Aston-Martin Lagonda V8 Série 2

Aston-Martin Lagonda V8 (1976)

Aston-Martin Lagonda V8 Série 2
1976 – V8 32V
310 ch – 225 km/h
1 965 kg

Sous l’impulsion d’Alan Curtis, le directeur général d’Aston-Martin depuis le rachat de 1975, la marque Lagonda est ressortie des tiroirs. Cette noble étiquette automobile avait été rachetée par David Brown qui avait rapidement eu des difficultés à l’intégrer à Aston-Martin qui brillait alors au firmament des voitures de sport, ponctuée par une victoire aux 24 Heures du Mans 1959. Quelques tentatives pointèrent le bout du capot pour un retour en 1961 avec la Lagonda Rapide, puis sous l’ère des V8 avec un seul exemplaire de Lagonda DBS pour David Brown (1969), et 7 exemplaires de Lagonda V8 (1974-76), dans les deux derniers cas des coupés V8 rallongés et carrossés en 4 portes. Mais l’équipe dirigeante de Newport Pagnell décida de repartir d’une page blanche avec un projet très ambitieux, chargé de démontrer le savoir-faire technique et l’avance technologique de la firme. Williams Towns à la planche à dessin traça un profil aiguisé à couper le souffle et l’ensemble est d’une modernité époustouflante. On peut ne pas aimer le résultat, mais difficile de rester indifférent. Tout l’objectif est d’offrir une ligne Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Please follow and like us:
20

Audi 200 Quattro 20V C3

Audi 200 Quattro 20V C3

Audi 200 Quattro 20V C3
1989 – 5 cyl. en ligne 20V Turbo
220 ch – 240 km/h
1 440 kg

Audi poursuit le développement de sa gamme 200 C3 et n’a de cesse de l’améliorer. Dernier exemple en date, la commercialisation fin 1989 de l’Audi 200 Quattro 20V C3. Cette grande berline basée sur l’Audi 100, a profité dernièrement à l’occasion du millésime 88 d’améliorations esthétiques subtiles mais notables pour lui permettre de rester en course chez les grandes berlines de prestiges. L’Audi 200 Quattro 20V ne change pas esthétiquement, Ingolstadt ayant certainement jugé suffisant ce qui a été apporté en 88, et c’est avant tout sous le capot moteur que tout se passe. Un immobilisme en matière de design qui se comprend tant l’Audi 200 C3 était en avance sur son temps, tant en fluidité de ligne qu’en efficacité de pénétration dans l’air. Assez passe-partout elle évite tout clivage, et si elle ne séduit pas d’emblée, sa discrétion élégante et de bon aloi se font apprécier au fil du temps. Au moins, Audi a le mérite d’éviter toute faute de goût qui est vite rédhibitoire sur ce marché très exigent des limousines de prestige. L’Audi 200 Quattro 20V (C3) conserve Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 7.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Please follow and like us:
20

Bentley Turbo R

bentley-turbo-r-1

Bentley Turbo R
1985 – 8 cyl. en V 16V Turbo
375 ch – 220 km/h
2 270 kg

Depuis le début des années 80, Bentley semble vouloir répondre à la demande de ses clients qui lui reprochaient des performances un peu ternes face à des rivales de plus en plus insolentes et performantes (Jaguar, Mercedes-Benz et BMW), quoique restant moins onéreuses (et donc moins accessibles) et surtout un cran en-dessous en matière de prestige. Ainsi avait été conçue la Bentley Mulsanne Turbo, basée sur la Rolls-Royce Silver Spirit. Premiers pas vers la performance, Bentley enfonce le clou pour 1986 avec une version « R » améliorée et plus performante. La Bentley Turbo R est du coup plus puissante, plus performante mais toujours aussi prestigieuse et cosy… De l’extérieur, peu de signes ostentatoires quant à la vocation sportive de cette noble dame britannique. On note dans les principales évolutions par rapport à la Mulsanne Turbo un spoiler plus prononcé et des jantes alu de 15 pouces. Pour le reste la calandre se veut sportive puisque peinte ton carrosserie, et la Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)
Please follow and like us:
20

Bentley Eight

bentley-eight-1

Bentley Eight
1986 – 8 cyl. en V 16V
240 ch – 206 km/h
2 268 kg

Même chez les constructeurs les plus prestigieux il existe un « bas de gamme », plus harmonieusement appelé généralement « entrée de gamme ». Bentley n’échappe donc pas à la règle avec sa Bentley Eight. Doit-on s’offusquer d’une version au rabais ? Pas réellement tant « rabais » et « Bentley Eight » sont des oxymores que n’auraient pas reniés Emile Zola dans ses romans. Extérieurement, la Eight reprend la calandre grillagée des antiques Bentley de course conférant ainsi à la proue de cette Bentley un visage plus spécifique à défaut d’être inédit, les Rolls-Royce et Bentley étant des sœurs souvent quasi-jumelles, même si la tendance semble aller à la différenciation de plus en plus marquée. Etirée sur 5,2 mètres, la Bentley Eight glisse son classique profil parmi la circulation, faisant briller ses chromes largement présents à une époque où le plastique peint semble vouloir faire la loi. Et sous le capot, là encore, Bentley reste fidèle à ses valeurs avec un gros Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Please follow and like us:
20