Nouvelle Renault R5 Turbo 3E concept née pour drifter

« Une année pop et pleine de surprises » : telle était la promesse faite par Renault en janvier 2022 pour lancer le cinquantième anniversaire de la Renault 5, une de ses plus grandes icônes. Après de nombreux événements festifs (participation au Monte-Carlo historique, salon Rétromobile, Le Mans Classic, etc.) et la présentation du show-car électrique Renault 5 Diamant, la marque présentera en première mondiale R5 TURBO 3E dans le cadre du concours d’élégance de Chantilly Arts et Élégance 2022 (département de l’Oise, France), qui se tiendra le 25 septembre. Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Nouvelle Mercedes-Benz C43 AMG Turbo W206 en détail

Grâce à une technologie directement issue de la Formule 1, la dernière génération de la Mercedes-AMG C 43 4MATIC établit de nouvelles normes en matière de solutions de propulsion innovantes, tant en berline (consommation combinée de 9,1 à 8,7 l/100 km, émissions combinées de CO2 de 206 à 196 g/km)[1] qu’en break (consommation combinée de 9,2 à 8,8 l/100 km, émissions combinées de CO2 de 209 à 199 g/km). Après avoir été présenté pour la première fois sur la Mercedes-AMG SL 43, le moteur AMG 2,0 litres à quatre cylindres, premier moteur de série au monde à être équipé d’un turbocompresseur électrique à gaz d’échappement, est désormais également utilisé dans la Classe C. Cette nouvelle forme de turbocompression garantit une réponse particulièrement spontanée sur toute la plage de régime et offre ainsi une expérience de conduite encore plus dynamique. Le turbocompresseur est actionné par le système électrique de 48 volts, qui alimente également le démarreur-générateur à courroie (RSG). Sur la Mercedes-AMG C 43 4MATIC, ce groupe développe une puissance de 300 kW (408 ch) et peut, dans certaines situations de conduite, bénéficier d’une brève impulsion supplémentaire de 10 kW (14 ch) de la part du RSG. La direction à essieu arrière de série, la transmission intégrale permanente Performance 4MATIC AMG avec répartition du couple sur l’arrière, la boîte de vitesses SPEEDSHIFT MCT 9G AMG avec embrayage de démarrage humide et la suspension RIDE CONTROL AMG avec système d’amortissement adaptatif contribuent également au dynamisme de la conduite. Dans cette optique, des caractéristiques propres à la marque dans l’équipement et les aménagements ainsi que dans le design extérieur et intérieur soulignent le caractère axé sur la performance de la nouvelle Mercedes-AMG C 43 4MATIC.
Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

40 ans de Bentley Turbocompressées à Goodwood

Bentley a célébré quatre décennies de fabrication artisanale de voitures de grand tourisme turbocompressées en organisant aujourd’hui une parade de dix voitures au Festival de la vitesse de Goodwood. Il y a 40 ans, au salon de l’automobile de Genève, la société a révélé son tout premier modèle de série turbocompressé – la Mulsanne Turbo. Cette berline quatre portes a marqué un tournant dans l’histoire de la société, redéfinissant ses performances et inspirant des titres de presse tels que « Le retour de la Bentley soufflante ».

Au cours des quarante années qui ont suivi la première Bentley turbocompressée, les immenses réserves de puissance et le couple sans effort qui caractérisent les moteurs Bentley sont devenus indissociables de la turbocompression. Les moteurs W12, V8 et V6 actuels bénéficient tous de la turbocompression pour offrir des niveaux de performance et d’efficacité étonnants.

Une suggestion inspirée
À la fin des années 1970, les ventes de Bentley étaient en chute libre ; les clients des principaux marchés, comme les États-Unis, ne connaissaient tout simplement pas l’héritage ou l’éthique de la marque. C’est dans ce contexte morose que le président David Plastow lance un défi intrigant à l’ingénieur en chef John Hollings : « Amusons-nous un peu ». Il propose de turbocompresser le V8 de 6,75 litres qui est le seul groupe motopropulseur de la société depuis 1959.

C’était une suggestion inspirée : sous sa forme atmosphérique, le gros V8 à 90 degrés produisait 200 PS (198,5 ch), mais la conception – par l’ingénieur Jack Phillips – avait le potentiel pour gérer beaucoup plus de puissance, avec une course courte et des dimensions de cylindre trop carrées. Un vilebrequin conventionnel à deux plans offrait un équilibre primaire et secondaire parfait et le bloc était fabriqué en alliage silicium-aluminium. Les pistons étaient en aluminium, le vilebrequin à cinq roulements en acier forgé comportait six contrepoids et la chambre de combustion était un hémisphère modifié, avec une bougie centrale et deux soupapes en tête. Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Porsche 924 Turbo 931

Porsche 924 Turbo 931

Porsche 924 Turbo 931
1978 – 4 cyl. Turbo 8V
170 ch – 225 km/h
1 180 kg

La genèse pour le moins complexe de la Porsche 924 avait abouti à une offre additionnelle dans le catalogue Porsche… à l’insu de son plein gré ! Alors certes, si les clients ont répondu présent, il n’en demeurait pas moins qu’avec « seulement » 125 ch, un quatre cylindres Audi refroidi par eau, une tenue de route pas exempte de reproches, la Porsche 924 essuyait une pluie de reproches de la part des amateurs de voitures de sport. Message reçu chez Porsche, et c’est du côté de la suralimentation que la réponse est apportée pour donner plus de tonus. Ainsi en novembre 1978, la Porsche 924 Turbo se montre plus cossue avec quelques améliorations avant tout dictées par les contraintes de performances et du turbocompresseur comme en témoignent la prise d’air NACA sur le capot ou encore les quatre petites grilles entre les phares escamotables. Le spoiler avant est Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 9.5/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Ferrari F40

Ferrari F40
1988 – 8 cyl. en V 32V biturbo
478 ch – 324 km/h
1 100 kg

En juillet 1987, le Commendatore a convié la presse pour leur dévoiler sa nouvelle supercar : la Ferrari F40. Le chiffre « 40 » commémorant les 40 ans de la sortie de la première Ferrari « officielle », la 125 S (12 mars 1947). Le cahier des charges était très simple pour Enzo Ferrari : « Construire une voiture dont les performances en feraient l’équivalente des glorieuses GTO et LM des années 60. » Commercialisée pour cette année 88, la Ferrari F40 tient toutes ses promesses ne serait-ce qu’au niveau du look. Pininfarina le tailleur attitré de Maranello a eu pour tâche de concilier élégance et agressivité, mais surtout une efficacité aérodynamique, tant pour la pénétration dans l’air que pour générer de l’appui à haute vitesse et plaquer la Ferrari au sol. Bardée d’entrées d’air ou d’extracteurs d’air chaud, tout a été prévu pour être au service de la performance, jusqu’à son aileron imposant d’une seule pièce qui marque à lui seul l’empreinte de cette Ferrari pas comme les autres. Ultra-basse, imposante (4,4 mètres de long et près de 2 mètres de large) campée sur ses grosses jantes de 17 pouces à cinq branches, la Ferrari F40 en impose et reprend à son compte les tics des optiques avant de la Lamborghini Countach avec des phares escamotables superposés à des feux additionnels et les clignotants sous globe. La poupe entièrement relevable comme sur les autos de course reçoit les deux doubles Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (3 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)

Nouvelle Porsche 911 GT2 RS Clubsport 25 une série limitée à 30 exemplaires

Comme la Porsche 935 qui a été dévoilée en 2018, ce véhicule est également basé sur la 911 GT2 RS Clubsport animée par un moteur biturbo à six cylindres à plat de 3,8 litres produisant 515 kW (700 PS). La puissance est transmise aux roues arrière par l’intermédiaire d’une boîte de vitesses Porsche à double embrayage (PDK) à sept rapports. Le design distinct de la 911 GT2 RS Clubsport 25 reprend de nombreux composants et éléments de voitures de course Porsche connues et à venir. En termes de technologie et d’aérodynamisme, cette voiture fait le pont entre deux des générations de modèles 911. Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Porsche 968 – Guide Achat

Porsche 968 Coupé (1991-1995)

Porsche 968 Coupé (1991-1995)

Porsche 968 Coupé (1991-1995)

Porsche 968 Coupé (1991-1995)

Chez Porsche, la mono-culture de la 911 résiste. Et bien que des partisans de la diversité ont été largement entendus depuis l’apparition de la Porsche 924 (1976), puis 928 (1977) et même 944 (1982), la saga des Porsche à moteur avant ne parvient pas à détrôner la GT au Flat 6 en porte-à-faux arrière. Certes, le succès commercial des Porsche 924 puis 944 est indéniable, mais les divergences demeurent au directoire de Porsche à la fin des années 80. Tant et si bien que l’évolution en cours de la Porsche 944 S2 et son gros quatre cylindres de 3 litres de cylindrée, accouche finalement d’un nouveau modèle qui change de nom : Porsche 968. Il faut dire que seulement 20% des pièces du nouveau modèle sont communes avec la Porsche 944 S2. Le design est sacrément réactualisé et oeuvre de Harm Lagaay, le designer hollandais de Porsche. L’inspiration prise à la Porsche 928 est évidente avec ses optiques avant rondes basculants, ses boucliers arrondis mais toujours épais, et ses optiques arrière rouges et plus fins et actuels pour faire entrer de pleins pneus la Porsche 968 dans la décennie 90. L’architecture à moteur avant et système transaxle (boîte et pont arrière) est conservée conservant ainsi les qualités d’équilibre de sa tenue de route. Finalement, en octobre 1991 au salon de Francfort, Porsche dévoile ainsi ses Porsche 968 Coupé et Porsche 968 Cabriolet.
Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Fiat Coupe – Guide Achat

Fiat Coupe (1993-2000)

Dessins de Chris Bangle pour le Coupe Fiat

Fiat Coupe (1993-2000)

Fiat Coupe (1993-2000)

Etonnante genèse du Coupé Fiat ! C’est en effet sous l’impulsion d’un Pininfarina en mauvaise posture avec le retrait de General Motors suite à l’échec commercial de la Cadillac Allante, que Fiat va lancer la conception et le développement d’un nouveau coupé sportif. Pininfarina qui a désormais une usine sur les bras sans activité propose en effet à Fiat de renouer avec les coupés de caractère comme dans les années 70 (Fiat 124 Coupé, Fiat 128 coupé sport…) et se fait fort d’assurer le design et la fabrication. Mais Roberto Testore alors patron de Fiat veut de la compétition pour le style et met Pininfarina et le Centro de Style Fiat en concurrence. C’est finalement la proposition osée et pour le moins tranchée et clivante du jeune Chris Bangle du Centro de Style Fiat qui va remporter les suffrages pour le design extérieur, Pininfarina devant se contenter de l’habitacle et de la fabrication dans son usine de San Giorgio Cavanese (Turin). La plateforme est celle de la Fiat Tipo (qui sera mise à toutes les sauces !), faisant ainsi du coupé Fiat une traction avant, avec moteur avant. Chris Bangle a opté pour un style frappant, s’inspirant du passé pour différents détails (petits feux arrière ronds, bouchon d’essence type aviation comme sur une Ferrari 250 GTO), et lacérant les flancs pour dynamiser la ligne. Les lobes des phares avant épousent les lentilles en formant une vague, tandis que le Coupé Fiat adopte un long museau au porte-à-faux prononcé. Le résultat n’est ni laid ni beau, il est avant tout clivant et divise l’opinion. On adore ou on déteste, selon ses goûts. L’essentiel semble atteint, puisque Roberto Testore veut justement bousculer l’image de Fiat avec ce type de véhicules passion. La production démarre fin 1993, et la Fiat Coupe est présentée en première au public lors du salon de Bruxelles en fin d’année.
Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 7.0/10 (3 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)

Opel Vectra A Turbo 4×4

Opel Vectra A Turbo 4x4

Opel Vectra A Turbo 4×4
1993 – 4 cyl. en ligne 16V Turbo
204 ch – 240 km/h
1 365 kg

En 1988 Opel poursuit sa révolution de palais avec sa nouvelle berline Vectra A qui remplace avec bonheur la rigide et austère Ascona C. Pour le millésime 1993, la gamme Vectra a été rafraîchie et remise au goût du jour mais pas uniquement. Dans la foulée de l’Opel Calibra Turbo 4×4, la firme de Rüsselsheim nous réserve une autre surprise en déclinant sa berline Vectra A en supersportive intégrale ! L’Opel Vectra A Turbo 4×4 profite ainsi du facelift qui touche les optiques avant et arrière. La poupe est réellement la plus modifiée avec des feux bicolores fumés traversés par une barre en relief fumée histoire de faire plus moderne. La version Turbo 4×4 adopte le kit carrosserie complet avec boucliers enveloppants, Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Alpine GTA – V6 GT – Turbo – A610 – Guide Achat

Alpine V6 GT (GTA) - 1985

Alpine V6 GT (GTA) – 1985

Alpine V6 GT (GTA) - 1985

Alpine V6 GT (GTA) – 1985

L’Alpine A310 fut véritablement la voiture charnière pour la firme fondée par Jean Rédélé. Initialement commercialisée en 1972 et développée avec un quatre cylindres, faute de V6 encore disponible, elle correspond à un changement de stratégie et la volonté de concurrencer plus directement la Porsche 911. Las, entre le quatre cylindres insuffisant, un lancement assez catastrophique en fiabilité, et des finances exsangues, Jean Rédélé doit définitivement passer la main et laisser Renault seul maître à bord. Au lieu d’un élan salvateur, Renault ne va avoir de cesse de mettre le losange en avant et laisser Alpine en arrière plan. Heureusement l’Alpine A310 V6 va remettre du baume au coeur des fans de la marque de Dieppe, mais cela reste insuffisant. Après avoir envisagé une GT à moteur central arrière, Renault révise ses options et se concentre sur une remise à jour très sérieuse et totale de sa GT tricolore. Ainsi dès 1981 le cahier des charges démarre et est fixé : la future Alpine GTA (Grand Tourisme Alpine) conservera le principe du châssis-poutre cher à la marque, et son moteur sera le V6 PRV placé en porte-à-faux arrière. L’habitacle devra être plus spacieux et plus confortable (critiques récurrentes sur l’A310 V6) tandis que la tenue de route doit être plus accessible au quidam et moins « acrobatique ». Berex, Centre de Design Renault et Heuliez sont mis en concurrence et c’est finalement ce dernier avec un Gerard Godefroy (puis cofondateur et designer des Venturi) très inspiré qui va dessiner une ligne très aérodynamique (Cx de 0,28 pour l’Alpine V6 GT) pour l’Alpine GTA. En mars au salon de Genève, Renault présente sur son stand les deux nouvelles Alpine GTA : Alpine V6 GT (160 ch) et Alpine V6 Turbo (200 ch).
Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)