Aston-Martin Lagonda V8 Série 2

Aston-Martin Lagonda V8 (1976)

Aston-Martin Lagonda V8 Série 2
1976 – V8 32V
310 ch – 225 km/h
1 965 kg

Sous l’impulsion d’Alan Curtis, le directeur général d’Aston-Martin depuis le rachat de 1975, la marque Lagonda est ressortie des tiroirs. Cette noble étiquette automobile avait été rachetée par David Brown qui avait rapidement eu des difficultés à l’intégrer à Aston-Martin qui brillait alors au firmament des voitures de sport, ponctuée par une victoire aux 24 Heures du Mans 1959. Quelques tentatives pointèrent le bout du capot pour un retour en 1961 avec la Lagonda Rapide, puis sous l’ère des V8 avec un seul exemplaire de Lagonda DBS pour David Brown (1969), et 7 exemplaires de Lagonda V8 (1974-76), dans les deux derniers cas des coupés V8 rallongés et carrossés en 4 portes. Mais l’équipe dirigeante de Newport Pagnell décida de repartir d’une page blanche avec un projet très ambitieux, chargé de démontrer le savoir-faire technique et l’avance technologique de la firme. Williams Towns à la planche à dessin traça un profil aiguisé à couper le souffle et l’ensemble est d’une modernité époustouflante. On peut ne pas aimer le résultat, mais difficile de rester indifférent. Tout l’objectif est d’offrir une ligne aérodynamique qui fait passer une Rolls-Royce pour une enclume. Pour obtenir ce résultat, les proportions de la carrosserie sont très singulières avec une longueur conséquente de 5,3 mètres de long (60 cm de plus que les coupés Saloon V8), une largeur réduite à 1,8 mètres (-13 cm) et une hauteur de 1,3 mètres (-25 cm). La surface frontale offrait ainsi 0,15 m2 de moins que les Coupé V8 Saloon. Les porte-à-faux imposants rappellent que la base utilisée est la même que le reste de la gamme AMV8. Pour palier à la finesse de la proue, William Towns a conçu des phares escamotables, ainsi qu’une fausse petite calandre esthétique. Les flancs adoptent des plis de carrosserie dotés de renforts en caoutchouc pour protéger la peinture des affres de la circulation quotidienne. La poupe reçoit des optiques effilées, jouant là encore un aspect futuriste évident. Unique la Lagonda, elle fait tourner les têtes et semble reléguer au siècle d’avant les Mercedes-Benz Classe S et autres Rolls-Royce…

L’Aston-Martin Lagonda V8 Série 2 bouleverse le monde convenu des limousines de prestige. Avec un design taillé au rasoir, effilé et moderne, la Lagonda se détache du reste de la production automobile. Ambitieuse avec son électronique très avant-gardiste, elle fait payer très cher ses qualités…

Aston-Martin Lagonda V8 (1976)

L’Aston-Martin Lagonda V8 reprend le V8 de Tadek Marek présent dans les AMV8. Néanmoins les réglages de cames, et les soupapes diffèrent pour privilégier le couple et la disponibilité.

C’est l’ingénieur Tadek Marek qui a conçu ce gros V8 à 90° de 5,34 litres qui est placé en position longitudinale avant. Il est néanmoins placé plus bas que dans les coupés et dispose ainsi d’un carter modifié. Totalement en alu (bloc et culasses) ce V8 est très raffiné techniquement et avait été éprouvé (non sans mal) en compétition. Remarquable notamment, sa distribution à deux double arbres à cames en tête entraînée par chaîne. Si l’injection fut un temps expérimentée, Aston-Martin est repassée aux carburateurs (4 Weber double corps 42 DCNF 90/150). L’équipage mobile est particulièrement étudier pour supporter le couple copieux de 455 Nm à 4 000 tr/mn à l’image du vilebrequin 5 paliers et ses 4 contrepoids pour garantir une rondeur et douceur de fonctionnement. Pour éviter toute surchauffe, deux radiateurs d’huile sont montés de série. Comparé au coupé, le V8 de la Lagonda reçoit des soupapes plus grosses et des temps d’ouvertures différentes (en raison de nouveaux arbres à cames) quitte à réduire la puissance légèrement pour gagner en couple. La puissance estimée (tout comme le couple puisque l’usine ne communique pas sur les valeurs officielles) est de 280 ch à 5 000 tr/mn. La boîte de vitesses de série est une automatique 3 rapports Chrysler Torqueflite (la boîte manuelle 5 rapports ZF est disponible en option) et est complétée en transmission aux roues arrière par un autobloquant pour faciliter la motricité. Les performances seraient qualifiées de suffisantes par la noble firme de Newport Pagnell. Suffisante, mais véloce, car l’Aston-Martin Lagonda V8 atteint tout de même 225 km/h en vitesse maxi. Du coffre, une belle sonorité tonnante et de la reprise dans un esprit très américain si on en juge les 53 kg/ch. Le gros V8 malgré ses quatre arbres à cames en tête tourne gentiment et compte sur sa force tranquille. La structure est un châssis tubulaire acier, recouvert de panneaux d’aluminium façonnés à la main (ou plutôt au maillet) par des ouvriers ultra qualifiés. Le train avant à roues indépendantes est formé par des leviers triangulaires transversaux avec barre antiroulis. L’essieu arrière est rigide (de Dion) avec bras longitudinaux et barre de Watt. Les amortisseurs Koni à hauteur constante autorisent une belle souplesse de roulage, bien aidés par les pneumatiques Avon Turbosteel en 235/70 VR15. La direction à crémaillère est assistée hydrauliquement et se singularise par sa douceur et sa légèreté. Elle est même plus efficace que sur les V8 Saloon et Volante. L’Aston-Martin Lagonda V8 dispose d’une tenue de route efficace sans se départir d’un confort permanent. Elle accuse néanmoins un certain roulis et demande une conduite rapide coulée, comme la plupart des limousines finalement. Le sport pur et dur, elle délaisse cela à la délurée V8 Vantage. D’ailleurs, les quatre freins à disques ventilés, malgré un généreux diamètre (267 mm avant et 264 mm arrière) sont vite à la peine en cas de rythme trop musclé, le poids frisant les 2 tonnes. Une fois les petites portes ouvertes, l’habitacle joue un mariage étonnant

Aston-Martin Lagonda V8 (1976)

L’Aston-Martin Lagonda V8 conserve une assiette constante avec ses amortisseurs Koni spécifiques. Le confort est omniprésent et la tenue de route excellente et sécurisante. En revanche ne la bousculez pas trop avec ses 2 tonnes…

entre équipements électroniques de haut vol et une finition faite de cuir Connolly et de moquette Wilton. Oubliez les combinés d’instruments analogiques à aiguilles, ce ne sont que des écrans d’ordinateurs de bord. Bienvenue dans le vaisseau spatial de Newport Pagnell ! L’équipement de série est très conséquent, et l’électronique omniprésente autorise quelques coquetteries absentes à la concurrence comme par exemple le réglage des sièges avant électriques à mémoire. Dans les autres fonctionnalités inédites, la fermeture automatique des portes dix secondes après que la clé soit retirée du contact. Toutes les commandes usuelles sont digitales démontrant ainsi l’ambition technique d’Aston-Martin pour sa Lagonda V8. Un parti-pris qui ne s’est pas déroulé sans accroc puisqu’il a fallu changer totalement de fournisseur en cours de route. Pour le reste, le confort est de très haut niveau, bien que l’habitabilité soit mesurée et réservée à quatre personnes. Le coffre est conséquent et permet d’envisager les voyages à plusieurs, ce qui est heureux pour une limousine de ce calibre. Assis bas au ras de la route, l’Aston-Martin Lagonda V8 glisse telle un tapis volant sur la route sous la surveillance de tous ses écrans d’ordinateurs capables de donner en temps réel différentes informations. Il y a le Concorde dans les airs et sur la route il y a l’Aston-Martin Lagonda V8.

Notre avis
emoticonAston-Martin voulait bousculer, étonner et faire un étalage de sa capacité à innover. Mission accomplie avec sa Lagonda V8 ! Sa ligne effilée à nulle autre pareille revisite le genre de la limousine, son V8 lui offre des performances suffisantes accompagnées d’un agrément remarquable (merci le couple et la boîte automatique) tandis que l’habitacle est un écrin de luxe et modernité. Voilà de quoi rassurer les amateurs de la firme de Gaydon : Aston-Martin est de retour avec une offre singulière et exceptionnelle. Tout autant singulière, son offre tarifaire puisque la Lagonda V8 Série 2 se place même au-dessus des Rolls-Royce en tarification. Le prix de l’innovation ?

Autres versions :
Aston-Martin Lagonda

Les Rivales :
Limousine Prestige 1970, 1976

  • Aston-Martin Lagonda V8 Série 2 Sous l’impulsion d’Alan Curtis, le directeur général d’Aston-Martin depuis le rachat de 1975, la marque Lagonda est ressortie des tiroirs. Cette noble étiquette automobile avait été rachetée par David Brown qui avait rapidement eu des difficultés à l’intégrer à Aston-Martin qui brillait alors au firmament des voitures de sport, ponctuée par une victoire aux 24 ...
  • Rolls-Royce Silver Shadow A Crewe, la présentation d’un nouveau modèle est un évènement tant les nouveautés sont rares. Pour 1965, Rolls-Royce dévoile ainsi la nouvelle Silver Shadow qui remise au garage la vénérable Silver Cloud. Révolution de palais, la Rolls-Royce Silver Shadow entre de pleins pneus dans l’ère moderne avec une carrosserie qui intègre (enfin ?) les pontons. ...

Avant d’acheter
De 1976 à 1986, Aston-Martin aura produit 462 Lagonda Série 2. Les Lagonda Série 3 (1986-87) reçoivent l’injection et est produite à 76 exemplaires. Enfin, la Lagonda série 4 sera produite de 1987 à 1990 à 98 exemplaires. Et histoire de corser votre recherche, la production des séries 1 a véritablement démarré en 1978 tandis que les ventes en France des Lagonda a été plus qu’anecdotique. Votre recherche de Lagonda devra aussi se faire en dehors de nos frontières. Chaque auto est tellement rare que son entretien doit impérativement être tracé et authentifié dans le réseau Aston-Martin officiel. Peu de personnes sont capables de gérer le réglage annuel des quatre carburateurs double-corps Weber, et encore moins réparer la carrosserie en aluminium, façonnée à la main à l’usine. Vous l’avez compris, cette voiture hors série mérite un certain égard que son blason mérite, et rouler avec, outre le prix d’achat, nécessite des attentions de reines avec un entretien à la hauteur. Dans les bonnes nouvelles, le V8 est solide si respecté. Cela est important, et l’état du circuit de refroidissement doit être en parfait état, car le moteur chauffe et on constate des joints de culasse défaillants. Les chaînes sont à tendre à chaque grosse révision. Les boîtes de vitesses sont robustes mais doivent fonctionnement impeccablement. Les trains roulants pâtissent rapidement du poids de l’ensemble, et de nombreux éléments sont à remplacer et régler régulièrement : silent-blocs, rotules et amortisseurs. Le freinage souffre également rapidement avec des plaquettes et des disques à changer très régulièrement selon votre rythme de conduite. Attention, les accastillages vieillissent assez mal (surtout sur les premières générations) et sont introuvables. Evidemment toutes les pièces d’origines Aston-Martin sont rares et chères.
Entretien : Tous les ans ou 5 000 km.

Mots clés : Aston-Martin | Lagonda | V8 ǀ AMV8 | Berline | Limousine | Berline Luxe | Newport Pagnell | Gaydon | ASTON-MARTIN | LAGONDA V8 | BERLINE PRESTIGE

CATALOGUES – BROCHURES – PROSPECTUS



TOP Design original et futuriste ǀ Performances suffisantes ǀ Exclusivité !! ǀ Luxe omniprésent ǀ Tenue de route rustique mais efficace ǀ Confort ǀ disponibilité du V8 ǀ Direction et embrayages doux ǀ Présentation intérieure ǀ Equipement électronique omniprésent et ultra-moderne ǀ Collector FLOP Poids ǀ Endurance Freinage ǀ Prix hallucinant ! (plus chère qu’une Rolls-Royce) ǀ Visibilité ¾ AR ǀ Habitabilité ǀ Alimentation par carburateurs ǀ Consommation ǀ Boîte auto 3 rapports ǀ Comportement chaloupé ǀ Esthétique clivant ? ǀ 4 places seulement ǀ Trop de clés ǀ Démultiplication direction

Fiche Technique

Marque :
Gamme :
Année :
PA – Prix neuf :
Moteur :
Puissance :
Couple :
Suralimentation:
Transmission :

Poids (RPP) :
Freins :
Roues :
Performances :

Aston-Martin
Lagonda V8 Série 2
1976
38 CV – 914 000 FF (1983)
8 cylindres en V 16 soupapes (2×2 ACT) – 5 340cm3
280 ch à 5 000 tr/mn (52,43 ch/litre)
455 Nm à 4 000 tr/mn (85,21 Nm/litre)
Non
propulsion + BVA3 Torqueflite (BV5 ZF manuelle option) + autobloquant AR
1 960 kilos (6,32 kg/ch)
2 disques ventilés AV et 2 disques ventilés AR
jantes alu 15″ + pneus en 235/70 VR15 AV et 235/70 VR15 AR
0 à 100 km/h en ND; 225 km/h, km DA en ND

Textes : Benjamin de la Renardière (Alis Webzine) – Photos : D.R

Aston-Martin Lagonda V8 Série 2
Aston Martin
  • GP F1 Bahrain 2020 – 29 Novembre Le rendez-vous de Bahrain au calendrier de la F1 est toujours discutable : températures élevées, roulage de nuit, éclairage total… en ces temps de crise (énergétique), c’est assez gonflé, osons l’avouer. Mais la passion qui nous réunit autour de la Formule 1 et la compétition automobile est plus forte que ses griefs. Et le tracé ...
  • Aston-Martin revient sur les Vantage GT3 et GT4 multi-championnes Aston Martin Racing a créé la Vantage Legacy Collection pour commémorer l’une des périodes les plus réussies de l’histoire des courses automobiles de la marque de voitures de sport britannique de luxe, ainsi que l’une des voitures de course les plus réussies de la société – l’Aston Martin Vantage. Cette période, entre 2009 et 2018, a ...
  • GP F1 Istambul Turquie 2020 – 15 Novembre Le circuit d’Istanbul en Turquie est costaud et séduit d’ordinaire les pilotes. Mais là, deux problèmes changent la donne. D’une part l’enrobé a été refait très récemment et n’offre que très peu d’adhérence. Les pilotes et écurie s’en plaignent ouvertement. Mais si on ajoute les conditions météo qui se dégradent dès les qualifications avec des ...
  • GP F1 Emilie Romagne Imola Italie 2020 – 1er Novembre Encore un « vieux » tracé, ou plutôt un tracé historique qui fait son retour au calendrier. Il faut bien trouver quelques avantages à cette situation compliquée avec le COVID-19… Un Grand-Prix au format un peu adapté, puisque les essais libres sont regroupés sur une seule journée. Les qualifications ont donc lieu avec moins d’informations pour les ...
  • GP F1 Portimao Portugal 2020 – 25 Octobre Comme tout est chamboulé, c’est un retour à Portimao de manière exceptionnelle dont profitent les amateurs ainsi que les écuries de F1. Une bonne nouvelle, tant le tracé portugais basé dans l’Algarve est une réussite un peu dans l’esprit de celui d’Autriche : un cirque vallonné avec beaucoup de vitesse et, on l’espère, beaucoup de ...
  • GP F1 Eifel Nürbürgring Allemagne 2020 – 11 Octobre Le Calendrier 2020 de la Formule 1 est sacrément perturbé par le Covid 19 et c’est peu de l’écrire. Voilà un GP qui fait une apparition au calendrier exceptionnel avec le retour du GP du Nürbürgring qui s’appelle cette saison le GP de l’Eiffel. Comme nous sommes déjà début octobre, et il fait plus froid ...
  • GP F1 Sotchi Russie 2020 – 27 Septembre Sotchi (Russie) et son tracé qui serpente l’ancien site Olympique, est un Grand Prix rapide avec des vitesses de passage en courbe costauds et souvent à deux de front. Les qualifications confirment une nouvelle fois les performances absolues des Mercedes GP. Signalons tout de même dans les (bonnes) surprises la prestation de Romain Grosjean en ...
  • 24 Heures du Mans 2020 – 20 septembre TOYOTA GAZOO Racing a remporté une troisième victoire consécutive aux 24 heures du Mans avec la TS050 HYBRID après une course turbulente et finalement réussie sur le Circuit de la Sarthe. Sébastien Buemi, Kazuki Nakajima et Brendon Hartley ont parcouru plus de 5 000 km d’une course épuisante, organisée pour la deuxième fois seulement en ...
  • GP F1 Mugello Toscane 2020 – 13 septembre Les Grands Prix ont beau s’enchaîner à un rythme effréné, cela n’empêche pas les annonces et surprises entre deux courses. Cette semaine c’est la non reconduction de Sergio Perez pour 2021 chez Racing Point qui deviendra Aston-Martin et la confirmation de Sebastian Vettel à sa place qui a fait couler beaucoup d’encre. Retour ce WE ...
  • GP F1 Monza Italie 2020 – 6 septembre Monza est le temple de la vitesse. D’ordinaire, l’ambiance est terrible avec une foule de tifosi venus voir leur « scuderia Ferrari ». Mais avec la méforme totale des Ferrari, notamment en moteur et vitesse de pointe, plus le Covid qui empêche d’avoir des spectateurs en nombre, c’est la soupe à la grimace. Ajoutez à cela la ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. FerrariPorscheLamborghiniAston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (LotusBMW,Mercedes-BenzAudi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTIR8 GordiniVW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Aston-Martin Lagonda V8 Série 2, 10.0 out of 10 based on 1 rating
Please follow and like us:
20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.