2017 GP F1 Hongrie – 30 juillet

GP F1 Hongrie (2017)
1. VETTEL (Ferrari)
2. RAIKKONEN (Ferrari)
3. BOTTAS (Mercedes)

Dernier Grand Prix avant la coupure estivale, le GP de Hongrie est très apprécié des pilotes en matière de pilotage. Moins pour les spectateurs qui doivent se contenter de voire passer les monoplaces tel un petit train. Difficile de trouver des ouvertures dans ce tracé sinueux, mais certains y arrivent tout de même avec beaucoup de talent et de patience pour construire ses attaques. La Hongrie c’est un circuit de châssis et de pilotage avant tout. Une aubaine pour certains comme McLaren qui peuvent jouer dans la cours des grands ! En revanche les spécialistes des vitesses de pointe comme Force India, Haas ou Williams en seront pour leurs frais. D’ailleurs en Q1, les deux Williams, les deux Sauber et la Haas de Magnussen butent sur le chrono. A noter que Paul Di Resta remplace au pied levé (il était là pour commenter le GP à la télé) un Felipe Massa malade, et qui réussi tout de même la gageure d’être sous les 107% et de se qualifier pour le départ du Grand Prix. En Q2, les victimes sont évidemment les Force India, la Haas de Grosjean qui a fait tout ce qu’il a pu, et Jolyon Palmer (Renault) et Kvyatt (Toro Rosso). En Q3 les ténors jouent des coudes, mais les Ferrari sont véritablement intouchables sur ce tracé avec une première ligne rouge (Vettel en pole et Raikkonen en 2nd). Derrière, Hamilton se loupe et doit se contenter de la 4e place tandis que Bottas est devant lui. Les deux Red Bull sont derrière, tandis que la surprise est de voir les deux McLaren 8e et 9e des qualifications avec Alonso devant Vandoorne.

La Course
Pas facile le départ en Hongrie. D’ailleurs, dès les premiers virages, cela se bouscule, certains doivent élargir les trajectoires et rouler à l’extérieur de la piste pour éviter l’accrochage. Toutefois cela ne va pas être suffisant dès le 2e virage à Verstappen qui confond vitesse et précipitation. Il arrive trop vite, sous-vire et vient percuter avec sa roue avant droite le flanc de son coéquipier Ricciardo. Résultat, fuite de radiateur, pneu crevé pour l’australien, tête à queue et abandon. En raison du liquide de refroidissement sur la piste, le saftey car entre en action. Un tour complet n’a même pas été bouclé ! Devant Vettel a conservé sa première place, Raikkonen est deuxième tandis que Bottas reste sur la troisième position. Hamilton lui n’a pas profité de ce tumulte et a perdu une place au profit de l’impétueux Verstappen. La course reprend et les places se figent. Entre-temps Verstappen écope de 10 secondes de pénalité. Si tout semble aller pour le mieux pour Ferrari, qui fait cavalier seul, certains connaissent des déboires à l’instar de Romain Grosjean qui repart avec une roue pas serrée. Contraint à l’abandon il sera en vacances avant les autres ! Puis coup de théâtre, Vettel se plaint d’une direction faussée. Ses pneus avant s’usent plus vite et il perd en tranquillité d’esprit dans son pilotage. Hamilton qui de son côté a repris des couleurs avec son nouveau train de pneus recolle à Bottas et demande à ce qu’il le laisse passer. Quitte à lui rendre sa position s’il ne parvient pas à doubler Raikkonen qui joue les écrans protégeant Vettel. Pourtant, le finlandais est plus rapide et voudrait bien aller chercher une victoire. Derrière, Alonso très en forme doit composer avec Sainz Jr. qui zigzague et joue les pilotes bad boys. Pas grave, après plusieurs tentatives il dépasse le jeune ibérique au sang chaud avec talent et maestria. Finalement Vettel tient bon, et Hmilton ne parvient pas à dépasser ni même inquiéter Raikkonen. Résultat, Vettel file tout droit vers un nouveau succès qui réconforte son avance au championnat. Raikkonen complète ce doublé rouge. Enfin Hamilton joue les chevaliers en rendant à Bottas sa place sur le podium. Voilà du panache !

 

TOP Hamilton au grand coeur ǀ Vettel malgré tout ǀ Alonso au meilleur !! ǀ Chapeau Di Resta ǀ Les Force India limitent la casse ǀ Raikkonen bon lieutenant ?! ǀ McLaren à la fête FLOP Verstappen le gaffeur ǀ Ricciardo victime collatérale ǀ Bévue dans les stands de Haas ǀ Williams hors du coup ǀ Bottas inconsistant malgré son podium ǀ Comportement de Sainz Jr.

CLASSEMENT DU GP DE HONGRIE 2017
70 tours de 4,381 km = 306.630 km

Pilote Ecurie/Moteur Temps/Ecarts
1. Sebastian Vettel – Ferrari
2. Kimi Räikkönen – Ferrari – 0 »908
3. Valtteri Bottas – Mercedes – 12 »462
4. Lewis Hamilton – Mercedes – 12 »885
5. Max Verstappen – Red Bull-TAG Heuer – 13 »276
6. Fernando Alonso – McLaren-Honda – 1’11 »223
7. Carlos Sainz – Toro Rosso-Renault – 1 tour
8. Sergio Pérez – Force India-Mercedes – 1 tour
9. Esteban Ocon – Force India-Mercedes – 1 tour
10. Stoffel Vandoorne – McLaren-Honda – 1 tour
11. Kevin Magnussen – Haas-Ferrari – 1 tour
12. Daniil Kvyat – Toro Rosso-Renault – 1 tour
13. Jolyon Palmer – Renault – 1 tour
14. Lance Stroll – Williams-Mercedes – 1 tour
15. Pascal Wehrlein – Sauber-Ferrari – 2 tours
16. Marcus Ericsson – Sauber-Ferrari – 2 tours
17. Nico Hülkenberg – Renault – 3 tours

Abandons:

Paul Di Resta – Williams-Mercedes – 60
Romain Grosjean – Haas-Ferrari – 20
Daniel Ricciardo – Red Bull-TAG Heuer – 0
Felipe Massa – Williams-Mercedes – 0

Meilleur Tour
Fernando Alonso – McLaren-Honda – 1 min 20 s 182 (vitesse moyenne : 196,698 km/h)

 

En savoir plus :
Formule 1Photos Formule 1

  • Volkswagen Golf 4 V5 Volkswagen nous a réservé une surprise pour 1998 : la Volkswagen Golf 4 GTI s’est dédoublée d’une autre version à moteur V5. Si la Golf 4 GTI joue la carte sportive (encore que… !), la Volkswagen Golf 4 V5 joue les bourgeoises sportives. Extérieurement, c’est le jeu des sept erreurs, car les deux variantes sont ...
  • Rolls-Royce Silver Shadow A Crewe, la présentation d’un nouveau modèle est un évènement tant les nouveautés sont rares. Pour 1965, Rolls-Royce dévoile ainsi la nouvelle Silver Shadow qui remise au garage la vénérable Silver Cloud. Révolution de palais, la Rolls-Royce Silver Shadow entre de pleins pneus dans l’ère moderne avec une carrosserie qui intègre (enfin ?) les pontons. ...
  • Lotus Esprit S4 Depuis 1976, la Lotus Esprit ne cesse d’évoluer et de se bonifier. Toujours fidèle à son quatre cylindres maison, il est gavé de chevaux supplémentaires par un turbocompresseur depuis 1980. Présenté au salon de Genève 1994, la Lotus Esprit S4 fait de la résistance et évolue une énième fois pour tenter un baroud d’honneur avec ...
  • Renault Clio 16V En 1991 Renault avait réussi à prendre le pouvoir chez les GTI avec la Renault Clio 16S. Héritant du quatre cylindres 16 soupapes de la Renault 19 16S, il semblait particulièrement l’aise sous le capot de la petite Clio. Mais dès l’année suivante, patatras…, le catalyseur est imposé. Comme pour beaucoup de moteurs multisoupapes non ...
  • Ferrari 308 GTB Quattrovalve QV Depuis 1975 Ferrari règne en maître sur le petit monde des berlinettes à moteur central arrière avec sa Ferrari 308 GTS/GTB. Mais au fil des années, l’injection a remplacé les carburateurs et la carrosserie a troqué le polyester pour de l’acier dès 1977 en Europe (1976 aux USA). Plus de poids sur la balance et ...
  • Maserati 222 E Biturbo Difficile de suivre la saga des Maserati Biturbo tant le propriétaire de la marque, le passionné et fort en caractère Alejandro de Tomaso joue avec les différents éléments de son puzzle industriel sous le signe du Trident. Coupé, Spyder, berline, trois empattements, plusieurs V6 biturbo (2,0 ; 2,5 ; 2,8)… pas évident de s’y retrouver. ...
  • Ferrari 412 Classique parmi les classiques de Maranello, la saga des Ferrari 2+2 nées « 365 » en 1972 (déjà !) est devenue « 400 » avec un V12 en évolution, puis adopte l’injection pour satisfaire aux normes antipollutions américaines en 1979. Seulement au passage la belle GT italienne doit sacrifier 30 ch de sa puissance. Sacrilège ...
  • Lamborghini Jalpa La Lamborghini Jalpa est une miraculée et peut se targuer d’une généalogie complexe, bien dans la veine des tourments du constructeur de Sant’Agata. Née Urraco en concept 2+2 (1970), puis Silhouette en Targa 2 places (1976) pour conquérir les USA. Mais rien ne va plus chez Lamborghini en 1978, au bord de la faillite, et ...
  • Matra Bagheera En juin 1973, Matra remporte une victoire éclatante aux 24 Heures du Mans (1er Pescarolo/Larrousse et 3e Jaussaud/Jabouille). Une aubaine pour le lancement quelques mois plus tôt de la Matra Bagheera destinée à remplacer la Matra 530. Suite à l’accord de partenariat avec Simca en 1969, la Matra 530 et son moteur V4 Ford était ...
  • Citroën Visa GTI Citroën se démène pour que sa Visa trouve une place au soleil dans un marché très disputé. La vague des GTI est une belle occasion pour mettre la Visa sur l’avant-scène. Après les variantes Chrono et 1000 pistes, Citroën joue avec le partage des organes au sein du groupe PSA. Ainsi, au salon de Paris ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. Ferrari, Porsche, Lamborghini, Aston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (Lotus, BMW, Mercedes-Benz, Audi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTI, R8 Gordini, VW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)
2017 GP F1 Hongrie - 30 juillet, 10.0 out of 10 based on 2 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *