Mercedes-Benz revient sur les 30 ans de son cabriolet Classe E qui marquait le retour du cabriolet 4 places dans le catalogue Mercedes-Benz

Les cabriolets Mercedes-Benz de la série 124 sont des classiques modernes très recherchés. Ils combinent parfaitement la passion pour les croisières élégantes à ciel ouvert et le haut niveau technique de la marque de Stuttgart dans la série moyenne de luxe. Les véhicules ont été présentés pour la première fois il y a 30 ans au Salon international de l’automobile (IAA) de Francfort-sur-le-Main, du 12 au 22 septembre 1991 – sept ans après la présentation des Saloons de la série 124.

Avec ce cabriolet quatre places, Mercedes-Benz a réussi à combler un vide de 20 ans dans une tradition sportive et luxueuse, puisque les légendaires cabriolets W 111/W 112 ont été produits jusqu’en 1971. Les Cabriolets de la série 124, qui ont été rebaptisés Cabriolet Mercedes-Benz Classe E en 1993 dans le cadre du changement de nomenclature, ont été remplacés par les cabriolets à quatre places avec capote suivants : CLK Cabriolets A 208 (1998 à 2003) et A 209 (2003 à 2010) ainsi que Classe E Cabriolets A 207 (2010 à 2017) et A 238 (depuis 2017). En 2015, les Cabriolets quatre places ont également fêté leur première dans la Mercedes-Benz Classe S (A 217) et dans la Mercedes-Benz Classe C (A 205) en 2016.

Projet phare de la gamme moyenne de luxe

Le cabriolet de ce qui allait devenir la Classe E était basé sur le coupé de la série 124. Après le lancement de la berline hautes performances 500 E à l’automne 1990, le cabriolet à quatre places représentait un autre projet phare de la série 124. Les ingénieurs n’ont pas ménagé leurs efforts pour concrétiser ce projet : ils ont modifié environ 1 000 pièces ou les ont conçues de toutes pièces pour répondre aux exigences strictes en matière de sécurité passive et de confort de conduite, malgré la structure de toit omise. Par rapport aux coupés, Mercedes-Benz a donc fabriqué de nombreuses pièces porteuses du cabriolet à partir de tôles plus épaisses ou plus résistantes. Après des calculs complexes de simulation sur ordinateur, les zones soumises à de fortes contraintes ont également été équipées de renforts supplémentaires par le doublage des tôles ou l’installation de goussets et d’entretoises. Des éléments tels que l’épaisseur de la tôle au niveau des montants A et B ainsi que sur les longerons latéraux du cadre ont été renforcés, le compartiment de la capote a été installé comme entretoise et un élément moulé sous pression a été vissé au tunnel d’assemblage du plancher et à la traverse du tableau de bord. Des entretoises diagonales à l’avant (entre le support de l’essieu avant et les deux longerons extérieurs du cadre) et à l’arrière (entre le logement de la roue de secours et les longerons extérieurs du cadre) renforcent la rigidité en torsion. Dans ces zones, les ingénieurs ont mis à profit l’expérience acquise lors du développement de la Mercedes-Benz SL de la série R 129.

Des amortisseurs de vibrations ont également été utilisés pour optimiser le confort de conduite. Les développeurs avaient déjà utilisé ces éléments dans la Mercedes-Benz 600 Landaulet de la série W 100, lancée en 1965. Quatre de ces systèmes ressort-masse pesant au total 26 kilogrammes ont été installés dans des zones critiques du cabriolet : sur le dôme de la jambe de suspension avant gauche, dans le cadre du toit et dans les puits de coffre arrière. Un test comparatif réalisé par le magazine spécialisé « auto motor und sport » (numéro 19/1994) est arrivé à la conclusion suivante : « Aucun autre cabriolet à quatre places n’est plus rigide que la Mercedes ». Le magazine américain « Road & Track » a reconnu les qualités de la E 320 Cabriolet dans le cadre d’un test comparatif dans le numéro 7/1994 : « Une bonne partie de la différence de prix se trouve dans la structure de la voiture. Elle est nettement plus silencieuse que les deux autres lorsque la capote est ouverte. Les irrégularités de la surface de la route sont notées par la suspension et annoncées au conducteur de manière subtile, sans perturber l’aplomb de quiconque. Sur l’autoroute, la E 320 est presque aussi silencieuse que ses frères et sœurs du coupé et de la berline, grâce à une structure de carrosserie remarquablement solide et à l’excellent ajustement de la capote. »

Arceau de sécurité linéaire

Les niveaux de sécurité passive étaient également exemplaires : en cas de choc frontal, arrière ou latéral, les cabriolets répondaient aux normes élevées de la berline, du break et du coupé. Les montants A ont été soudés à des tôles profilées installées à l’intérieur pour former une unité solide, offrant également aux occupants une sécurité adéquate en cas de retournement du véhicule. Un arceau de sécurité à fonctionnement linéaire, nouvellement mis au point et breveté, a été installé derrière les sièges arrière, avec la forme de deux appuie-tête individuels au sommet. L’arceau se déploie vers le haut sur une trajectoire légèrement elliptique en 0,3 seconde lorsque les capteurs du véhicule détectent un renversement imminent. En option, elle peut également être déployée et rétractée manuellement pour servir d’appui-tête aux occupants de l’arrière.

La capote entièrement rétractable a également répondu à des exigences strictes en termes de confort de conduite. La conception très précise, qui pèse 43 kilogrammes, se compose de 27 pièces de liaison et de 34 articulations. Lorsqu’elle est repliée, son volume n’est que de 80 litres. La capote était isolée par une couche de fibre polaire de 20 millimètres d’épaisseur entre le revêtement extérieur et la garniture intérieure de la capote. Le revêtement extérieur était également relié de manière permanente aux cadres avant et central afin d’empêcher la capote de se gonfler, une caractéristique par ailleurs assez courante sur les cabriolets. En conséquence, le Cabriolet de la série 124 se sentait presque comme le Coupé lorsqu’il se déplaçait avec la capote fermée. La grande lunette arrière chauffante était en verre de sécurité. Grâce à un double cadre, elle affleure le revêtement extérieur et offre ainsi une vue non déformée vers l’arrière. Un mécanisme de capote électrohydraulique était disponible en tant qu’équipement optionnel pratique, qui a été intégré à l’équipement standard après le lifting de 1993.

Un partenariat basé sur le design

Le cabriolet Mercedes-Benz a été développé en collaboration avec Porsche. Le travail sur le cabriolet à quatre places a commencé chez Karmann à Osnabrück en 1988. En janvier 1989, Porsche a ensuite repris la commande de développement. L’entreprise avait jusqu’alors travaillé sur un cabriolet potentiel pour la future série 202 de la Classe C. Auparavant, Porsche avait déjà reçu une commande de développement d’une variante potentielle de cabriolet pour la classe compacte Mercedes-Benz de la série 201. Les deux entreprises automobiles basées à Stuttgart avaient déjà coopéré dans le cadre du développement et de la production de la Mercedes-Benz 500 E, véhicule hautes performances. Les travaux sur l’A 124 ont été réalisés par Porsche sur le site de Weissach. La fiabilité et la résistance à la fatigue du cabriolet ont été testées chez Mercedes-Benz et Porsche dans le cadre de divers essais d’endurance.

De la variante solitaire à la famille de modèles

Le cabriolet 300 CE-24, équipé d’un moteur six cylindres en ligne de 3 litres développant 162 kW (220 ch), a été présenté en 1991. Sa production en série a été lancée à l’usine Mercedes-Benz de Sindelfingen en mars 1992. Le modèle est d’abord resté une variante solitaire élégante et sportive au sein de la gamme de modèles de la marque. Dès l’année-modèle 1993, le cabriolet à quatre places avait subi un lifting, reconnaissable extérieurement à des éléments tels que le « radiateur intégré » basé sur la Classe S de la série 140, les feux de signalisation avant à lentilles transparentes et les bandes de protection du pare-chocs de la même couleur que les parties détachables du véhicule. L’airbag conducteur et les rétroviseurs extérieurs à réglage électrique à gauche et à droite faisaient désormais partie de l’équipement de série, tandis que le verrouillage centralisé et la transmission à cinq vitesses faisaient déjà partie de l’équipement de série des cabriolets à quatre places. À partir de ce moment, le véhicule est connu sous le nom de Mercedes-Benz Classe E Cabriolet.

La gamme de modèles comprend désormais un total de quatre variantes avec deux moteurs à quatre et six cylindres chacune. Le E 200 Cabriolet (100 kW/136 ch) a été initialement et jusqu’en 1994 exclusivement produit pour l’exportation vers la Grèce, l’Italie et le Portugal. Par conséquent, le véritable modèle d’entrée de gamme en 1993 était le E 220 Cabriolet (110 kW/150 ch). Le cabriolet 300 CE-24 a été remplacé par le cabriolet E 320 (162 kW/220 ch), et le cabriolet E 36 AMG (200 kW/272 ch) est devenu le nouveau modèle haut de gamme. Au total, exactement 33 952 Cabriolets de la série 124 ont été produits jusqu’en juillet 1997. Dans ce processus, la plupart des clients (18 572) ont opté pour une variante à moteur six cylindres.

Mercedes-Benz W124 Cabriole
« de 2 »
  • Mercedes-Benz C32 AMG Kompressor W203
    En 2000, Mercedes-Benz attaque le 3e volet de sa berline « d’entrée de gamme » avec sa Classe C (W203). L’année suivante, c’est la variante AMG qui vient coiffer avec autorité la gamme Classe C. Toujours aussi discrète (boucliers AV et AR, jantes 17″ et sortie d’échappement AMG), la Mercedes-Benz C32 AMG Kompressor W203 fait parler la ...
  • Mercedes-Benz SL600 V12 R230
    Depuis le salon de Francfort en septembre 2001, le nouveau Mercedes-Benz SL R230 électrise les foules et les rétines. Pas de doute, l’équipe du design Mercedes-Benz a réalisé un sans faute, et réussi à presque masquer des dimensions très conséquentes pour un roadster deux places : près de 4,6 mètres de longueur, 1,8 mètres de ...
  • Mercedes-Benz 450 SEL 6L9 W116
    Mercedes-Benz a déjà tapé fort dans le passé (1968) et surpris tout le monde avec sa Mercedes 300 SEL 6.3 dont le concept de la limousine avec un gros moteur a même mené la firme à l’étoile jusqu’à une victoire aux 24 Heures de SPA Francorchamps. Et depuis la présentation en septembre 1972 de la ...
  • Mercedes-Benz CL 500 C216
    Depuis 1952 avec le coupé 300 S, la tradition du coupé Grand Tourisme luxe chez Mercedes-Benz a fait un sacré chemin avec 178 000 coupés produits. Et la génération CL C215 termine sa carrière avec 46 800 exemplaires vendus. Pour sa remplaçante, c’est désormais le duo Gorden Wagener and Peter Pfeiffer qui remplace Bruno Sacco ...
  • Mercedes-Benz 500 SEC AMG W126
    Chez AMG, dans les locaux d’Affalterbach, la passion des voitures surplombées d’une étoile n’est pas qu’une simple image. Depuis les années 60, messieurs Melcher et Aufrecht s’escriment à transformer les notables Mercedes-Benz en voiture de sport, sans pour autant sacrifier les qualités intrinsèques de la marque allemande de Stuttgart. Les coupés SEC W126 présentés en ...
  • Mercedes-Benz Coupés SEC W126 – Guide Achat
    La Mercedes-Benz Classe S W126 est introduite en septembre 1979. Elle frappe par sa ligne inédite et beaucoup plus moderne et aérodynamique (Cx de 0,36) quitte à choquer dans un premier temps les adeptes de la marque. Moins gourmande en carburant, plus puissante et performante, la nouvelle Classe S innove et poursuit la quête de ...
  • Mercedes-Benz 500 SEC AMG 32V W126
    Fort de ses premières réalisations réussies sur la base des berlines et coupé Classe S W126, AMG persiste et signe avec une évolution supplémentaire pour la Mercedes-Benz 500 SEC W126 qui rappelons-le est équipée d’origine d’un V8 de 5 litres développant 231 ch. AMG pousse le bouchon toujours plus loin, et pour aller chercher toujours ...
  • Mercedes-Benz A35 AMG W177
    La Mercedes-Benz Classe A a (enfin) rencontré son public avec la génération W176. Singeant la formule gagnante de l’Audi A3 et la BMW Série 1, le succès a été incontestable, notamment en France devenant le best-seller de la firme à l’étoile. Et en guise de locomotive, la A45 AMG W176 a bataillé tout en haut ...
  • Mercedes-Benz CL 500 C215
    Fini la crise financière des années 90, la firme à l’étoile tourne la page… un chapitre même ! Avec une offensive tout azimut, Mercedes-Benz développe un haut de gamme et même plus (Maybach, SLR McLaren) pour séduire une clientèle avide de différences et de luxe. Mais avant cela, c’est le coupé CL dérivé de la ...
  • Mercedes-Benz 300 CE W124
    Après la nouvelle Classe E W124 en 1986, Mercedes-Benz poursuit le renouvellement de sa gamme pour 1987 avec le coupé CE dérivé de la berline. Ce qui frappe d’emblée est la ligne dont les vitrages latéraux sont dépourvus de montants comme c’était le cas dans la génération précédente (W123). Une ligne quoique massive et assez ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. FerrariPorscheLamborghiniAston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (LotusBMW,Mercedes-BenzAudi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTIR8 GordiniVW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Mercedes-Benz revient sur les 30 ans de son cabriolet Classe E qui marquait le retour du cabriolet 4 places dans le catalogue Mercedes-Benz, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.