GP F1 Hockenheim – Allemagne 2018 – 22 Juillet

GP F1 Hockenheim – Allemagne (2018)
1. HAMILTON (Mercedes)
2. BOTTAS (Mercedes)
3. RAIKKONEN (Ferrari)

Présent une année sur deux dans le calendrier du championnat du Monde de F1, le Grand Prix d’Hockenheim sera certainement retiré des tablettes de la F1 les années futures en raison d’un tarif jugé trop élevé par les organisateurs du circuit qu’ils doivent s’acquitter auprès de la FIA. En attendant, c’est l’avant-dernier grand prix de la saison avant la coupure estivale et le Grand Prix de Hongrie la semaine suivante. Les essais s’annoncent complexes puisque la météo s’invite en « guest star ». De son côté, Daniel Ricciardo ne pourra pas espérer grand chose puisque son écurie a décidé de remplacer tous les éléments possibles et repartir d’une base neuve pour le Hungaroring où les qualités châssis de la Red Bull devraient faire merveille. Affaire à suivre… La Q1 tourne au cauchemar pour Vandoorne bien en difficulté chez McLaren (on murmure son remplacement possible), tandis que les deux Toro Rosso marquent également le pas, tout comme Stroll et sa Williams. Dans les déceptions, on note Esteban Ocon et sa Force India qui ne passe pas non plus le cap de la Q1. La Q2 apporte son lot de surprises. A commencer par Ricciardo qui ne lutte pas plus que cela sachant déjà qu’il partira en fond de grille. Mais l’autre surprise est Hamilton qui se loupe casse son circuit hydraulique. Résultat, fin de l’histoire dès la Q2 sans avoir validé un seul chrono. Une sacrée aubaine pour les autres, à commencer Ferrari, mais également les écuries de 2e plan. Néanmoins, ne passent pas le tour de la Q2 Alonso et sa McLaren mais qui termine tout de même sur la 5e ligne. L’étonnant Sirotkin sur la 2e Williams et Ericsson sur sa Sauber restent également en Q2. Pour la Q1, si Bottas semble avoir sorti le chrono du siècle en s’assurant la pole position, c’était sans compter sur un Vettel des grands jours sur sa Ferrari qui lui chipe la première place sur la grille de départ, si précieuse ici à Hockenheim. Raikonnen et Verstappen son 3e et 4e suivi des deux Haas décidément bien en forme dans ce milieu de saison. A noter que c’est Magnussen qui est devant Grosjean. les deux Renault suivent comme à la parade tandis que les derniers accessits sont pris par Charles Leclerc et Sergio Perez.

La Course
Une course folle ?… Presque car les cartes ont été rebattues avec les conditions météo. Départ donné, on s’oriente vers une course classique avec Vettel en tête qui s’envole, Bottas derrière qui maîtrise sans plus et Hamilton qui part loin. « Classique » ?… Non car d’emblée, Hamilton survolté remonte un à un les monoplaces devant lui et en une dizaine de tours il a déjà recollé au peloton de tête ! Dément. Ricciardo derrière peine plus à remonter rapidement et sera en prime contraint à l’abandon suite à des problèmes de puissance moteur. Depuis le départ, l’incertitude pèse sur la météo : va-t-il pleuvoir ou non ? Les premiers changements de pneumatiques démarrent et Vettel se retrouve derrière Raikkonen à sa sortie. Consigne est donnée à Raikkonen pour laisser passer son coéquipier. Finalement la pluie arrive mais timidement et sur une seule portion du circuit. C’est la confusion dans les teams. Certains prennent le pari de mettre des intermédiaires mais c’est trop tôt ! Sont mal partis sur cette stratégie Verstappen, Alonso et Leclerc. Las ils reviennent aux stands pour remettre des slic. Mais la piste reste délicate, et il repleut ce qui piège Vettel dans le stadium. Pourtant prudent, il ne peut rien faire et part dans le gravier pour terminer dans les pneus : voiture de sécurité en piste et zéro point pour le pilote Ferrari en course pour le titre. Voilà Hamilton mit sur orbite. La course est relancée et Hamilton reste en tête car Bottas reçoit la consigne de rester derrière. Soupe à la grimace mais bon, Hamilton reprend les reines du championnat avec une avance confortable. Raikkonen complète le podium. Cette course au scénario fou apporte un classement assez improbable avec de beaux points à récolter pour les deuxièmes couteaux.

TOP Hamilton sacré pilote ǀ Raikkonen solide en course ǀ Alonso sauve McLaren ǀ Haas toujours en forme ǀ Verstappen sauve les meubles ǀ Ocon solide en course ǀ Belle course des Force India ǀ Hulkenberg assure chez Renault ǀ Brendon Hartley et Ericsson opportunistes ǀ Grand Prix mouvementé FLOP Charles Leclerc malheureux ǀ Vettel maudit ! ǀ Vandoorne ǀ Sainz Jr. sur la sellette ǀ Consignes d’équipes ǀ Williams ǀ Ricciardo malchanceux

CLASSEMENT DU GP F1 D’ALLEMAGNE 2018
67 tours de 4,574 km = 306,458 km

Pos. no Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 44 Drapeau : Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 67 h 32 min 29 s 845 (198,789 km/h) 14 25
2 77 Drapeau : Finlande Valtteri Bottas Mercedes 67 + 4 s 535 2 18
3 7 Drapeau : Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 67 + 6 s 732 3 15
4 33 Drapeau : Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-TAG Heuer 67 + 7 s 654 4 12
5 27 Drapeau : Allemagne Nico Hülkenberg Renault 67 + 26 s 609 7 10
6 8 Drapeau : France Romain Grosjean Haas-Ferrari 67 + 28 s 871 6 8
7 11 Drapeau : Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 67 + 30 s 556 10 6
8 31 Drapeau : France Esteban Ocon Force India-Mercedes 67 + 31 s 750 15 4
9 9 Drapeau : Suède Marcus Ericsson Sauber-Ferrari 67 + 32 s 362 13 2
10 28 Drapeau : Nouvelle-Zélande Brendon Hartley Toro Rosso-Honda 67 + 34 s 197 17 1
11 20 Drapeau : Danemark Kevin Magnussen Haas-Ferrari 67 + 34 s 919 5
12 55 Drapeau : Espagne Carlos Sainz Jr. Renault 67 + 43 s 069 8
13 2 Drapeau : Belgique Stoffel Vandoorne McLaren-Renault 67 + 46 s 617 19
14 10 Drapeau : France Pierre Gasly Toro Rosso-Honda 66 + 1 tour 16
15 16 Drapeau : Monaco Charles Leclerc Sauber-Ferrari 66 + 1 tour 9
16 14 Drapeau : Espagne Fernando Alonso McLaren-Renault 65 + 2 tours 11
Abd. 18 Drapeau : Canada Lance Stroll Williams-Mercedes 53 Freins 18
Abd. 5 Drapeau : Allemagne Sebastian Vettel Ferrari 51 Sortie de piste 1
Abd. 35 Drapeau : Russie Sergey Sirotkin Williams-Mercedes 51 Fuite d’huile 12
Abd. 3 Drapeau : Australie Daniel Ricciardo Red Bull-TAG Heuer 27 Perte de puissance 20

Meilleur Tour
Lewis Hamilton – Mercedes – 1 min 15 s 545 (vitesse moyenne : 217,968 km/h)

En savoir plus :
Formule 1Photos Formule 1

2018 07 22 GP F1 Allemagne Hockenheim
« 1 de 2 »
  • Citroën AX Sport Phase 2 Depuis quelques mois, Citroën a étonné avec sa petite AX Sport dont la vocation première est d’être produite à 5 000 exemplaires afin d’être homologuée en groupe N et groupe A catégorie 1 300 cm3. Sportive brute de décoffrage, la petite AX a enthousiasmé les observateurs et les passionnés par son caractère très sportif, la ...
  • Citroën CX 25 GTI Turbo Depuis 1974, la Citroën CX a connu son lot d’évolution, promenant ainsi une silhouette unique dans un segment de marché dominé par un classicisme traditionnel. Il faut avouer que la ligne tracée par Robert Opron demeure aérodynamique et profilée, ne prenant que peu de ride au fil du temps qui passe. On aime ou pas, ...
  • Alfa Romeo 164 2L0 Twin Spark Alfa Romeo bien mal en point a été racheté finalement par Fiat en 1986. Un an plus tard au salon de Francfort, sur la patrie des constructeurs allemands, experts es-berlines, Alfa Romeo dévoile les premiers fruits de cette nouvelle collaboration : l’Alfa Romeo 164 2L0 Twin Spark. Basée sur la plateforme Tipo Quattro (Saab 9000, ...
  • Fiat Uno Turbo ie Phase 2 Si la Fiat Uno connaît un succès commercial européen et même sur d’autres continents qui ne se dément pas depuis 1983 date de son lancement, on ne peut en dire de même pour sa version de pointe : la Fiat Uno Turbo ie (1985). Si tout le monde a loué sa mécanique remarquable avec une ...
  • Citroën BX GTI 16 Soupapes Entre Citroën et Peugeot, PSA fait souvent la priorité pour la firme au lion, sa marque de cœur historique. Pourtant, en 1987, c’est Citroën qui va avoir la primeur pour quelques semaines du premier quatre cylindres multisoupapes tricolore. La Citroën BX GTI 16S inaugure donc le nouveau moteur auquel elle emprunte son appellation. Basée sur ...
  • Fiat Uno Turbo ie Dans un segment ultra-disputé, Fiat ne ménage pas ses efforts pour sa nouvelle Uno qui a pour mission de disputer la couronne de voiture la plus vendue d’Europe. Rien que ça ! Son lancement en 1983 à Cap Canaveral, indique que la petite citadine du constructeur de Turin est sur la rampe de lancement. D’ailleurs, ...
  • BMW 320i Cabriolet E30 Depuis une année déjà, BMW s’est posé en leader des cabriolets 4 places luxueux et sportif, seul Saab pour l’instant ayant emboîté le pas du constructeur à l’hélice. Néanmoins, si le cabriolet suédois peut s’appuyer sur un style marqué et singulier, et un véritable attrait et une qualité de fabrication indéniable, il lui manque un ...
  • Renault Clio 16S-Williams-RS-V6 La Renault Supercinq, malgré un look sympa et des qualités bien réelles, n’a jamais pu détrôner la Peugeot 205 des Charts français en matière de citadines. Côté sport, c’est le même tableau, avec une victoire sans appel côté volumes de ventes de la 205 GTI face à la Supercinq GT Turbo. Cette dernière si elle ...
  • Maserati 222 SR Biturbo Croyez-le ou pas, mais la saga des Biturbo ne cesse de se renouveler et se décliner. Notamment depuis la commercialisation en 1990 de la Maserati Shamal puis de la plus « populaire » (il faut le dire vite !) Racing en 1991, un nouveau visage signé Marcello Gandini a été instauré. Alors certes, le talentueux designer italien ...
  • BMW 325i Cabriolet E30 Depuis trois générations de Série 02 et Série 3, BMW décline un ersatz de cabriolet sur la base de sa compacte à succès. Alors conçu et fabriqué par le carrossier Baur, on doit plus parler de découvrable que de cabriolet puisque les montants de portes et de vitres latérales sont fixes. Bien mais peut mieux ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. Ferrari, Porsche, Lamborghini, Aston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (Lotus, BMW, Mercedes-Benz, Audi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTI, R8 Gordini, VW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
GP F1 Hockenheim - Allemagne 2018 - 22 Juillet, 10.0 out of 10 based on 1 rating
Please follow and like us:
20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.