24 Heures du Mans 2019 – Victoire de Toyota avec Alonso-Buemi-Nakajima au volant

TOYOTA GAZOO Racing a remporté la 87e édition des 24 Heures du Mans avec un doublé sur le circuit de la Sarthe, finale palpitante de la Super-Saison 2018-2019 du Championnat du Monde FIA d’Endurance (WEC). Au volant de la TS050 Hybrid #8, Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima et Fernando Alonso ont défendu leur trophée, s’assurant par la même occasion le titre des pilotes. Ils devancent de 16,9 sec. leurs coéquipiers Mike Conway, Kamui Kobayashi et José María López sur la voiture #7. Mais ce simple compte-rendu des faits ne reflète en rien l’intensité du spectacle qui s’est joué en fin de course, où la #7 a vu une victoire quasiment acquise lui échapper devant 252 500 spectateurs.

Au 367e tour et alors qu’elle menait avec plus de deux minutes d’avance, ses données de bord ont signalé une crevaison. José est donc rentré au stand, mais un problème de capteur a induit une erreur d’identification du pneu en cause : il est donc reparti avec un pneu toujours en train de perdre sa pression. José a dû effectuer un tour complet à vitesse réduite pour revenir au stand où les quatre pneus ont alors été changés, laissant ainsi s’échapper Kazuki sur la #8, sans espoir de le rattraper.

L’équipage #7 avait pourtant dominé une grande partie de la course, en battant même le record historique du tour en course avec 3 min 17,297 sec. D’autres records sont venus s’ajouter ce week-end : Kazuki est devenu le premier champion du monde japonais sur circuit et Fernando le second pilote à remporter un titre mondial FIA sur quatre roues dans deux disciplines différentes, puisqu’il a déjà été sacré en Formule 1.

Kamui ayant signé le tour le plus rapide aux qualifications, la voiture #7 s’est élancée en pole position, immédiatement suivie de la #8. Cette grille allait planter le décor d’un chassé-croisé intense et serré entre les deux TS050 Hybrid de 1 000 ch.

Au bout de douze heures, 8,6 secondes seulement séparaient les deux Toyota. Dans la nuit, la #7 prenait un avantage décisif à la faveur d’un déséquilibre aérodynamique de la voiture sœur. La carrosserie avait en effet souffert de l’âpreté de ce duel sans répit, bien que les deux voitures soient toujours dans le même tour.

À l’approche des dernières heures de course, l’écart se stabilisait à deux minutes environ, la priorité étant désormais d’emmener les deux voitures jusqu’au drapeau à damiers. Tout semblait se dérouler comme prévu jusqu’au coup de théâtre de la #7, qui a vu Kazuki prendre la tête à moins d’une heure de la fin.

Shigeki Tomoyama, président de GAZOO Racing : « Je tiens à remercier sincèrement tous les fans, les entreprises partenaires et tous les membres de l’équipe, unis par le cœur dans la lutte pour la victoire. Pour gagner Le Mans, il ne suffit pas d’une voiture rapide : il faut aussi une voiture solide et une équipe solide. Après la victoire de l’an dernier, nous avons constamment cherché à améliorer les choses et je crois que cela se voit dans la victoire d’aujourd’hui. J’ai été très impressionné par la cérémonie du podium, avec tous les drapeaux TOYOTA GAZOO Racing et deux drapeaux japonais qui s’agitaient. Nous avons écrit une nouvelle page de l’histoire du Mans et je m’en réjouis. Mais ce n’est pas un bonheur sans partage en raison des problèmes rencontrés par la voiture #7 dans la dernière heure, alors qu’elle a tenu la tête la majeure partie de la course. La crevaison lente s’est doublée d’un problème de capteur, d’où une grosse perte de temps. À l’évidence, il reste une marge d’amélioration possible dans le fonctionnement de la voiture et de l’équipe. Pour les 24 Heures du Mans 2020 et pour la catégorie hypercar à partir de l’automne 2020, TOYOTA GAZOO Racing s’efforcera d’aller toujours plus loin, dans un esprit toujours meilleur. Le soutien sans faille de nos fans nous aide beaucoup à avancer. »

Hisatake Murata, président de l’équipe : « Nos sentiments sont mitigés : c’est notre seconde victoire au Mans, mais nous sommes tous désolés pour Mike, Kamui, José et l’équipe technique de la voiture #7, qui aurait mérité de gagner. Dans les prochains jours, nous allons chercher à comprendre l’origine exacte du problème afin d’éviter qu’il ne se reproduise. Cependant, je suis fier des performances globales et de l’esprit d’équipe dont nous avons fait preuve tout au long de la course, jusque dans les moments difficiles de la dernière heure. Félicitations à Sébastien, Kazuki et Fernando pour leur nouveau titre de Champions du Monde ainsi que pour leur second trophée des 24 Heures. Pour TOYOTA GAZOO Racing, ça a été le point d’orgue spectaculaire d’une incroyable saison et nous avons hâte de remettre nos titres en jeu la saison prochaine. »

TS050 Hybrid #7
Course : 2e, 385 tours, 37 arrêts au stand. Grille de départ : 1ère. Tour le plus rapide : 3 min 17,297 sec.

Mike Conway (TS050 Hybrid #7) : « L’atterrissage est rude car durant de longues heures, tout semblait aller bien pour nous. Quel manque de chance, cette crevaison. Mais c’est Le Mans… Chacun dans l’équipe a fait un super boulot, en particulier l’équipe technique de la voiture. C’est grâce à eux que la voiture a tenu la tête toute la journée. Félicitations à la voiture #8, non seulement pour le résultat d’aujourd’hui mais aussi pour le Championnat du Monde. Ils ont été de redoutables adversaires, mais quel plaisir de les affronter ! Nous allons tout faire pour revenir plus forts. »

Kamui Kobayashi (TS050 Hybride #7) : « Il est extrêmement difficile et frustrant de chercher à gagner les 24 Heures du Mans, nous venons de le constater une fois de plus. Cela fait quatre fois que je tente ma chance… Ce sera peut-être pour l’an prochain. Le fait est qu’il ne faut jamais abandonner et continuer à tout donner. Cette année, j’ai vraiment tout fait pour gagner et les choses semblaient bien parties jusqu’à la 23e heure. Le résultat est donc difficile à avaler… Félicitations à la voiture #8 et à tous les concurrents qui ont réussi à finir la course. Il n’est jamais facile d’arriver au bout d’une épreuve de 24 Heures, donc bravo à tous. »

José María López (TS050 Hybrid #7) : « Tout d’abord, je tiens à féliciter nos collègues de la voiture #8 qui nous ont incités à aller au bout de nous-mêmes pour la quête de la victoire au Mans et celle du titre mondial. L’histoire l’a déjà prouvé : c’est une course difficile et cruelle – nous en avons malheureusement fait l’expérience aujourd’hui. Malgré cela, je suis fier des performances de mes coéquipiers Mike et Kamui qui ont fait une course fantastique. Nous allons revenir plus forts, c’est promis. »

TS050 Hybrid #8
Course : 1ère, 385 tours, 34 arrêts au stand. Grille de départ : 2e Tour le plus rapide : 3 min 18,397 sec.

Sébastien Buemi (TS050 Hybrid #8) : « La course s’annonçait difficile car nous savions qu’il était possible de perdre le Championnat du Monde. Au début, nous voulions rester dans le rythme de la voiture #7 mais, au bout de cinq tours seulement, j’ai compris que ce serait quasiment impossible. Nous avons amélioré les chronos au fil des heures, mais il faut bien admettre qu’elle était plus rapide. Je me serais bien contenté d’une seconde place… Ce qui leur est arrivé est vraiment dur. Je suis désolé pour eux car ils ont fait un boulot fabuleux. »

Kazuki Nakajima (TS050 Hybrid #8) : « Cette année, c’est la chance qui a décidé de la victoire et non la performance. Ça a été une course difficile et le coup du sort de la #7 est à peine croyable. Pour avoir vécu un peu la même chose en 2016, nous savons ce que l’on ressent à ce moment-là et nous compatissons. Grâce à cette victoire, nous sommes aussi champions du monde et nous en sommes très fiers, après une saison longue et difficile où nous avons été souvent au coude-à-coude avec la voiture sœur. »

Fernando Alonso (TS050 Hybrid #8) : « C’est génial de gagner Le Mans pour la seconde fois, mais c’est une victoire réellement inattendue. Sur la piste, nous n’avions pas le rythme pour gagner face à la #7. Aujourd’hui, le facteur chance a été prépondérant et cela fait partie du sport automobile… Je suis navré pour mes collègues qui sont en fait plus que des collègues : ce sont des amis. Ils auraient mérité la victoire, mais la course nous a choisis. Pour nous, l’objectif premier était de remporter le Championnat du Monde et nous sommes très fiers d’avoir accompli cette mission. »

2019 06 16 24 Heures du Mans 2019
« 1 de 8 »
  • Audi 200 Turbo Quattro 2L2 C3 Depuis 1984, l’Audi 200 a la lourde tâche de venir bousculer les valeurs établies chez les limousines de prestige. Ses arguments sont très atypiques afin de se démarquer : transmission intégrale Quattro, 5 cylindres en ligne, turbocompresseur et aérodynamique soignée. D’ailleurs, avec son Cx de 0,33, l’Audi 200 Turbo Quattro peut profiter d’un joli coefficient ...
  • Renault 21 2 Litres Turbo Phase 2 Depuis 1987, la Renault 21 2 litres Turbo sème la terreur chez les berlines de sport. Il n’y a que les Ford Sierra RS Cosworth et Mercedes-Benz 190 2L3-16 pour faire la course en tête. Peugeot et sa 405 MI16 ne font pas le poids côté moteur, tandis que les autres berlines de sport sont ...
  • Citroën BX 19 GT Depuis 1982, Citroën a tranché sérieusement avec la remplaçante de sa GSA en fin de parcours avec sa nouvelle BX. Une ligne anguleuse, et moins aérodynamique (Cx de 0,34), signée Marcello Gandini. Pas étonnant donc de retrouver certains détails stylistiques chers au designer italien qui signa entre autre la Lamborghini Countach lorsqu’il était chez Bertone. ...
  • Audi 200 Turbo Quattro 2L1 C3 Ferdinand Piech aux commandes d’Audi a de grandes ambitions pour la marque aux anneaux : concurrencer BMW et Mercedes-Benz et devenir leur égal. Rien que ça ! Mais à y regarder de près, les actes suivent les paroles avec des atouts qui deviennent progressivement l’ADN de la marque : transmission intégrale Quattro, moteur 5 cylindres ...
  • Renault 21 2 Litres Turbo Ouf ! Il était temps pour Renault de remiser sa berline 18 au placard, arrivée en bout de souffle et totalement désuète sur le marché des berlines de taille moyenne. Renault a confié à Giorgietto Giugiaro le dessin de sa nouvelle berline 21 qui est lancée en mars 1986. Plus cubique, avec de larges surfaces ...
  • Citroën BX Sport Citroën ne recule devant rien. Après la convaincante BX 19 GT, la firme du Quai de Javel enfonce le clou en mars 1985 avec la Citroën BX Sport. Basée sur la 19 GT, Citroën va plus loin dans la définition de la berline sportive afin de jouer avec les mêmes arguments que les constructeurs allemands ...
  • Maserati Ghibli II 2L8 En parallèle de la version 2 litres réservée au marché intérieur italien, Maserati dédouble son offre Ghibli II au salon de Turin 1992 avec une variante de plus grosse cylindrée (2,8 litres). Maserati poursuit donc le développement vers le haut de sa saga Biturbo après la très exclusive Maserati Shamal. D’ailleurs, si la Maserati Ghibli ...
  • Citroën AX Sport Phase 2 Depuis quelques mois, Citroën a étonné avec sa petite AX Sport dont la vocation première est d’être produite à 5 000 exemplaires afin d’être homologuée en groupe N et groupe A catégorie 1 300 cm3. Sportive brute de décoffrage, la petite AX a enthousiasmé les observateurs et les passionnés par son caractère très sportif, la ...
  • Citroën CX 25 GTI Turbo Depuis 1974, la Citroën CX a connu son lot d’évolution, promenant ainsi une silhouette unique dans un segment de marché dominé par un classicisme traditionnel. Il faut avouer que la ligne tracée par Robert Opron demeure aérodynamique et profilée, ne prenant que peu de ride au fil du temps qui passe. On aime ou pas, ...
  • Alfa Romeo 164 2L0 Twin Spark Alfa Romeo bien mal en point a été racheté finalement par Fiat en 1986. Un an plus tard au salon de Francfort, sur la patrie des constructeurs allemands, experts es-berlines, Alfa Romeo dévoile les premiers fruits de cette nouvelle collaboration : l’Alfa Romeo 164 2L0 Twin Spark. Basée sur la plateforme Tipo Quattro (Saab 9000, ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. FerrariPorscheLamborghiniAston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (LotusBMW,Mercedes-BenzAudi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTIR8 GordiniVW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
24 Heures du Mans 2019 - Victoire de Toyota avec Alonso-Buemi-Nakajima au volant, 10.0 out of 10 based on 1 rating
Please follow and like us:
20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.