Jean Behra les courses sur le circuit de Bari et Castelfusano, et Franco Bordini les cinq heures de Messine. La même année, la voiture a remporté le succès au 1 000 km du Nürburgring, avec Stirling Moss, Jean Behra, Pietro Taruffi et Harry Schell au volant à tour de rôle.

La nouvelle 450S, plus puissante, a été lancée en 1957, mais la 300S est restée en production jusqu’en 1959.

Le nombre total de voitures Tipo 300S construites de 1955 à 1959 était de 27.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Please follow and like us:
20

GP F1 Emilie Romagne Imola Italie 2020 – 1er Novembre

GP F1 Emilie Romagne Imola Italie 2020

GP F1 Emilie Romagne Imola Italie 2020
1. HAMILTON (Mercedes GP)
2. BOTTAS (Mercedes GP)
3. RICCIARDO (Renault F1)

Encore un « vieux » tracé, ou plutôt un tracé historique qui fait son retour au calendrier. Il faut bien trouver quelques avantages à cette situation compliquée avec le COVID-19… Un Grand-Prix au format un peu adapté, puisque les essais libres sont regroupés sur une seule journée. Les qualifications ont donc lieu avec moins d’informations pour les réglages et les écuries. Il faut être efficace et précis… En qualifications, pas de surprises, les derniers de la classe en Q1 sont les mêmes que d’ordinaire avec les deux Haas, les deux Alfa-Romeo et la Williams de Latifi. Seul George Russel réalise toujours des prouesses dans sa Williams et passe en Q2. Dans la séquence suivante, les deux Racing Point encadrent les recalés de la Q2, avec Perez à la porte de la Q3 et Stroll à la porte de la Q1. Entre les deux, Ocon (Renault F1) et surtout Vettel et sa Ferrari font triste mine. En Q3, c’est la bataille des seigneurs, avec sans surprise les deux Mercedes qui se chicorent pour la pole position. c’est une nouvelle fois Hamilton qui va prendre le dessus mais Bottas n’est décidément pas très loin (moins d’un dixième d’écart). Derrière, Verstappen se campe toujours solidement à la 3e position, tandis que Pierre Gasly continue d’éclater au grand jour en prenant la 4e place. Les AlphaTauri sont en effet très véloces ce WE. La qualification d’Albon sur l’autre Red Bull est décevante, alors que Ricciardo se place juste devant et peut se féliciter de son score. Charles Leclerc 7e avec sa Ferrari réalise encore un exploit, tandis que les McLaren et Kvyatt complètent le milieu de grille. Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Please follow and like us:
20

Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi reconduits chez Alfa Romeo Racing ORLEN de Formule 1 pour 2021

Alfa Romeo annonce le renouvellement des contrats de Kimi Räikkönen et Antonio Giovinazzi avec l’équipe Alfa Romeo Racing ORLEN de Formule 1 pour 2021. Premier pilote italien en course au volant d’une Formule 1 après huit ans, Antonio Giovinazzi a joué un rôle déterminant dans le développement de l’équipe Alfa Romeo Racing ORLEN. Ses progrès et ses performances au cours de ses deux premières saisons ont été à la fois significatifs et constants, cette dernière qualité étant un facteur fondamental pour réussir en Formule 1. Au cours de la saison en cours, Antonio a produit de nombreuses performances solides, s’affichant comme l’un des meilleurs lors des phases de départ, avec plusieurs positions régulièrement gagnées à chaque course. Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Please follow and like us:
20

GP F1 Portimao Portugal 2020 – 25 Octobre

GP F1 Portimao Portugal 2020

GP F1 Portimao Portugal 2020
1. HAMILTON (Mercedes GP)
2. BOTTAS (Mercedes GP)
3. VERSTAPPEN (Red Bull)

Comme tout est chamboulé, c’est un retour à Portimao de manière exceptionnelle dont profitent les amateurs ainsi que les écuries de F1. Une bonne nouvelle, tant le tracé portugais basé dans l’Algarve est une réussite un peu dans l’esprit de celui d’Autriche : un cirque vallonné avec beaucoup de vitesse et, on l’espère, beaucoup de dépassements. Histoire de donner quelques retentissements d’avant-course, Haas a annoncé la non-reconduction de ses deux pilotes titulaires (Magnussen et Grosjean), car ils souhaitent des pilotes « payants », comprenez qui viennent avec des valises de dollars (en clair qui paient pour rouler). Un choix économique plus que sportif, mais qui marque certainement la fin de la carrière de Romain Grosjean en Formule 1. Les rumeurs également circulent sur le futur de Sergio Perez qu’on annonce chez Williams (à la place de Russel ?!) ou qui aimerait bien venir remplacer Albon chez Red Bull (est-ce seulement crédible ?). Affaire à suivre… Sur la piste, en qualifications, les deux Mercedes sont une nouvelle fois au-dessus du lot et Hamilton souffle la pole position à Valteri Bottas. Une ligne 100% « noire » (Cf. la couleur de la carrosserie des monoplaces Mercedes GP). Derrière, c’est Verstappen qui prend la 3e place et l’étincelant Charles Leclerc sur sa Ferrari en 4e position. Une prouesse du monégasque ! Perez se classe 5e aux côté de Albon (Red Bull) 6e. A signaler que les deux McLaren sont véloce à Portimao (7e et 8e) tandis que Pierre Gasly clôt la liste avec Ricciardo qui n’a pu rouler en Q3 suite à sa sortie de piste en fin de Q2. Derrière on se désole toujours du manque de rythme des Haas, de Vettel (Ferrari) et des contre-performances de Ocon (Renault), Stroll (Racing Point) ou encore Kvyat (AlphaTauri). Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Please follow and like us:
20

Honda se retire de la Formule 1 à la fin de la saison 2021

Honda Motor Co., Ltd. a annoncé aujourd’hui qu’elle a décidé de mettre un terme à sa participation au championnat du monde de Formule 1 (F1) de la FIA*1 en tant que fournisseur de groupes électrogènes à la fin de la saison 2021. En 2015, Honda a repris la compétition en F1, la plus prestigieuse série de courses automobiles au monde, avec pour objectif de gagner en utilisant ses propres technologies de gestion de l’énergie. Au départ, Honda a connu un certain nombre de difficultés ; cependant, en démontrant la force collective de « All Honda », y compris l’utilisation de ses technologies de moteurs d’avion, Honda a atteint un niveau élevé de compétitivité. Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Please follow and like us:
20