GP F1 Mexico – Mexique 2019 – 27 Octobre

GP F1 Mexico - Mexique 2019

GP F1 Mexico – Mexique 2019
1. HAMILTON (Mercedes)
2. VETTEL (Ferrari)
3. BOTTAS (Mercedes)

Week-End particulier avec une météo changeante, notamment côté températures. Résultat, c’est le casse-tête mexicain (et non chinois !) pour définir la bonne stratégie pneumatiques. A l’entame des qualifications, il semble acquis que les écuries en difficultés sont encore et toujours Williams, mais également Haas et Alfa Romeo. Ces deux dernières écuries, depuis plusieurs Grand Prix, marquent le pas tant en qualifications qu’en course. D’ailleurs aucune ne parviendra à s’extraire de la Q1 pour Haas, et Q2 pour Alfa Romeo. Quoique surmotivé puisque pilotant à domicile, Sergio Perez, tout comme son co-équipier ne passeront pas respectivement la Q2 et la Q1. Les deux Renault, pénalisées lors du Grand Prix du Japon à postériori restent également abonnées à la Q2, au grand désespoir de Ricciardo qui ne cache pas sa frustration. Heureusement sa course sera tout autre… En Q3, les ténors montent les puissances, et contre toute attente, les Red Bull font des sacrés chronos, malgré la longue (longue) ligne droite. Qui a dit que le Honda n’avait pas de puissance ?! Finalement, la pole semblait acquise à Verstappen véritablement plus rapide que les autres. Mais Bottas se plante dans le dernier tour des qualifications entraînant un drapeau jaune. Verstappen le voit mais continue son effort et ne décolère pas. Malgré son meilleur temps, il va être déclassé et relégué sur la 2e ligne (recul de 3 places) à côté d’Hamilton qui est 4e. Voilà donc Charles Leclerc qui hérite de la pole malgré lui. C’est sa 7e pole position cette année, étant ainsi « LE » poleman de la saison 2019. Vettel 2e est à ses côtés. Bottas est relégué sur la 3e ligne aux côtés d’Albon. Les deux McLaren sont ensemble sur la 5e ligne, et les deux Toro Rosso sur la 6e ligne.

GP F1 Mexique 2019

Sacré Hamilton ! Malgré de nombreuses jérémiades à la radio envers la stratégie adoptée par son équipe, c’est cette dernière qui a eu le dernier mot et finalement permis à Lewis Hamilton de remporter cette course au déroulement dicté par les pneumatiques…

La Course
Le départ est chaud ! Vettel qui veut profiter de l’aspiration se décale pour rester dans le sillage de Leclerc parti en tête. Il pousse ainsi Hamilton qui manque de se faire sortir de la piste. Verstappen derrière remonte comme une flèche et le premier virage est abordé aux coudes à coudes avec Hamilton. Ils se touchent, retouchent plusieurs fois, jusqu’à ce que Verstappen sorte de la piste après 3 virages. Il revient dans le peloton, puis se bagarre avec Bottas quelques tours plus tard, jusqu’à une touchette de son pneu arrière avec l’aileron avant de la Mercedes. Crevaison, il rentre aux stands sur trois roues et perd énormément de temps ! Le pilote hollandais chausse ainsi très tôt dans la course son 2e train de pneus et prend des durs. C’est le début d’une fantastique remontada dont Verstappen a le secret. Il ne ménage pas sa monoplace, touche un peu les uns les autres mais remonte inlassablement tout le monde lui qui était dernier avec 23 secondes de retard sur l’avant-dernier. Il va échouer finalement derrière son co-équipier à la 6e place sans être repassé par les stands. Sacrée course de Verstappen ! Devant, c’est le questionnement avec Albon qui lance l’undercut très tôt. Ferrari calque cette stratégie et fait rentrer Leclerc. Vettel reste en course de son côté et semble avoir pris la bonne option. Hamilton est rentré également très tôt et chausse des pneus durs. N’est-il pas trop tôt ? C’est ce que le pilote anglais pense et s’en plaint à la radio. Son écurie le rassure, à raison, car finalement au gré des arrêts aux stands, il se retrouve en tête et ne la quittera plus. Derrière Vettel ne parviendra pas à remonter sur lui et conservera sa 2e place. Bottas qui finalement a fait une belle course solide et agressive termine 3e devant Leclerc qui est le déçu des quatre premiers. A noter que Ricciardo qui avait une stratégie décalée, s’en sort admirablement et termine 8e, coincé derrière Perez qui n’a pas ouvert la porte d’un pneu devant son public terminant 7e. Hamilton gagne mais ne repart pas encore champion du monde. Certainement dans une semaine à Austin au Texas ?…

GP F1 Mexique 2019

Chez Ferrari, alors que les qualifications leur avait donné pleinement satisfaction avec même une pointe de réussite (pénalité pour Verstappen auteur de la pole position relégué sur la 2e ligne), la course fut plus brouillonne… Vettel parvint à rester deuxième, mais Leclerc fut victime d’une stratégie à deux arrêts qui n’était pas la clé victorieuse de cette course…

TOP Belle stratégie de Mercedes GP ǀ Sacré Verstappen (pole, remontada) !! ǀ Vettel solide en course ǀ Bottas enfin vaillant et agressif en course ǀ Renault aux avant-postes ǀ Albon ǀ Perez en course ǀ Ricciardo de retour ǀ Performance « pure » des McLaren ǀ belle course de Gasly ǀ Leclerc limite la casse ǀ Du mieux chez Williams ǀ Ambiance du public mexicain FLOP Histoires de pneus agaçantes ! ǀ Stratégie Ferrari ǀ Haas et Alfa Romeo en course ! ǀ Jérémiades d’Hamilton ! ǀ Respect des drapeaux bleus par les pilotes retardataires ǀ WE compliqué avec le Typhon ǀ zig zag de certains pilotes en zones de freinage
GP F1 Mexique 2019

WE noir pour Alfa-Romeo qui à l’instar des Haas se retrouvent désormais à lutter avec les Williams. Un véritable camouflet pour les deux écuries qui fait comprendre que la fin de saison va être longue… Vivement 2021 !

CLASSEMENT DU GP F1 MEXICO MEXIQUE 2019
71 tours de 4,304 km = 305,354 km

Pos. Pilote no Écurie Tours Temps/Abandon Grille Points
1 Drapeau du Royaume-Uni Lewis Hamilton 44 Mercedes 71 1 h 36 min 48 s 904 (189,240 km/h) 4 25
2 Drapeau de l'Allemagne Sebastian Vettel 5 Ferrari 71 + 1 s 766 2 18
3 Drapeau de la Finlande Valtteri Bottas 77 Mercedes 71 + 3 s 533 6 15
4 Drapeau de Monaco Charles Leclerc 16 Ferrari 71 + 6 s 368 1 12 + 1
5 Drapeau de la Thaïlande Alexander Albon 23 Red Bull-Honda 71 + 21 s 399 5 10
6 Drapeau des Pays-Bas Max Verstappen 33 Red Bull-Honda 71 + 1 min 08 s 807 4 8
7 Drapeau du Mexique Sergio Pérez 11 Racing Point-Mercedes 71 + 1 min 13 s 819 11 6
8 Drapeau de l'Australie Daniel Riccardo 3 Renault 71 + 1 min 14 s 924 13 4
9 Drapeau de la France Pierre Gasly 10 Toro Rosso-Honda 70 + 1 tour 10 2
10 Drapeau de l'Allemagne Nico Hulkenberg 27 Renault 70 + 1 tour 12 1
11 Drapeau de la Russie Daniil Kvyat 26 Toro Rosso-Honda 70 + 1 tour 9
12 Drapeau du Canada Lance Stroll 18 Racing Point-Mercedes 70 + 1 tour 16
13 Drapeau de l'Espagne Carlos Sainz Jr. 55 McLaren-Renault 70 + 1 tour 7
14 Drapeau de l'Italie Antonio Giovinazzi 99 Alfa Romeo-Ferrari 70 + 1 tour 15
15 Drapeau du Danemark Kevin Magnussen 20 Haas-Ferrari 69 + 2 tours 17
16 Drapeau du Royaume-Uni George Russell 63 Williams-Mercedes 69 + 2 tours 19
17 Drapeau de la France Romain Grosjean 8 Haas-Ferrari 69 + 2 tours 18
18 Drapeau de la Pologne Robert Kubica 88 Williams-Mercedes 69 + 2 tours 20
Abd. Drapeau de la Finlande Kimi Räikkönen 7 Alfa Romeo-Ferrari 58 Surchauffe 14
Abd. Drapeau du Royaume-Uni Lando Norris 4 McLaren-Renault 48 Retrait volontaire 8

Meilleur Tour
Charles Leclerc – Ferrari – 1 min 19 s 232 (vitesse moyenne : 195,557 km/h)

En savoir plus :
Formule 1 – Photos Formule 1

2019 10 27 GP F1 Mexique
« 1 de 6 »
  • Mercedes-Benz 380 SEC W126 Pour septembre 1981, Mercedes-Benz frappe un grand coup ! La Classe S W126 avait déjà donné le ton en 1979 avec son allure élancée et aérodynamique. Une modernité teintée d’élégance à laquelle Stuttgart ne nous avait pas habitué. Paul Bracq n’est plus aux crayons, mais c’est désormais Bruno Sacco qui préside aux destinées du bureau ...
  • Autobianchi Y10 Turbo Après une genèse pour le moins compliquée et polémique au sein du groupe Fiat (l’étude da la remplaçante de l’Autobianchi A112 étant finalement reprise pour le compte de Fiat devenant la… Panda), et un imbroglio de portefeuille de marques entre Lancia et Autobianchi selon les marchés, la nouvelle Autobianchi Y10 est dévoilée au salon de ...
  • Aston-Martin V8 Volante Avec la reprise d’Aston-Martin en 1975 par Alan Curtis, George Minden et Peter Sprague, la firme de Newport Pagnell connaît un nouvel élan bienvenu. La production est remise en route après 15 mois d’arrêt de production, tandis que la qualité est revue à la hausse pour améliorer la fiabilité et la finition des modèles. Côté ...
  • Jaguar XJ-S V12 Coupé Ce 10 septembre 1975 fut un véritable coup de tonnerre à Coventry : la remplaçante de la mythique Type E est dévoilée. Le moins que l’on puisse dire est que l’accueil est mitigé. La Jaguar XJ-S arbore une ligne certes originale dont les premières esquisses sont l’œuvre de Malcom Sayer et terminée par Doug Thorpe ...
  • Aston-Martin DBS V8 Aston-Martin rattrape enfin son retard ! Depuis la commercialisation de la DBS en 1967 avec son 6 en ligne de 4 litres, les critiques furent vives et le petit monde des fans d’Aston en émoi. Quoique nouvelle, l’Aston-Martin DBS en raison d’un gabarit supérieur et d’un poids conséquent offrait alors des performances inférieures à celles ...
  • Ford Escort RS Turbo Mk2 En mars 1985, la Ford Escort s’est fâchée avec la version RS Turbo en série limitée à 5 000 exemplaires. Forte de 130 ch, voilà qui remettait les pendules à l’heure et propulsait la compacte sportive à l’ovale en haut de la hiérarchie. Si la copie n’est pas parfaite, le succès d’estime est bien là ...
  • Porsche 911 Targa – Guide Achat Porsche a présenté la 911 Targa au Salon international de l’automobile de Francfort en septembre 1965. La Targa n’est ni un cabriolet ni un coupé, ni un hard top ni une berline, mais quelque chose de complètement nouveau : le premier cabriolet de sécurité au monde avec un arceau de sécurité ou un arceau de ...
  • Lancia Y10 GT i.e. Depuis 1985, la Lancia Y10, aussi badgée Autobianchi sur certains marchés, étonne par sa silhouette ramassée et aérodynamique. Œuvre du Centro Style Fiat, les stylistes italiens ont du composer pour se baser sur la plateforme de la Fiat Panda. Si le résultat a surpris le public à sa présentation au salon de Genève, le charme ...
  • Mercedes-Benz 420 SEC W126 Depuis 1981, Mercedes-Benz a remis les pendules à l’heure dans le monde du coupé bourgeois et racé. Si la génération précédente (W107) ne manquait pas d’atout, son destin partagé avec le Mercedes-Benz SL lui imposait une plateforme raccourcie et un design certes original, mais moins élégant que les coupés S du passé. Les coupés SEC ...
  • Aston-Martin Lagonda V8 Série 2 Sous l’impulsion d’Alan Curtis, le directeur général d’Aston-Martin depuis le rachat de 1975, la marque Lagonda est ressortie des tiroirs. Cette noble étiquette automobile avait été rachetée par David Brown qui avait rapidement eu des difficultés à l’intégrer à Aston-Martin qui brillait alors au firmament des voitures de sport, ponctuée par une victoire aux 24 ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. FerrariPorscheLamborghiniAston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (LotusBMW,Mercedes-BenzAudi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTIR8 GordiniVW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
GP F1 Mexico - Mexique 2019 - 27 Octobre, 10.0 out of 10 based on 1 rating
Please follow and like us:
20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.