Opel revient sur son titre en ITC 1996 avec son Opel Calibra

La saison 1996 a été un moment mémorable dans l’histoire du championnat des voitures de tourisme. Les voitures engagées en Classe 1 recevaient des mécaniques proches de celles des Formule 1. Avec la bénédiction de la FIA, le DTM allemand se muait en Championnat international des voitures de tourisme (ITC). Les courses avaient lieu dans le monde entier, de Hockenheim en Allemagne à Sao Paulo au Brésil. Elles étaient retransmises en direct à la télévision et chaque course mobilisait les foules. Devant leur poste de télévision, les fans suivaient les exploits des pilotes célèbres en attendant les dépassements les plus téméraires. A la fin de la saison 1996, Opel fêtait son plus grand succès obtenu en sport automobile, puisqu’il remportait cette année-là les championnats des pilotes et des marques, face à la concurrence féroce d’Alfa Romeo et de Mercedes. En grand tourisme, les vedettes 1996 s’appelaient Opel Calibra V6 4×4 et Manuel Reuter.


La liste des pilotes était émaillée de stars. D’anciens pilotes de Formule 1 comme Alessandro Nannini, JJ Lehto et Hans-Joachim Stuck se mesuraient à de jeunes espoirs comme Giancarlo Fisichella et les vainqueurs du DTM Nicola Larini (1993), Klaus Ludwig (1994) et Bernd Schneider (1995). Dans les séries internationales, les teams d’usine Joest, Rosberg et Zakspeed avaient leur place sur la grille de départ pour défendre les couleurs Opel. Les voitures de tourisme en Classe 1 regorgeaient de technologie : elles étaient équipées de moteurs V6 de 2,5 litres de cylindrée offrant quelque 500 ch qui passaient à la route en utilisant des trains roulants sophistiqués et même, dans le cas de l’Opel Calibra, une transmission intégrale. La Calibra recevait aussi un ABS et une boîte de vitesses semi-automatique qui permettait de changer de rapport en quelques fractions de seconde, avec des palettes au volant. Les temps au tour des voitures de tourisme de l’ITC atteignaient ceux de la Formule 3000, la dernière série préparatoire destinées aux aspirants pilotes de Formule 1 de l’époque.

La saison 1996 de l’ITC

Pour Opel, la saison commençait en fanfare à domicile, à Hockenheim. Le 14 avril 1996 – il y a 25 ans aujourd’hui – Manuel Reuter s’adjugeait la victoire au volant de sa Calibra « Cliff » lors de la première des deux manches. Le pilote de Mainz, en Allemagne, emportait finalement le championnat des pilotes lors d’une course qui se déroulait sous une pluie diluvienne à Sao Paulo : lors de cette épreuve, il parvenait à laisser derrière lui son plus grand rival pour le titre, le pilote Mercedes Bernd Schneider. En plus du titre de pilote, Opel emportait également la première place du championnat des constructeurs lors de la finale de la saison à Suzuka, au Japon, avec 349 points, devant Alfa Romeo (340 points) et Mercedes (305). Les pilotes de Calibra ont remporté neuf victoires : quatre pour Klaus Ludwig (Opel Team Zakspeed), trois pour Manuel Reuter (Joest), deux pour « Strietzel » Stuck (Rosberg). Et 19 autres podiums en 26 courses pour faire bon compte.

La technologie de l’Opel Calibra V6

Avec un moteur V6 basé sur celui de l’Opel Monterey, la Calibra disposait d’environ 500 ch pour la saison 1996. Des développements supplémentaires furent effectués par Cosworth Engineering au cours de la saison. Le bloc en aluminium permettait de gagner du poids par rapport à son prédécesseur. L’angle formé par les bancs de cylindres était plus ouvert (75 degrés, contre 54 auparavant), ce qui permettait d’abaisser la hauteur totale et donc d’avoir un centre de gravité plus favorable. L’aérodynamique profitait aussi de cet abaissement, avec des prises d’air plus plates.

En outre, cette Calibra recevait une transmission semi-automatique six vitesses à commande hydraulique. Cette boîte, développée en collaboration avec le partenaire d’Opel, Williams GP Engineering, soulageait la charge de travail du conducteur, notamment dans les situations de course délicates, et empêchait les surrégimes. Un système hydraulique à haute pression actionnait la boîte de vitesses séquentielle. Le conducteur passait les vitesses soit par des palettes situées derrière le volant, soit en appuyant sur un bouton. La Calibra ne mettait que 0,004 seconde pour changer de vitesse, en comprenant le temps utilisé pour le débrayage.

Un autre système hydraulique faisait varier les pressions dans les blocages de différentiel. Des capteurs mesuraient le patinage des roues et l’unité de commande électronique convertissait ces informations en pression hydraulique optimale – en l’augmentant à l’accélération, par exemple, et en fermant ainsi le blocage du différentiel. Une fois que le circuit – et donc les variations d’adhérence – avaient été mémorisées dans l’ordinateur, il était possible de programmer le verrouillage des différentiels, ainsi que le réglage automatique des barres stabilisatrices. La tenue de route de la Calibra ITC profitait aussi considérablement du travail des spécialistes de l’aérodynamique : grâce à 200 heures passées en soufflerie, ils avaient été capables d’augmenter la force d’appui de 28%, un chiffre étonnant.

Mais avec le triomphe d’Opel à la fin de la saison 1996, l’ère des voitures de tourisme Classe 1 avait atteint son apogée. La « Formule 1 avec un toit » était devenue trop chère en termes de développement et de coûts d’exploitation. Après deux ans seulement d’existence, l’ITC était abandonné. En 2000, le DTM – désormais appelé German Touring Car Masters – faisait son retour avec un nouveau règlement et des exigences mécaniques plus modestes. Une fois de plus, les teams usine de Rüsselsheim répondaient présents. Manuel Reuter remportait deux victoires au volant de l’Opel Astra V8 Coupé. Joachim Winkelhock et Uwe Alzen remportaient également une épreuve.

Aujourd’hui, la plupart des voitures de tourisme des époques ITC et DTM sont tranquillement rangées côte à côté dans la collection Opel Classic. La Calibra « Cliff » noire et blanche de 1996 est à la première place. La championne du monde se tient depuis 25 ans dans ce hall en pole position sans pouvoir jamais plus être contestée.

Les teams Opel de la saison ITC 1996

Joest

Pilote numéro 7          Manuel Reuter (D, Champion ITC)

Pilote numéro 8          Oliver Gavin (GB)

Pilote numéro 24        Yannick Dalmas (F)

Pilote numéro 25        Alexander Wurz (A), Tony Kanaan1 (BR)

Pilote numéro 27        Masanori Sekiya1 (J)

Rosberg

Pilote numéro 43        JJ Lehto (FIN)

Pilote numéro 44        Hans-Joachim Stuck (D)

Zakspeed

Pilote numéro 16        Uwe Alzen (D)

Pilote numéro 17        Klaus Ludwig (D)

Pilote numéro 23        Volker Strycek1 (D)

Giudici (team privé)

Pilote numéro 13        Gianni Giudici (I)


[1] Ces pilotes étaient des pilotes invités qui n’ont couru que quelques courses

Opel
  • Walter Röhrl devenait Champion du Monde sur Opel Ascona 400 il y a 40 ans Opel et le rallye ont tissé depuis très longtemps des liens très étroits. La Corsa-e Rally 100% électrique que l’on voit faire des travers dans les virages de l’ADAC Opel e-Rally Cup est une descendante des voitures de légende Opel que l’on a connues en rallye dans les années 1970 et 1980. Après les succès ...
  • Opel Rekord D ou la millionnaire de Rüsselsheim qui fête ses 50 ans L’Opel Rekord D (alias Rekord II afin d’éviter toute confusion avec le « D » qui peut évoquer une version diesel), qui fêtera son 50ème anniversaire en janvier 2022, n’avait pas la tâche facile. Son prédécesseur direct avait été construit à plus de 1,2 million d’exemplaires, soit un huitième de toutes les voitures qu’Opel avait produites en 70 ans ...
  • Opel Vectra A 2000i 16V Au début des années 80, Opel a misé sur l’aérodynamique soignée de ses véhicules pour faire plus moderne et « jeune ». Mais seul le design ne suffit pas à rajeunir une marque qui peine à séduire et changer son image vieillotte. Mais la nouvelle Opel Vectra en 1988 balaie les préjugés et conjugue belle ...
  • Opel Vectra A Turbo 4×4 En 1988 Opel poursuit sa révolution de palais avec sa nouvelle berline Vectra A qui remplace avec bonheur la rigide et austère Ascona C. Pour le millésime 1993, la gamme Vectra a été rafraîchie et remise au goût du jour mais pas uniquement. Dans la foulée de l’Opel Calibra Turbo 4×4, la firme de Rüsselsheim ...
  • Opel Astra génération F ou déjà 30 ans de la saga des compactes de Rüsselsheim Lorsque l’Opel Astra F a été présentée en première mondiale en 1991, c’était une époque de grands changements. Le « rideau de fer » qui divisait l’Europe venait de tomber et la « guerre froide » avait pris fin. En raison d’incidents tels que la marée noire de l’Exxon Valdez, les gens étaient de plus en plus conscients de ...
  • Opel revient sur son titre en ITC 1996 avec son Opel Calibra La saison 1996 a été un moment mémorable dans l’histoire du championnat des voitures de tourisme. Les voitures engagées en Classe 1 recevaient des mécaniques proches de celles des Formule 1. Avec la bénédiction de la FIA, le DTM allemand se muait en Championnat international des voitures de tourisme (ITC). Les courses avaient lieu dans ...
  • Nouvelle Opel Manta GSe ElektroMOD C’était déjà une voiture qui parlait aux sens. Désormais, la légendaire Opel Manta se tourne résolument vers l’avenir et en devenant ElektroMOD, elle devient un véhicule sans émissions affichant un visage moderne. Sous le capot noir emblématique de l’Opel, le quatre-cylindres essence a fait place à un puissant moteur électrique. Le « e » de GSe est ...
  • Opel Speedster – Guide Achat General Motors est toujours à la quête d’une image pour ses marques jumelles Opel et Vauxhall (Angleterre). De son côté, Lotus doit pouvoir passer le cap des nouvelles normes de crash tests pour son Elise, et le châssis actuel ne le permet pas. Opel dans la foulée dévoile un concept car Opel Speedster dévoilé au ...
  • Opel Vectra A 2000i 16V 4×4 Opel depuis la sortie de sa compacte Kadett joue la carte de l’aérodynamique et de belles mécaniques pour dynamiser une image qui peine à éclore spontanément dans l’esprit des clients. Trop classiques et vieillottes les Opel ? A voir… Mais avec sa berline Vectra (A) qui remplace en 1988 avantageusement (c’est peu de l’écrire) l’Ascona, ...
  • La Lotus Omega fête ses 30 ans Cette nouvelle voiture de Lotus, qui a fait la une des journaux et qui divise l’opinion, fête son 30e anniversaire cette année. Suggérer que la Lotus Carlton de 174 miles par heure était controversée au moment de son lancement serait un euphémisme. Cette berline de 3,6 litres à deux turbocompresseurs et à quatre places avec système ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. FerrariPorscheLamborghiniAston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (LotusBMW,Mercedes-BenzAudi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTIR8 GordiniVW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Opel revient sur son titre en ITC 1996 avec son Opel Calibra, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.