GP F1 Montreal Canada 2018 – 10 Juin

GP F1 Montreal – Canada (2018)
1. VETTEL (Ferrari)
2. BOTTAS (Mercedes)
3. VERSTAPPEN (Red Bull)

Montreal est un circuit très apprécié des pilotes et des fans de F1 canadiens qui sont nombreux et fervents sur toute la durée du WE. Lors des essais, peu de surprise sur une piste qui impose du grip et de la vitesse de pointe pour faire des étincelles. Les murs sont nombreux, notamment celui des “Champions” et on part vite à la faute en cas d’optimisme. Aux essais, Ericksson s’en est vite rendu compte d’ailleurs. Q1 démarre et d’emblée, Romain Grosjean semble poursuivi par ce qu’il appelle un “éléphant” noir puisque son moteur part en vrille dès la sortie du box. Terminé les qualifications pour lui ! Les premières victimes de la Q1 sont sans surprises avec les deux Williams et Ericksson. Pierre Gasly échoue également. Q2 poursuit sa sélection impitoyable et élimine les deux McLaren, la Haas survivante, Hartley (Toro Rosso) et l’étonnant Charles Leclerc. EN Q3, Vettel qui cette fois-ci n’est pas gêné comme en Q2 ne laisse aucune chance à ses adversaires en prenant une très belle pole position. Juste devant Bottas, Verstappen et un Hamilton bien pâle à Montréal. Plus décevants encore Raïkkonen et Ricciardo qui sont 5e et 6e.

La Course
Habituellement à Montréal, le premier virage est le théatre de beaux accidents. Mais là, les pilotes prudents se tiennent à carreau. Tous ? Non, car Stroll deux virages plus loin se loupe et serre Hartley dans le mur de la ligne droite pour finir ensuite tous deux dans les pneus. Résultat, deux voitures au tapis et une safety car qui intervient dès le premier tour de course. Bravo ! La course reprend ses droit mais ne change pas grand chose à la course, car Vettel va mener de bout en bout sans être jamais inquiété. Derrière Bottas termine 2e rattrapé en fin de course par un Verstappen très en verve. Hamilton navigue discrètement à la 4e place tandis que Raikkonen et Ricciardo ont inversé leurs positions pendant la course mais sont restés loin du rythme de la tête de course. Derrière, les deux Renault prennent des points, tandis que les 4 pilotes français terminent de la 9e à la 12e place. Charles Leclerc et Esteban Ocon sont dans les points et Grosjean et sa Haas reviennent de loin avec une course astucieuse et tactique. A noter que le Grand Prix s’est terminé plus tôt en raison de l’erreur de déploiement du drapeau à damiers ! Terne et sans éclat, tel est le résumé de cette course de F1.

TOP Vettel et Ferrari intouchables ǀ Belle course de Verstappen ǀ Bottas performant ǀ Hamilton contraint de jouer les “comptables” ǀ les 4 français dans le coup ǀ Leclerc toujours étonnant avec sa modeste Sauber ǀ Renault dans les points ǀ Ocon FLOP Mercedes pas dans le coup ǀ Hartley éjecté de la course par Stroll ǀ Stroll ?! ǀ Grosjean pénalisé aux essais ǀ Grand Prix terne ǀ Williams ǀ Ricciardo et Raïkkonen relégués au second rang

CLASSEMENT DU GP F1 DE MONTREAL 2018
68 tours de 4,361 km = 296,548 km

Pos. no Pilote Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 5 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel Ferrari 68 1 h 28 min 31 s 877 (200,977 km/h) 1 25
2 77 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas Mercedes 68 + 7 s 376 2 18
3 33 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen Red Bull-TAG Heuer 68 + 8 s 360 3 15
4 3 Drapeau de l'Australie Daniel Ricciardo Red Bull-TAG Heuer 68 + 20 s 892 6 12
5 44 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton Mercedes 68 + 21 s 559 4 10
6 7 Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen Ferrari 68 + 27 s 184 5 8
7 27 Drapeau de l'Allemagne Nico Hülkenberg Renault 67 + 1 tour 7 6
8 55 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. Renault 67 + 1 tour 9 4
9 31 Drapeau de la France Esteban Ocon Force India-Mercedes 67 + 1 tour 8 2
10 16 Drapeau de Monaco Charles Leclerc Sauber-Ferrari 67 + 1 tour 13 1
11 10 Drapeau de la France Pierre Gasly Toro Rosso-Honda 67 + 1 tour 19
12 8 Drapeau de la France Romain Grosjean Haas-Ferrari 67 + 1 tour 20
13 20 Drapeau du Danemark Kevin Magnussen Haas-Ferrari 67 + 1 tour 11
14 11 Drapeau du Mexique Sergio Pérez Force India-Mercedes 67 + 1 tour 10
15 9 Drapeau de la Suède Marcus Ericsson Sauber-Ferrari 66 + 2 tours 18
16 2 Drapeau de la Belgique Stoffel Vandoorne McLaren-Renault 66 + 2 tours 15
17 35 Drapeau de la Russie Sergey Sirotkin Williams-Mercedes 66 + 2 tours 17
Abd. 14 Drapeau de l'Espagne Fernando Alonso McLaren-Renault 40 Échappement 14
Abd. 18 Drapeau du Canada Lance Stroll Williams-Mercedes 0 Accrochage avec Hartley 16
Abd. 28 Drapeau de la Nouvelle-Zélande Brendon Hartley Toro Rosso-Honda 0 Accrochage avec Stroll 12

Meilleur Tour
Max Verstappen – Red Bull-TAG Heuer – 1 min 13 s 864
(vitesse moyenne : 212,547 km/h)

En savoir plus :
Formule 1Photos Formule 1

2018 06 10 GP F1 Montreal Canada
« 1 de 2 »
  • Innocenti de Tomaso Turbo Chez Innocenti, la vie n’est pas qu’un long fleuve tranquille, mais les difficultés sont parfois sources d’opportunités. Lorsque BMC (British Motor Corporation) se déclare en cessation de paiement et c’est l’état italien avec Alejandro de Tomaso qui rachètent Innoncenti en 1976. Toutefois le moteur « Austin » est conservé… jusqu’en 1982. A compter de cette ...
  • Peugeot 504 Coupé 1800 Alors que Peugeot dispose dans son catalogue depuis l’année précédente d’une berline classique et sérieuse dont les seules excentricités sont une face avant au regard trapézoïdale et une malle arrière pour le moins étonnant dans son décroché, tous les amateurs de belles carrosseries attendaient avec impatience la présentation en mars 1969 à Genève des dérivés ...
  • Lamborghini 350 GT En Italie, la réussite industrielle de Ferrucchio Lamborghini dans le monde des tracteurs depuis la fin de la deuxième guerre mondiale lui a donné une aisance financière certaine et un appétit de conquête. Fan de Grand Tourisme sportives, et étant lui même client de Maranello, il décide de venir concurrencer Ferrari sur la route. Insensé ...
  • TVR Griffith 400 Mk2 Depuis le salon de Birmingham 1990, le public est sous le choc de la séduction. Peter Wheeler qui a racheté TVR en 1981 a réussi son pari et marqué les esprits. Sa TVR Griffith, deuxième du nom dans la généalogie des sportives produites à Blackpool, captive les pupilles qui se dilatent sur son passage. Le ...
  • Peugeot 304 Cabriolet Suivant l’évolution de la berline dont elle dérive, la Peugeot 304 Cabriolet arrive donc sur les tapis des stands des salons en avril 1970. Ce qui ne surprendra personne, toute la face avant est reprise avec les nouvelles optiques trapézoïdales et la calandre à fines lamelles horizontales. Cela vous dit quelque chose ?… Normal puisque ...
  • Alfa Romeo Giulia Sprint GT Veloce Depuis déjà une année, le coupé Giulia GT Sprint séduit les amateurs de conduite sportive et passionnée. Avec sa carrosserie dont le dessin est l’œuvre d’un jeune talent (Giorgetto Giugiaro) chez Bertone, le coupé milanais fait mouche par son gabarit et ses proportions harmonieuses. Charmant, il se paie le luxe de jouer les mini-GT avec ...
  • Lotus Europa Special Twin Cam Type 74 Partis d’un projet initialement proposé à Ford pour contrer Ferrari, c’est finalement Lotus qui va reprendre à son compte à 100% l’Europe en 1966. Un coupé sportif très radical et sans concession, inspiré techniquement de la Lotus Elan mais dont la principale différence réside dans l’emplacement en position centrale arrière du groupe motopropulseur, comme les ...
  • Renault 25 V6 Turbo Phase 1 185 ch Au salon de Paris 1984, les visiteurs ont découvert avec bonheur la remplaçante du duo Renault 20 & 30. Renault renouvelle avec talent son vaisseau amiral qui semble prêt à en découdre avec les sempiternelles rivales allemandes qui font la loi dans le segment des limousines de prestige. Souhaitant conserver le hayon inauguré par la ...
  • TVR Cerbera 4L5 FL V8 AJP Pour de début de millénaire, TVR laisse Damian McTaggart s’emparer de la griffe maison concernant le style extérieur. La TVR Tuscan devient le premier étendard d’un style décalé et original qui à coup sûr permet d’identifier une sportive de la firme de Blackpool dès le premier coup d’oeil. Il est donc temps pour la TVR ...
  • BMW M3 E46 En septembre 1999, BMW dévoile au salon de Francfort celle qui doit confirmer l’essor récent de la saga M3. D’abord pensée avec quatre cylindres 16 soupapes, la BMW M3 E30 avait pour vocation de servir d’homologation en DTM. Mais ensuite, après quelques belles évolutions marquantes (Sport et Sport Evolution), BMW passe au 6 cylindres en ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. Ferrari, Porsche, Lamborghini, Aston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (Lotus, BMW, Mercedes-Benz, Audi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTI, R8 Gordini, VW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

GP F1 Monaco 2018 – 27 Mai

GP F1 Monaco (2018)
1. RICCIARDO (Red Bull)
2. VETTEL (Ferrari)
3. HAMILTON (Mercedes)

Monaco est le RDV glamour de la saison. La French Riviera accueille le circuit de la Formule Un dans un étroit dédale routier qui perdure depuis des décennies, et qui attire les pilotes désireux d’accrocher une victoire de prestige à leur palmarès. Un pilote est particulièrement excité, c’est Charles Leclerc puisqu’il est le régional de l’étape. Un autre est également impatient d’en découdre, c’est Daniel Ricciardo qui n’a pas digéré d’avoir été volé d’une victoire qui lui semblait acquise suite à une erreur de stratégie du stand Red Bull. Dans les surprises des essais, notons Verstappen décidément très en forme dans les sorties de route depuis le début de la saison 2018 qui casse sa monoplace. Les mécaniciens ne pourront la remettre en état pour la Q1 Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)

Alfa Romeo Giulia Sprint GT Veloce

Alfa-Romeo Giulia Sprint GT Veloce
1965 – 4 cyl. en ligne 8V
125 ch (SAE) – 185 km/h
1 000 kg

Depuis déjà une année, le coupé Giulia GT Sprint séduit les amateurs de conduite sportive et passionnée. Avec sa carrosserie dont le dessin est l’œuvre d’un jeune talent (Giorgetto Giugiaro) chez Bertone, le coupé milanais fait mouche par son gabarit et ses proportions harmonieuses. Charmant, il se paie le luxe de jouer les mini-GT avec un quatre cylindres de 1 570 cm3 qui vaut en onctuosité et disponibilité certains six cylindres. Mais Alfa Romeo ne compte pas en rester là, et poursuit le développement de son coupé à succès vers une version plus sportive. Alors pas d’emballement tout de même car côté moteur, c’est du saupoudrage avec seulement 3 ch SAE supplémentaires. Pour distinguer l’Alfa Romeo Sprint GT « Veloce » de la Sprint GT, les plus fins observateurs relèveront la calandre simplifiée à trois barres horizontales, un trèfle à quatre feuille sur les montants de custode arrière et le logo « Veloce » apposé sur la malle arrière. Pour le reste, ne changez rien, c’est parfait avec ses jantes tôles de 15 pouces et leurs enjoliveurs, les Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)

GP F1 Barcelona Espagne 2018 – 13 Mai

GP F1 Barcelona – Espagne (2018)
1. HAMILTON (Mercedes)
2. BOTTAS (Mercedes)
3. VERSTAPPEN (Red Bull)

Barcelone est un premier tournant dans la saison de Formule 1. C’est non seulement le retour des écuries en Europe, mais également l’opportunité de courir sur un circuit “archiconnu” des écuries et des pilotes. C’est également une piste de référence qui donne le “la” pour définir une hiérarchie fiable des performances de chaque monoplace. Et histoire de bouleverser un peu la hiérarchie et les repères, Pirelli a apporté des gommes moins épaisses de 4 mm au niveau de la bande de roulement. Les qualifications démontrent une fois de plus que cette année il y a 3 écuries (Mercedes, Ferrari et Red Bull) et le reste du monde en témoigne la grille de départ. La pole position est enlevée par Hamilton devant Bottas. Une 1ère ligne 100% Mercedes. En deuxième ligne, c’est Vettel et Raikkonen sur leurs Ferrari qui se partagent les miettes de Mercedes. Suivent les deux Red Bull avec Verstappen et Ricciardo. Tout ce beau monde est sous la minute 16″. Derrière Ricciardo, c’est une seconde pleine qui sépare Kevin Magnussen et sa Haas diablement performante chez les seconds couteaux. Haas et Renault se partagent les places d’honneurs de la Q3. Dans les déceptions, notons les McLaren et Force India qui peinent à trouver la martingale pour passer en Q3. Quant aux Williams c’est la brasse coulée avec l’abonnement en fond de grille. Quand on se souvient de l’épopée des années 1990 avec Renault ! A noter les belles qualifications de Pierre Gasly et Charles Leclerc. Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

GP F1 Azerbaïjan Bakou 2018 – 29 avril

GP F1 Azerbaijan – Bakou (2018)
1. HAMILTON (Mercedes)
2. RAIKKONEN (Ferrari)
3. PEREZ (Force India)

Si lors des essais libres les places d’honneur étaient très disputées, la phase de qualifications dévoile une fois de plus un Kimi Raikkonen très en forme. Mais impossible pour lui néanmoins de prendre la pole position suite à une erreur de pilotage en Q3. Il partira donc de la 3 e ligne derrière Verstappen. Vettel et Hamilton vont donc se partager la première ligne avec le pilote Ferrari qui remporte sa 3e pole position consécutive. Bottas est en troisième ligne avec Verstappen. Ricciardo sur la 3e ligne aux côtés de l’autre Ferrari. Les 6 premières places sont trustées par les trois écuries de pointe, pas de réelle surprise. Derrière, comme à la parade, les deux Force India qui retrouvent de la performance suivies des deux Renault, même si Hulkenberg est relégué à la 14e place en raison d’un changement de boîte de vitesses. Avec leur moteur Mercedes et leur aérodynamique fine, les Williams échouent en porte de Q3 et se calent ainsi derrière les Renault. McLaren est décevant avec un Fernando Alonso qui est bien loin des avant-postes tandis que Vandoorne ne passe même pas Q1. Dans les poisseux, à noter Romain Grosjean (Haas) qui ne peut se qualifier voiture restant dan les stands et Hartley (Toro Rosso) qui est au-delà des 107%. Tous deux vont être repêchés par la direction de course. Dans les coups d’éclat, on remarque la très belle qualification de Charles Leclerc sur la Sauber Alfa-Romeo à la 14e position juste derrière Alonso. Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

GP F1 Chine 2018 – 15 avril

GP F1 Chine (2018)
1. RICCIARDO (Red Bull)
2. BOTTAS (Mercedes)
3. RAIKKONEN (Ferrari)

A l’issue des essais libres et des qualifications, la domination des rouges semblait inéluctable en Chine. On s’attendait alors à un Grand Prix terne avec les rouges devant et les autres derrière. Les qualifications confirme ce fait avec une pole position magique de Sebastian Vettel en Q3 qui vient chiper la place à un Raikkonen pourtant très en verve. Derrière les rouges, c’est comme à la parade avec les deux Mercedes (Bottas, Hamilton) sur la 2e ligne, puis les deux Red Bull (Verstappen, Ricciardo) sur la troisième ligne. Dès la quatrième ligne, la bataille fut plus âpre avec les Haas, Renault et Force India qui se partagent les places d’honneur. Les deux McLaren sont décevantes en se positionnant derrière ce joli monde, mais on peut faire confiance à la combativité d’Alonso en course. Enfin, Toro Rosso, Williams et Sauber restèrent scotchés en Q1 et Q2 et vont constituer le fond de grille. Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

GP F1 Bahrein 2018 – 10 avril

GP F1 Sakhir Bahreïn (2018)
1. VETTEL (Ferrari)
2. BOTTAS (Mercedes)
3. HAMILTON (Mercedes)

Le premier Grand Prix de la saison à Melbourne a démontré que les cartes n’étaient pas totalement rebattues. Les ténors et les leaders sont bien là. Quelques déceptions néanmoins et quelques surprises. Citons ainsi les McLaren pas aussi fringuantes que prévues malgré leur moteur Renault, ou encore des Red Bull et Force India moins efficaces et fiables qu’en 2017. Au contraire et comme souvent en début de saison, les Haas et Toro Rosso font bonne figure à la condition de pouvoir terminer les courses et faire des belles qualifications ! Dans les qualifications, dès la Q1 se sont les deux Williams et les deux Sauber qui restent scotchées en fond de grille. Le dernier pilote “puni” est Romain Grosjean qui n’est pas parvenu à trouver les bons réglages et le bon feeling. Dans Q2 les deux McLaren marquent le pas, tout comme Perez (Force India), Hartley (Toro Rosso) et… Verstappen (Red Bull) qui en a trop fait et échoue dans les protections de rails. Reste Q1 et d’emblée on est surpris du niveau de compétitivité de Pierre Gasly sur sa Toro Rosso à moteur Honda qui navigue toujours dans le top 5. Devant c’est sans surprise avec les deux Ferrari sur la première ligne, Vettel en pole, suivi de Bottas tandis qu’Hamilton est relégué en 9e position pour remplacement de boîte de vitesses. Ricciardo (Red Bull suit, et est talonné par Pierre Gasly. Dans les réussites de la Q1, notons Magnussen (Haas), Hulkenberg (Renault), Ocon (Force India) et Sainz Jr. (Renault). Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)

Alfa-Romeo Montreal

Alfa-Romeo Montreal
1970 – 8 cyl. en V 16V
200 ch – 225 km/h
1 270 kg

Après l’exposition universelle de Montréal en 1967 et le très beau concept car tracé par Marcello Gandini pour le compte de Bertone, Alfa-Romeo tient le public en haleine avec la présentation en mars 1970 à Genève de la version définitive routière. Entre le proto de l’expo et la version finale les différences sont nombreuses. Certes, on retrouve tous les détails de style comme les phares avant à demi-escamotés derrière des persiennes élégantes à souhait. Une ces dernières fois relevées, le faciès de l’Alfa-Romeo Montreal change de physionomie avec ses quatre phares ronds. Le profil sur les larges montants de custodes reprend à son compte les découpes. Parebrise bien tendu, profil hatchback, l’Alfa-Romeo Montreal détonne quelque peu avec son empattement court et ses porte-à-faux excessifs. La raison est bien simple, c’est qu’entre l’étude de style de départ et la version finale, le constructeur italien, faute de moyen et empêtré dans des grèves à répétition a paré au plus pressé : adapter le dessin original sur un châssis existant d’Alfa Romeo Giulia Coupé Bertone. Le capot moteur accueille un bossage avec prise d’air dynamique pour alimenter Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)

GP F1 Melbourne Australie 2018 – 25 Mars

GP F1 Melbourne Australie (2018)
1. VETTEL (Ferrari)
2. HAMILTON (Mercedes)
3. VETTEL (Ferrari)

Certes, les essais d’intersaison à Barcelone donnent un premier indice sur la hiérarchie des monoplaces de l’année 2018. Mais rien ne vaut l’épreuve de la course dans la tension d’un championnat naissant… Les nouveautés à Melbourne ne sont pas minces avec le Halo qui fait son apparition avec son lot de polémiques, finalement bien relatives. Pour le reste, on note que dès la séance qualificative il va falloir compter avec un quatuor bien connu : Mercedes et Ferrari. Après les trois séances (Q1, Q2 & Q3), on en retrouve trois aux premières places avec la pole pour Hamilton et les deux Ferrari derrière. Toutefois il manque Bottas sur l’autre Mercedes qui se crache assez violamment en début de Q3 et il partira donc de la 10e place. Voilà qui ne va pas arranger les affaires de son coéquipier. Juste derrière on retrouve les deux Red Bull et, heureuse surprise, les deux Haas avec Grosjean en premier. Voilà qui est de bon augure pour la course de l’écurie américaine ?… Puis les deux Renault et les deux McLaren quelque peu décevantes en essais malgré leur nouveau moteur Renault. Woking a du néanmoins composer très tardivement avec le moteur français. Dans les bonnes surprises de fond de grille, Charles Leclerc et Ericsson sur les deux Sauber Alfa Romeo qui sont en milieu de bas de grille. En revanche Force India et Williams peinent à briller, sans parler de Toro Rosso et son moteur Honda… Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Alfa Romeo Giulia Sprint GT

Alfa Romeo Giulia Sprint GT
1963 – 4 cyl. en ligne 8V
122 ch (SAE) – 180 km/h
1 000 kg

Au salon de Francfort 63, Alfa Romeo a étonné les visiteurs avec son nouveau coupé Giulia Sprint GT. Il est basé sur la berline éponyme dont le style est pour le moins très cubique. Mais une fois que la plateforme (plus courte que la Giulietta) est passée dans les mains de la Carrozzeria Bertone, le coupé Giulia Sprint GT est une pure réussite. Pourtant il nous semble y voir un air de déjà vu ? Giorgetto Giugiaro, jeune stylise chez Bertone a déjà réalisé la carrosserie des coupés 2000 et 2600 et pour la nouvelle venue le pavillon des coupés susnommés a été repris intégralement pour le coupé Giulia. Relativement compacte avec 4,08 mètres de long et 1,58 mètres de large, le dessin de Giorgetto Giugiaro est un sans faute. Et de nombreux détails charmants deviennent une véritable signature stylistique pour le coupé milanais : clignotants dans le pli des ailes avant, poignées de portes encastrées, calandre Alfa Romeo intégrée Lire la suite

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)