GP F1 Malaisie 2017 – 1er Octobre

GP F1 Malaisie (2017)
1. VERSTAPPEN (Red Bull)
2. HAMILTON (Mercedes)
3. RICCIARDO (Red Bull)

Bien que les pilotes Mercedes fassent grise mine sur ce tracé avec une monoplace qui ne trouve pas ses marques et chauffe ses pneus arrière trop rapidement, c’est tout de même avec une avance confortable pour Hamilton au championnat du monde de F1 2017 que la course démarre. Une sérénité bien différente chez Ferrari après la bévue de Vettel à Singapour qui a mis au tapis les deux Ferrari et la Red Bull de Verstappen. Lors des essais libres, on notera la sortie de route très spectaculaire de Romain Grosjean lorsque sa Haas en passant sur une grille d’égouts l’a aspiré avec sa roue arrière qui du coup a éclaté. Pour les qualifications du samedi, c’est déjà le coup de théâtre ! La monoplace rouge de Sebastian Vettel boucle un bout de son premier tour et rapidement le manque de puissance intervient. Son moteur a été changé la veille et il semble que tout ne soit pas pleinement opérationnel. Retour aux stands, et jamais les techniciens de Ferrari ne seront en mesure de le faire repartir en Q1. Eliminé d’office, il partira du fond de la grille… Voilà qui démarre bien mal pour refaire son retard sur Hamilton au championnat. Les éliminés à la régulière de la Q1 sont les deux Sauber (Ericsson et Werhlein) et les deux Haas (Grosjean et Magnussen). En Q2, nous apprécions la première qualification officielle en Formule 1 de Pierre Gasly au 15e rang avec sa Toro Rosso en remplacement de Danyl Kvyat. Il est devancé par Sainz Jr. par seulement 10 centième. Joli ! Jolyon Palmer et sa Renault est également cantonné à Q2 tout comme les deux Williams. Les seigneurs s’affrontent en Q1. Hamilton va mettre tout le monde d’accord, tandis que Raikkonen et sa Ferrari échoue de peu sur la 2e place. Derrière, les deux Red Bull trustent la 2e ligne. Bottas est relégué sur la 3e ligne avec à ses cotés un Ocon bien inspiré. Derrière, Hulkenberg, Vandoorne, Perez et Alonso complètent ces premières lignes.

La Course
Lors du tour de chauffe, nouveau coup de théâtre. Alors que Vettel part en fond de grille, Raikkonen doit repasser aux stands en raison d’un problème électrique. Las, le finlandais ne pourra pas participer à la course alors qu’il avait une excellente monoplace sur ce tracé malais. C’est décidément la série noire pour Ferrari. A l’extinction des feux rouges, Hamilton fait le départ parfait et garde sa première position. C’est Bottas qui surprend tout le monde et manque de peu de s’emparer de la 2e place dans l’escargot malais. Mais rapidement, Verstappen prend le dessus sur Hamilton et s’échappe seul en tête. Ricciardo pour sa part reprend la 3e place à Bottas qui se retrouve 4e. Dans les premiers enchaînements, quelques touchettes entre Ocon (Force India) et Massa (Williams) pénalisent le pilote français. Il rentre ainsi très tôt à son stand pour adopter une stratégie décalée. Bien vu, car lorsque les premiers retours aux stands des autres interviennent il est remonté très haut dans le classement. De son côté, Vettel effectue une remontée fantastique. Il est sur les talons de Sergio Perez alors 5e. Puis il revient sur Bottas s’empare de la 4e place. Le podium semble même possible pour le pilote allemand. Las, il fait la jonction avec Ricciardo, mais à force d’attaquer pour remonter, ses pneus sont trop usés et ne lui permettent plus de faire la différence. De son côté, Verstappen conserve sa première place pour sa 2e victoire de sa carrière qui cette fois-ci ne souffre pas de contestation. C’est réellement sa victoire. Hamilton reste 2e et fait une belle opération au championnat. Ricciardo complète le tiercé gagnant. Les deux Williams terminent finalement dans les points et c’est Ocon qui prend les points de la 10e place. Le grand perdant de cette course, c’est Ferrari qui aurait du briller. Tant pis…

TOP Hamilton limite la casse ǀ Remontée fantastique ǀ Verstappen impérial ! ǀ Ricciardo sur le podium ǀ Perez performant malgré une santé précaire ǀ McLaren confirme sa bonne forme ǀ Vandoorne au top ǀ Ocon limite la casse ǀ Beau départ pour Pierre Gasly FLOP Bottas aux abonnés absents ǀ WE noir pour Ferrari ǀ Alonso loin de son coéquipier ǀ Renault pas dans le coup ǀ Haas en vrac ? ǀ Comportement de Magnussen

CLASSEMENT DU GP DE MALAISIE 2017
56 tours de 5,543 km = 310,408 km

Pilote Ecurie/Moteur Temps/Ecarts
1. Max Verstappen – Red Bull-TAG Heuer
2. Lewis Hamilton – Mercedes – 12”770
3. Daniel Ricciardo – Red Bull-TAG Heuer – 22”519
4. Sebastian Vettel – Ferrari – 37”362
5. Valtteri Bottas – Mercedes – 56”021
6. Sergio Pérez – Force India-Mercedes – 1’18”630
7. Stoffel Vandoorne – McLaren-Honda – 1 tour
8. Lance Stroll – Williams-Mercedes – 1 tour
9. Felipe Massa – Williams-Mercedes – 1 tour
10. Esteban Ocon – Force India-Mercedes – 1 tour
11. Fernando Alonso – McLaren-Honda – 1 tour
12. Kevin Magnussen – Haas-Ferrari – 1 tour
13. Romain Grosjean – Haas-Ferrari – 1 tour
14. Pierre Gasly – Toro Rosso-Renault – 1 tour
15. Jolyon Palmer – Renault – 1 tour
16. Nico Hülkenberg – Renault – 1 tour
17. Pascal Wehrlein – Sauber-Ferrari – 1 tour
18. Marcus Ericsson – Sauber-Ferrari – 2 tours

Abandons:
Carlos Sainz – Toro Rosso-Renault – 29
Kimi Räikkönen – Ferrari – 0

Meilleur Tour
Sebastian Vettel – Ferrari – 1 min 34 s 080 (vitesse moyenne : 212,105 km/h)

En savoir plus :
Formule 1Photos Formule 1

2017 10 01 GP F1 Malaisie
« 1 de 5 »
  • Maserati 2.24v Facelift Biturbo La très exclusive Maserati Racing a ouvert la voie en s’inspirant des codes stylistiques de la Maserati Shamal. Marcello Gandini est toujours à la table à dessin avec un budget des plus serrés. Pas étonnant donc de constater une réelle similitude d’une Maserati « Biturbo » à l’autre qui passe entre ses griffes. Si la ...
  • Donkervoort S8AT Avec l’arrivée du catalyseur, Joop Donkervoort doit trouver une solution pour que son interprétation de la Lotus Seven ne soit pas pénalisée en performance. C’est donc fort logiquement que la Donkervoort SA8 lancée en 1985 est épaulée dès l’année suivante par une variante équipée d’un turbocompresseur. La Donkervoort S8AT est identique à l’extérieur à la ...
  • Lotus Esprit Turbo Mk1 Type 82 Chez Lotus, l’idée de donner plus de puissance à sa GT phare est déjà ancienne. Mais faute de moyens, le turbocompresseur qui semble la solution idéale (envisagé dès 1978 – Projet M72), et plus réaliste qu’un V8, ne sera finalement une réalité sur la route que depuis février 1980 avec la série spéciale limitée à ...
  • TVR Griffith Mk2 – Guide Achat C’est lors du salon de Birmingham 1990 que le public anglais amateur de voitures de sport tombe en admiration devant la TVR Griffith qui vient prendre la suite des séries S et de la TVR V8S. Son design est l’oeuvre de Peter Wheeler le patron et propriétaire de TVR depuis 1981. Une réussite stylistique qui ...
  • Alpine A110 1600 SX La cloche semble prête à sonner la fin d’une époque pour 1976. La berlinette Alpine va devoir tirer sa révérence après 13 années d’une carrière riche en évolution et dotée d’un palmarès record en rallyes, régional, national mais également mondial avec à la clé un titre de champion du monde des rallyes constructeur. Ce n’est ...
  • Lotus Elise 111S Mk2 Quoique dans une situation financière toujours délicate, Lotus peut compter sur le soutien de son actionnaire principal Proton. La preuve, deux ans après les premières Lotus Elise S2, c’est un variante plus performante proposée en deux finitions : Elise 111 et Elise 111S. Cette dernière étant mieux équipée de série et rencontre les faveurs des ...
  • Fiat 131 Racing Depuis 1974, Fiat a vu grand pour sa nouvelle berline 131 Supermirafiori. Classique dans sa conception et au design très cubique, sans prise de risque, c’est clairement la grande diffusion internationale qui est visé. Mais Fiat n’a pas oublié les amateurs de voitures de sport, tant pour son engagement en rallyes, que sur route ouverte. ...
  • TVR Cerbera – Guide Achat Face aux insistances des clients qui souhaitent une TVR Chimaera coupé avec deux places supplémentaires, Peter Wheeler fait de la résistance. Mais finalement il consent à lancer l’étude d’une variante 2+2 à toit rigide, ce qui est une première dans l’histoire de TVR. C’est Damian McTaggart assisté de Nick Coghlan qui se chargent de donner ...
  • Maserati 222 SE Biturbo Depuis 1988, la gamme Biturbo est dénommée 222 comme pour chasser la mauvaise réputation qui colle au patronyme Biturbo. C’est Marcello Gandini qui avait alors eu le privilège de retoucher (très ! trop ?) subtilement le trait de Pierangelo Andreani qui commence à accuser le poids des années. Avec la sortie de la Maserati 2.24v ...
  • Alfa Romeo Alfasud Ti 1500 85 ch Depuis 1971 l’Alfa Romeo Alfasud hérisse le poil des alfistes traditionnels. Conçue pour donner un essor économique à une Italie du sud alors très pauvre en emploi, l’Alfasud cumulait sur le papier toutes les tares : traction avant, modèle populaire et construction approximative en raison de nouvelles habitudes de travail à acquérir à Pomigliano d’Arco. ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. Ferrari, Porsche, Lamborghini, Aston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (Lotus, BMW, Mercedes-Benz, Audi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTI, R8 Gordini, VW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
GP F1 Malaisie 2017 - 1er Octobre, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *