Aston-Martin Works revient sur son Aston-Martin Virage 6.3 litres conversion de 1992

Aston Martin Works, la maison d’origine du grand constructeur britannique de voitures de luxe, célèbre les 30 ans du lancement spectaculaire de l’un des modèles de niche les plus mémorables et les plus appréciés de la marque : l’Aston Martin Virage et la Virage Volante 6,3 litres. Créée comme un ensemble complet d’améliorations pour la Virage « standard » – lancée en 1989 et acclamée dans le monde entier, notamment parce qu’il s’agissait de la première Aston Martin entièrement nouvelle depuis 20 ans – la conversion 6,3 litres a été proposée par la division du service clientèle de la marque – aujourd’hui connue sous le nom d’Aston Martin Works – au cours des premiers mois de 1992.

S’inscrivant dans la logique du « plus c’est plus » de l’époque, la conversion du 6,3 litres a fait de la Virage l’une des voitures de sport les plus puissantes de son temps, avec des modifications de la suspension, du freinage et du style complet complétant l’énorme augmentation de la puissance et des performances.

La Virage 6.3 trouve ses racines dans les activités de sport automobile de la marque à l’époque. La fin des années 1980 a vu Aston Martin revenir à la compétition sportive après une interruption de 25 ans, avec ses AMR1 Group C participant au championnat du monde de prototypes sportifs en 1989. Le programme de course a vu la capacité du V8 tout en alliage d’Aston Martin passer de 5,3 à 6,0 puis à 6,3 litres. Naturellement, lorsque la Virage a fait ses débuts avec le V8 à quatre soupapes, il était logique qu’elle soit proposée en temps voulu avec l’option 6,3 litres.

Et quelle différence a fait cette évolution du moteur ! À son lancement, le V8 de 5 340 cm3 de la Virage Coupé standard développait une puissance d’environ 330 ch à 5 300 tr/min et un couple de 350 lb/pi à 4 000 tr/min, ce qui était loin d’être modeste pour l’époque.

Cependant, avec la conversion 6.3, la Virage est devenue rien moins que brutalement puissante. Ce moteur retravaillé de 6 347 cm3 développait désormais 500 ch à un régime élevé de 6 000 tr/min, tandis que le couple passait à 480 lb/ft à 5 800 tr/min – dont 400 lb/ft à seulement 2 500 tr/min, ce qui signifie une courbe de couple largement plate.

Les chiffres sont à couper le souffle. Cette machine de 1 969 kg – 4 737 mm du nez à la queue et quelques millimètres de moins que deux mètres de large – pouvait passer de l’arrêt à 62 mph en 5,1 secondes. Le passage de 0 à 100 mph s’effectuait en 11,5 secondes seulement, tandis que la vitesse de pointe était de 174 mph.

Le moteur était équipé de pistons de course Cosworth spécialement fabriqués, d’un nouveau vilebrequin, de culasses modifiées et de nouveaux arbres à cames d’admission. Ces éléments étaient associés à une injection séquentielle Weber/Alpha modifiée, un système de gestion du moteur entièrement remanié et des catalyseurs d’échappement spéciaux.

Suspension et freins
L’augmentation spectaculaire de la puissance et des performances de la conversion 6.3 a naturellement nécessité une amélioration correspondante des capacités de suspension et de freinage de la Virage.

La suspension avant à bras triangulaire et ressort hélicoïdal et le tube arrière de Dion, avec bras de rayon et tringlerie Watt, ont été dotés de joints à rotule de conception nouvelle, de ressorts renforcés, d’amortisseurs sur mesure, d’une barre antiroulis avant plus grande et d’une barre antiroulis à l’arrière. Les modifications de la géométrie des détails et l’amélioration des supports de la crémaillère de direction ont permis d’améliorer encore le ressenti du conducteur.

La conversion 6.3 était équipée de jantes en alliage OZ à cinq branches de 10,5 x 18 pouces, tandis que les pneus Goodyear Eagle 285/45 ZR étaient chargés de transmettre cette puissance prodigieuse au bitume.

Amener deux tonnes d’Aston Martin à un arrêt contrôlé à partir de 174 mph n’était pas non plus une mince affaire, et à cette fin, la conversion 6.3 a été équipée de freins à disques ventilés et percés en croix à tous les niveaux, dérivés de la voiture de sport AMR1 du Groupe C et dotés d’un système antiblocage à quatre canaux contrôlé électroniquement. En effet, avec un diamètre de 14 pouces, les disques avant étaient à l’époque les plus grands montés sur une voiture de série dans le monde et, avec leurs étriers de course à quatre cylindres, ils fournissaient l’immense puissance de freinage exigée par la physique.

Style
Pour s’adapter à l’augmentation significative de la taille des roues et des pneus, les passages de roues de la Virage standard ont été considérablement élargis à l’aide de panneaux en aluminium fabriqués à la main. Ils ont été complétés par des seuils latéraux allongés, un barrage d’air avant plus profond, une jupe arrière allongée et un becquet de coffre proéminent.

À l’intérieur, les conversions 6.3 ont conservé tout le confort de l’époque synonyme de luxe Aston Martin, comme les garnitures en cuir Connolly sur les sièges. Les options comprenaient des éléments de haute technologie tels qu’un lecteur de mini-disques et même un récepteur de mini télévision avec moniteur vidéo pour les passagers arrière.

Au moment de l’introduction de la conversion 6.3 en 1992, la Virage standard se vendait à environ 140 000 £, sans compter les options. Le coût de la conversion ajoutait 60 000 £ à ce chiffre.

Bien que le nombre exact de conversions de Virage et de Virage Volante 6.3 n’ait pas été confirmé, on pense que 60 conversions ont été réalisées en l’espace de deux ans. Le flou qui entoure le nombre de voitures construites est dû en grande partie au fait qu’un certain nombre de modèles spéciaux de Virage, construits en autocar, comportaient tout ou partie des éléments constitutifs de la conversion 6.3 conventionnelle. Néanmoins, il est clair que les révisions ont eu un impact significatif sur la marque et ses clients.

Aston Martin a vendu un grand total de 46 voitures en 1992 – toutes des Virage – et parmi celles-ci, un bon nombre se sont certainement rendues dans ce qui est aujourd’hui Aston Martin Works pour que le travail de conversion 6.3 soit effectué sur une période d’environ 12 semaines, par voiture.

Steve Waddingham, historien d’Aston Martin, explique : « La conversion des Virage et Volante 6.3 est arrivée à un moment difficile pour Aston Martin. L’entreprise avait connu un boom à la fin des années 1980, mais avec la récession économique du début des années 1990, les ventes étaient plus difficiles à réaliser.

« Cette offre ingénieuse créée par la division du service clientèle de la marque – aujourd’hui Aston Martin Works – a non seulement suscité un énorme intérêt médiatique positif pour la marque, mais a également offert à bon nombre de nos clients fortunés la possibilité d’acquérir une voiture de route emblématique dotée d’un véritable héritage en matière de sport automobile. »

Paul Spires, président d’Aston Martin Works, a lui-même participé au projet de conversion de la Virage 6.3 et se souvient avoir conduit le véhicule de développement et de démonstration, affectueusement appelé aujourd’hui « Minky ».

Il a déclaré : « La conversion de la Virage 6.3 était, et reste, un superbe exemple des capacités du département qui est aujourd’hui Aston Martin Works.

« La voiture a été entièrement remaniée et relookée, ici même à Newport Pagnell. Elle reste un véritable témoignage de l’ingéniosité et de la vision de l’entreprise Aston Martin et je suis ravi – mais aussi un peu choqué d’un point de vue personnel – que nous puissions célébrer son 30e anniversaire en 2022. »

Aston-Martin Virage 6L3 Conversion
« 1 de 3 »
  • Aston-Martin DB7 – Guide Achat Après plusieurs années de galères, cessations de paiement et changements de propriétaires, Victor Guntlett préside aux destinées d’Aston-Martin depuis 1981 avec un certain succès. Retour à la tradition de modèles sur mesure avec Zagato, nouvelle Aston-Martin Virage qui remplace (enfin !) la génération AMV8, malgré d’indéniables qualités et un charme fou, dont la conception originelle ...
  • Aston-Martin V8 Volante Avec la reprise d’Aston-Martin en 1975 par Alan Curtis, George Minden et Peter Sprague, la firme de Newport Pagnell connaît un nouvel élan bienvenu. La production est remise en route après 15 mois d’arrêt de production, tandis que la qualité est revue à la hausse pour améliorer la fiabilité et la finition des modèles. Côté ...
  • Aston-Martin DBS V8 Aston-Martin rattrape enfin son retard ! Depuis la commercialisation de la DBS en 1967 avec son 6 en ligne de 4 litres, les critiques furent vives et le petit monde des fans d’Aston en émoi. Quoique nouvelle, l’Aston-Martin DBS en raison d’un gabarit supérieur et d’un poids conséquent offrait alors des performances inférieures à celles ...
  • Aston-Martin Lagonda V8 Série 2 Sous l’impulsion d’Alan Curtis, le directeur général d’Aston-Martin depuis le rachat de 1975, la marque Lagonda est ressortie des tiroirs. Cette noble étiquette automobile avait été rachetée par David Brown qui avait rapidement eu des difficultés à l’intégrer à Aston-Martin qui brillait alors au firmament des voitures de sport, ponctuée par une victoire aux 24 ...
  • Aston-Martin V8 Saloon Série 4 Oscar India Depuis 1967, l’Aston-Martin DBS signée William Towns peine à trouver son public. David Brown est en fin de parcours, et malgré l’adoption du gros V8 qui relance l’image et les ventes, les amateurs du genre semblent avoir du mal à digérer ce virage à 180° vers le Grand Tourisme plus que vers le sport. Dès ...
  • Aston-Martin Vantage Zagato En 1981, la marque Aston-Martin subit un énième soubresaut. Les changements de propriétaires s’enchaînent et c’est désormais Victor Guntlett qui prend les destinées de la marque de Newport Pagnell. La première étape est de remettre l’usine en ordre de bataille, et de relancer les ventes. Cela fait, les projets sont nombreux dans les cartons comme ...
  • Aston-Martin Vantage – Guide Achat Le nom Vantage figure fièrement sur plus d’un tiers de toutes les voitures de sport jamais fabriquées par la marque britannique de luxe. S’étendant sur sept décennies et couvrant certaines des voitures de sport les plus vénérées de la société, la famille Vantage constitue une partie cruciale de l’histoire en constante évolution d’Aston Martin. Depuis les ...
  • Aston-Martin DB11 Volante Comme pour la DB9 en son temps, la DB11 se décline également dès le lancement de la V8 pour 2018 en variante Volante, plus communément appelé cabriolet chez les autres constructeurs. Depuis l’Aston-Martin DB6, la saga des Volante a ponctué chaque nouvelle génération d’Aston-Martin toujours avec élégance et bon goût. De véritables voitures d’esthètes pour ...
  • Aston-Martin DB11 V12 AMR Après un retour réussi l’année dernière, l’Aston Martin DB11 V12 passe par l’atelier AMR (Aston Martin Racing) qui travaille en parallèle du département Q. Le premier s’occupe d’améliorer les performances des Aston Martin de route en tirant notamment les enseignements de la course tandis que le deuxième se charge des personnalisations et versions spéciales. Un ...
  • Aston-Martin DB11 V8 Aston-Martin s’est réveillé et de fort belle manière ! A la traine de ses rivaux directs (Ferrari, Porsche, Lamborghini, Bentley, AMG, Maserati,…), c’est en longueur que le design si plaisant des années 2000 ainsi que ses V8 et V12 maison atmosphériques et gutturaux ont été conservés par la noble firme de Gaydon. Seuls son charme, ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. FerrariPorscheLamborghiniAston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (LotusBMW,Mercedes-BenzAudi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTIR8 GordiniVW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Aston-Martin Works revient sur son Aston-Martin Virage 6.3 litres conversion de 1992, 10.0 out of 10 based on 2 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.