Maximilian E. Hoffman ou un importateur qui établit Mercedes-Benz aux USA

Une idée géniale marque le début de l’histoire des voitures de sport de série SL de Mercedes-Benz : Mercedes-Benz devait transférer la fascination pour la sportivité de luxe à un roadster compact. C’est ce que propose en 1953, l’importateur de la marque pour l’est des États-Unis d’Amérique. Dans le dialogue qui s’est instauré entre la direction de Stuttgart et Hoffman, deux voitures de sport ont finalement vu le jour : le roadster compact 190 SL (W 121) initié par Hoffman était techniquement dérivé par Mercedes-Benz des berlines « Ponton » de la catégorie moyenne supérieure (W 120). En outre, le concept de la voiture de sport de course 300 SL (W 194), qui a connu un grand succès, a été transposé dans la 300 SL « Gullwing » (W 198) à hautes performances, destinée à une clientèle particulièrement exigeante. Les deux voitures de sport sont présentées en première mondiale au Salon international du sport automobile de New York, du 6 au 14 février 1954. La 300 SL Roadster (W 198) présentée en 1957 était également le fruit de l’initiative d’Hoffman.

L’entreprise était ouverte à l’apport visionnaire d’Hoffman, qui a largement contribué à la légende de la Mercedes-Benz SL. Les deux voitures de sport produites en série en 1954 marquent le début d’une tradition unique qui se prolonge jusqu’à l’actuelle Mercedes-AMG SL de série 232. L’influence d’Hoffman est donc certainement comparable à celle d’Emil Jellinek un bon demi-siècle plus tôt : en spécifiant ses exigences, le principal concessionnaire d’automobiles de la Daimler-Motoren-Gesellschaft à Nice à l’époque a donné l’impulsion à la conception de la Mercedes 35 cv de Wilhelm Maybach.

L’exportation vers l’Amérique du Nord prend forme
L’entreprise prend contact avec Maximilian E. Hoffman dans le cadre de sa stratégie de renforcement des exportations vers l’Amérique du Nord. Wilhelm Haspel, président du conseil d’administration de la Daimler-Benz AG de l’époque, a personnellement fait avancer le positionnement du plus ancien constructeur de voitures de luxe du monde en Amérique du Nord à partir de l’été 1948. Il était conscient que les États-Unis en particulier, avec le plus grand marché automobile du monde à l’époque, avaient une fonction clé importante pour la réussite des exportations mondiales. Les véhicules utilitaires étaient également inclus dans les considérations – et ils allaient même constituer un moteur important des activités de l’entreprise à l’étranger.

Les exportations de Mercedes-Benz vers l’Amérique du Nord se concrétisent en 1952. Un rôle décisif a été joué par Maximilian E. Hoffman, originaire de Vienne, qui s’est porté candidat pour devenir distributeur Mercedes-Benz aux États-Unis d’Amérique en mars 1952. Le 31 juillet 1952, la société Daimler-Benz AG de l’époque a signé avec lui un contrat de distributeur général pour l’est des États-Unis. Les ventes ont commencé en décembre 1952, après l’aménagement des salles d’exposition, la formation des vendeurs et la livraison des véhicules aux normes américaines. Au total, 253 voitures particulières Mercedes-Benz ont été exportées aux États-Unis au cours de cette première année de coopération avec Hoffman.

Le flair d’Hoffman pour le luxe automobile
Maximilian Edwin Hoffman est né à Vienne le 12 novembre 1904. En tant qu’homme d’affaires, il a développé un grand sens des automobiles fascinantes et prometteuses, associé à un sens prononcé de l’esthétique, de la technologie et de la dynamique de conduite. Dans les années 1930, il a fondé avec un partenaire la société Hoffman & Ruppert à Vienne, qui a importé avec succès des automobiles Alfa Romeo, Bentley, Delahaye, Rolls-Royce, Talbot et Volvo en Autriche.

Pendant l’ère nazie, Hoffman, fils d’un fabricant juif de machines à coudre, puis de motos, émigre d’abord en France, puis à New York en 1941. Après la fin de la guerre, il a réussi à se lancer dans l’importation de véhicules européens aux États-Unis d’Amérique. Hoffman, qui a adapté son nom de famille à l’orthographe anglo-saxonne, présente une Delahaye dans un showroom de la belle Park Avenue de New York. Grâce à son goût excellent et à sa charge de travail élevée, il s’est assuré une position de premier plan dans le commerce exclusif de l’automobile aux États-Unis. Par conséquent, il était prédestiné à un rôle de partenaire de Mercedes-Benz en Amérique du Nord.

Après le lancement réussi des ventes en 1952, le statut d’Hoffman a pris un poids supplémentaire pour Mercedes-Benz à partir de mai 1953 : c’est au cours de ce mois que le directeur des exportations Arnold Wychodil a fait part à ses collègues de l’évaluation de l’importateur selon laquelle une voiture de sport Mercedes-Benz était nécessaire pour le marché américain. Maximilian E. Hoffman est invité et, le 2 septembre 1953, il présente personnellement ses plans à Untertürkheim à un groupe composé des huit membres du conseil d’administration et des principaux employés de l’entreprise. Il décrit les caractéristiques particulières du marché américain et, selon le procès-verbal du conseil d’administration, demande « en toutes circonstances, une voiture de sport qui, à elle seule, pourrait assurer la subsistance de l’organisation des concessionnaires ».

Deux voitures de sport de série voient le jour
Le résultat de la discussion a été le développement de prototypes pour deux voitures de sport. Hoffman est particulièrement intéressé par une voiture de sport compacte à toit ouvert. Le cadre de la plate-forme de la Mercedes-Benz 180 (W 120) était initialement envisagé comme base. Hoffman a toutefois rejeté un cabriolet à empattement long et au radiateur traditionnel de Mercedes-Benz, car cette forme ne correspondait pas à son idée d’une voiture de sport européenne typique. Les designers et les stylistes de Sindelfingen ont répondu à cette appréciation. En fait, la 190 SL a été construite avec un empattement plus court de 250 millimètres (2 400 millimètres au lieu de 2 650 millimètres) sur la plate-forme du cabriolet A de la série W 120 initialement prévu. Il est doté d’une grande étoile centrale avec une grille transversale chromée dans la calandre – depuis lors, le visage typique du SL.

Tandis que Mercedes-Benz poursuit résolument le développement en série de la 190 SL, le Coupé 300 SL est également développé à court terme en tant que voiture de sport hautes performances, avec une technologie basée sur la voiture de sport de course de 1952. La première au salon des deux voitures de sport en février 1954 fait sensation. La 300 SL « Gullwing » (W 198) est lancée à l’été 1954, suivie en 1955 par la 190 SL (W 121), qui est présentée à New York comme modèle de présérie. Et surtout, ce roadster compact devient la grande attraction des ventes de Mercedes-Benz aux États-Unis : entre 1955 et 1960, il représente 17,75 % de toutes les voitures particulières Mercedes-Benz livrées aux États-Unis – l’estimation de Maximilian E. Hoffman s’est avérée exacte.

À la fin de 1953, Hoffman devient le distributeur général de Mercedes-Benz pour l’ensemble des États-Unis. Hoffman Motor Car Co. élargit en conséquence son territoire de vente de véhicules Mercedes-Benz, avec des centres à New York, Chicago et Los Angeles. À partir du milieu des années 1950, Daimler-Benz AG établit progressivement sa propre présence en Amérique du Nord avec les filiales Daimler-Benz of North America (à New York) et Mercedes-Benz of Canada (à Toronto). À partir de 1965, les ventes ont été transférées à Mercedes-Benz of North America (MBNA).

Ouverture du nouveau Classic Center à Long Beach, Californie
La collaboration entre Mercedes-Benz et Maximilian E. Hoffman à partir de 1952 s’est avérée déterminante pour l’avenir de la marque en Amérique du Nord. En ce qui concerne l’héritage du plus ancien constructeur automobile du monde, une autre décision prise au début des années 2000 a été tout aussi importante : à Irvine, en Californie, Mercedes-Benz Classic a ouvert son propre Classic Center en 2006. Il est devenu un phare pour la scène des classiques automobiles de marque étoilée aux États-Unis d’Amérique et au-delà.

Les 12 et 13 août 2022, la marque ouvrira un nouveau chapitre de cette success story : la cérémonie d’ouverture du nouveau site du Classic Center à Long Beach, au sud de Los Angeles. Outre la « Grand Opening » du 12 août, le programme de l’événement comprendra également une rencontre classique dans la série « Classics & Coffee » le 13 août.

Mercedes-Benz Classic sera également présente à l’été 2022 lors de ce qui est probablement l’événement classique le plus brillant d’Amérique du Nord : le 21 août 2022, le plus ancien constructeur de voitures de luxe au monde participera au concours d’élégance de Pebble Beach à Monterey, en Californie. Des informations plus détaillées suivront à l’approche de l’événement.

Mercedes-Benz
  • Mercedes-Benz CL 500 C216 Depuis 1952 avec le coupé 300 S, la tradition du coupé Grand Tourisme luxe chez Mercedes-Benz a fait un sacré chemin avec 178 000 coupés produits. Et la génération CL C215 termine sa carrière avec 46 800 exemplaires vendus. Pour sa remplaçante, c’est désormais le duo Gorden Wagener and Peter Pfeiffer qui remplace Bruno Sacco ...
  • Mercedes-Benz 500 SEC AMG W126 Chez AMG, dans les locaux d’Affalterbach, la passion des voitures surplombées d’une étoile n’est pas qu’une simple image. Depuis les années 60, messieurs Melcher et Aufrecht s’escriment à transformer les notables Mercedes-Benz en voiture de sport, sans pour autant sacrifier les qualités intrinsèques de la marque allemande de Stuttgart. Les coupés SEC W126 présentés en ...
  • Mercedes-Benz Coupés SEC W126 – Guide Achat La Mercedes-Benz Classe S W126 est introduite en septembre 1979. Elle frappe par sa ligne inédite et beaucoup plus moderne et aérodynamique (Cx de 0,36) quitte à choquer dans un premier temps les adeptes de la marque. Moins gourmande en carburant, plus puissante et performante, la nouvelle Classe S innove et poursuit la quête de ...
  • Mercedes-Benz 500 SEC AMG 32V W126 Fort de ses premières réalisations réussies sur la base des berlines et coupé Classe S W126, AMG persiste et signe avec une évolution supplémentaire pour la Mercedes-Benz 500 SEC W126 qui rappelons-le est équipée d’origine d’un V8 de 5 litres développant 231 ch. AMG pousse le bouchon toujours plus loin, et pour aller chercher toujours ...
  • Mercedes-Benz A35 AMG W177 La Mercedes-Benz Classe A a (enfin) rencontré son public avec la génération W176. Singeant la formule gagnante de l’Audi A3 et la BMW Série 1, le succès a été incontestable, notamment en France devenant le best-seller de la firme à l’étoile. Et en guise de locomotive, la A45 AMG W176 a bataillé tout en haut ...
  • Mercedes-Benz CL 500 C215 Fini la crise financière des années 90, la firme à l’étoile tourne la page… un chapitre même ! Avec une offensive tout azimut, Mercedes-Benz développe un haut de gamme et même plus (Maybach, SLR McLaren) pour séduire une clientèle avide de différences et de luxe. Mais avant cela, c’est le coupé CL dérivé de la ...
  • Mercedes-Benz 300 CE W124 Après la nouvelle Classe E W124 en 1986, Mercedes-Benz poursuit le renouvellement de sa gamme pour 1987 avec le coupé CE dérivé de la berline. Ce qui frappe d’emblée est la ligne dont les vitrages latéraux sont dépourvus de montants comme c’était le cas dans la génération précédente (W123). Une ligne quoique massive et assez ...
  • Mercedes-Benz 300 CE-24 Cabriolet A124 Depuis 1987, Mercedes-Benz gratifie sa série W124 dérivé de la classique mais néanmoins moderne berline E un coupé CE dont le pavillon sublime la ligne originelle, sans encadrement de porte. Il aura fallu attendre 1992 pour qu’un dérivé cabriolet voie le jour. Mais le résultat valait la peine de quelques années de patience ! Pas ...
  • Mercedes-Benz AMG GT-R Depuis 2014, la Mercedes-Benz AMG GT est venue marquer de son empreinte le petit monde des Grand Tourisme. Elle a pour elle une gueule d’enfer, un V8 communicatif et des performances de premier plan. Le tout avec un caractère bien trempé qui tranche avec sa rivale désignée la Porsche 911. Et comme à Stuttgart il ...
  • Mercedes-Benz CLK 55 AMG W208 Depuis la Mercedes-Benz C36 AMG W202, Affalterbach et la firme de Stuttgart ont définitivement leurs destins liés. De « simple » tuner, AMG est passé au statut de constructeur puis de filiale de Mercedes-Benz. Il est donc logique que pour 1999 le très réussi coupé Mercedes-Benz CLK W208 fasse un stage d’amélioration dans les ateliers ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. FerrariPorscheLamborghiniAston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (LotusBMW,Mercedes-BenzAudi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTIR8 GordiniVW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des information s techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.