Maserati Ghibli Tipo 115M

Maserati Ghibli Tipo 115M Intérieur

Maserati Ghibli Tipo 115M
1966 – 8 cyl. en V 16V
330 ch – 248 km/h
1 500 kg

Au salon de Turin 1966, c’est l’effervescence sur le stand Maserati ! La firme au trident sous les destinées de la famille Orsi, poursuit le développement de sa gamme Tourisme avec sa nouvelle Ghibli. Un patronyme qui reprend le nom d’un vent chaud du désert égyptien qui en dit long sur les prétentions de la nouvelle Grand Tourisme de Modène. Ferrari et Lamborghini vont trouver à qui parler ? Et pour attiser ce vent nouveau chez les GT à très hautes performances c’est Giorgetto Giugiaro, ex-transfuge de Bertone et travaillant désormais pour Ghia, qui signe une empreinte visuelle admirable d’équilibre et d’élégance. Composant avec un gabarit conséquent (4,6 mètres de long et 1,8 mètre de large), le designer italien va jouer sur la largeur conséquente et la faible hauteur (1,16 mètre) pour étirer la silhouette sans dégrader l’harmonie du trait. Du grand art assurément ! La calandre s’intègre subtilement contribuant avec les phares escamotables à une finesse de pénétration dans l’air. Le pli de tôle qui ceinture la caisse permet à la lumière de jouer sur la peinture et donner encore plus de relief à la Maserati Ghibli. Les larges surfaces vitrées permettent une belle visibilité périphérique à l’intérieur et une belle lumière dans l’habitacle. Assurément, la Maserati Ghibli, outre son prestigieux blason et ses nombreuses qualités, peut compter sur son style comme premier atout de séduction. Et force est de constater que dans la rue, le verdict des passants est unanime…

A contre-pied total de l’extravagance de la Lamborghini Miura ou de la sportivité de la Ferrari 275 GTB4, la Maserati Ghibli tranche avec un classicisme technique drapé d’une ligne époustouflante de classe et d’élégance.

Pour mouvoir avec talent et force son coupé, Alfieri a reconduit le V8 maison. Avec son angle de 90°, le choix de cette architecture permet certainement le meilleur compromis performances, couple disponible à bas régime et absence de vibrations torsionnelles (au contraire des 6 en ligne). Et force est de constater que ce V8 issu des Mexico et Quattroporte avec son bloc et ses culasses en alu adopte tous les raffinements techniques du moment. Tous à l’exception de l’injection mécanique (montée sur les 6 en ligne) qui a été remisée au placard au profit de quatre carburateurs double corps. Citons pèle mêle donc que les soupapes forment un angle de 30° et que le vilebrequin est à cinq paliers. La forme des chambres de combustion est semi-hémisphérique (à pans coupés perpendiculaires à l’axe longitudinal de la culasse). La cylindrée a été portée de 4,2 litres à 4,7 litres pour assurer un maximum de disponibilité à bas régime. La distribution à double arbres à cames en tête est entraînée par chaîne. Un soin particulier a été porté sur la lubrification et le refroidissement puisque ce V8 adopte une lubrification à carter sec, alors que le réservoir d’huile est placé en avant entre le radiateur d’eau et le carter de distribution. Le circuit d’huile est en outre complété d’un radiateur placé dans la calandre et d’un échangeur eau-huile pour stabiliser les écarts de température entre les deux fluides. Le conducteur (heureux) de la Maserati Ghibli compte ainsi sur les 330 ch à 5 000 tr/mn et surtout un couple de 392 Nm à 4 000 tr/mn. Performant, ce V8 4,7 litres avec ses 69,93 ch/litre demeure néanmoins plus un V8 confortable et à l’américaine (comprenez qu’il n’est pas fan des hautes rotations et mise tout sur son couple à bas régime). Il tranche ainsi avec les V12 plus rageurs et vifs de ses rivaux compatriotes. La transmission aux roues arrière, passe par l’intermédiaire d’un pont Salisbury avec autobloquant et est orchestrée sous votre paume par une boîte manuelle ZF à 5 rapports. La structure de la Maserati Ghibli est composée de tubes en chrome-molybdène de section ovale qui sont soudés à des panneaux de tôle créant une plateforme. Seul le train avant est à roues indépendantes avec des triangles superposés adjoints de combinés ressorts hélicoïdaux et amortisseurs concentriques. Une barre antiroulis vient améliorer la tenue de la caisse en virage. L’essieu arrière est un pont rigide maintenu par une barre de poussée et suspendu par des ressorts à lames semi-elliptiques. Une grosse barre stabilisatrice est également montée. Ce choix très classique, pour ne pas dire conservateur alors que la concurrence est passé aux quatre roues indépendantes, est dicté par des raisons totalement objectives selon les préceptes de l’ingénieur Alfieri : sur une Grand Tourisme lourde (1,5 tonne), le pont arrière rigide est donc tout désigné et offre en outre un silence de fonctionnement côté transmission bien supérieur aux Ferrari et Lamborghini. Et comme Alfieri a l’obsession de garantir le meilleur compromis performances et confort, il ne faut pas chercher plus loin les raisons de ce conservatisme. La direction à circulation de billes Burman peut recevoir en option une assistance hydraulique ZF. Les quatre freins à disques de marque Girling sont pleins et équipés de doubles pinces. Un dispositif efficace mais qui montre quelques signes de lassitudes en usage très intensif. Le poids de la Maserati Ghibli a vite raison de leur endurance. Les jantes en alu de 15 pouces sont montées en pneus de 205 x 15. Au volant de la Ghibli, la conduite reste très civilisée car la direction s’allège tout en restant consistante dès que l’allure augmente, l’embrayage et la boîte sont souples et agréables à utiliser et le freinage assisté bien dosé. Cela allié à la disponibilité du V8 rend la conduite de la Maserati Ghibli particulièrement agréable et enthousiasmante au fil des kilomètres. Equilibrée, facile à conduire vite, son domaine de prédilection sont les Autostrada et Autopista. Une fois que la route se resserre, la Maserati Ghibli conserve une belle tenue, mais force est de constater que son poids et gabarit l’handicape. Et à cet instant, son architecture plus classique et son pont arrière rigide ne lui permettent pas de s’extirper de chaque enchainement avec la maestria et la vivacité d’une Miura. On ne peut pas tout avoir… L’habitacle est réservé à deux personnes, même si des coussins sont placés derrière. De là à imaginer voyager dessus… La présentation est particulièrement soignée, avec du cuir omniprésent à profusion, des sièges confortables et offrant une position de conduite idéale et confortable. Seul regret, quelques détails d’ergonomie incongrus comme la commande des essuie-glaces qui peut être confondue avec celle… des phares ! Gênant… La planche de bord affiche une instrumentation particulièrement complète tandis que l’équipement de série est très généreux, à commencer par la climatisation de série efficace. Tout concourt dans la Maserati Ghibli à garantir une expérience voluptueuse et ultra-qualitative.

Notre avis
emoticonChez Maserati, avec un Guido Alfieri aux commandes de la gamme, le Grand Tourisme n’est pas un vain mot. En témoigne la Maserati Ghibli qui possède de nombreux atouts, mais surtout un art du compromis exceptionnel. Certes, on peut déplorer une conception technique frileuse face aux innovations issues de la course chez ses rivales directes (Miura, DB6, 275 GTB4), mais tout a été optimisé et harmonisé en visant à chaque fois le compromis ultime entre sport, performance, confort et luxe. La Maserati Ghibli laisse l’exubérance, les caprices et la vélocité ultime aux autres. Avec elle, c’est au fil des kilomètres que l’on prend conscience de toute sa force d’attraction, d’autant qu’à l’arrêt sa ligne élégante et sublime vous avait déjà convaincu. Finalement la Ghibli vous séduit par sa ligne et vous fidélise par ses qualités globales au quotidien…

Autres versions :

Les Rivales :

  • Chevrolet Corvette C2 Sting Ray L84 Chevrolet Corvette C2 StingRay L84 (1963)Depuis 1953, General Motors sous sa bannière Chevrolet crève l’écran avec sa Corvette qui peut se targuer d’être la première véritable voiture de sport américaine. Véritable réussite esthétique, la Corvette et sa carrosserie en « plastique » rivalise avec les meilleures réalisations européennes, tout en conservant néanmoins des tics techniques très yankee (comprenez gros moteurs goulu et gorgés de couple et des techniques simples mais éprouvées). Sous l’impulsion de deux rivaux chez GM, Bill Mitchell pour le design et Zora ...
  • Lamborghini 350 GT En Italie, la réussite industrielle de Ferrucchio Lamborghini dans le monde des tracteurs depuis la fin de la deuxième guerre mondiale lui a donné une aisance financière certaine et un appétit de conquête. Fan de Grand Tourisme sportives, et étant lui même client de Maranello, il décide de venir concurrencer Ferrari sur la route. Insensé ?!… Pas tant que ça, car outre des moyens financiers, notre homme sait attirer les bonnes personnes pour mener son projet à son terme. Après ...
  • Maserati Ghibli Tipo 115M Maserati Ghibli Mk1 Tipo 115M 1966-73Au salon de Turin 1966, c’est l’effervescence sur le stand Maserati ! La firme au trident sous les destinées de la famille Orsi, poursuit le développement de sa gamme Tourisme avec sa nouvelle Ghibli. Un patronyme qui reprend le nom d’un vent chaud du désert égyptien qui en dit long sur les prétentions de la nouvelle Grand Tourisme de Modène. Ferrari et Lamborghini vont trouver à qui parler ? Et pour attiser ce vent nouveau chez les GT à très ...

Avant d’acheter
Produite à 1 274 exemplaires dont 125 Spider, la Maserati Ghibli a connu deux V8 différents (4,7 et 4,9 litres) de 330 à 335 ch (version SS). Ce lourd et imposant coupé reste aussi élégant que raffiné dans le paysage des GT de sport et de luxe des années 60, tranchant ainsi par son conservatisme face aux Ferrari, Lamborghini et Aston Martin contemporaines souvent plus extravagantes. Si le V8 est réputé fiable et robuste (merci la distribution par chaînes) l’entretien doit être régulier et l’œuvre de spécialistes réputés et connaisseurs du modèle. Les coûts d’entretien restent élevés. Dans les faiblesses d’usage à vérifier on note en priorité l’état de la carrosserie, la corrosion faisant des ravages sur ces belles GT italiennes, tandis que l’état du pont arrière (écouter les sifflements) doit être parfait. L’électricité peut jouer des siennes, comme souvent sur ce type d’auto. D’une manière générale, on achète pus un entretien suivi et régulier avec un historique limpide plus qu’une automobile, tant les mauvaises surprises et frais de remise en état seront ruineux. Attention également, les pièces de rechange ne sont pas faciles à trouver. Enfin, les trains roulants peuvent souffrir du poids (silent-blocs) et il faut également surveiller leur état avant achat. Sous des allures de bonne GT bien élevée et élégante, la Maserati Ghibli n’en demeure pas moins un GT de luxe à l’instar des Ferrari, Lamborghini et Aston-Martin et réclame les mêmes attentions et égards monétaires pour vivre avec dans son garage… Bon à savoir avant de s’emballer.

Mots clés : Maserati | Ghibli | 4700 | V8 | Tipo 115M | GT | Modène | Trident | Coupé | GT Sport | Grand Tourisme | MASERATI | GHIBLI TIPO 115M | GRAND TOURISME | COUPE

CATALOGUES – BROCHURES – PROSPECTUS


TOP Ligne exceptionnelle et harmonieuse ǀ Confort ǀ Performances ǀ V8 !! ǀ Disponibilité mécanique ǀ Agrément de conduite ǀ Présentation intérieur ǀ Position de conduite (siège et direction réglable) ǀ Visibilité 360° ǀ Tenue de route efficace ǀ Direction ǀ Equipement de série ǀ douceur des commandes ǀ Chauffage et climatisation efficaces ǀ Instrumentation complète FLOP Tarif ǀ Conservatisme technique ? ǀ Accès au coffre ǀ Carrosserie vulnérable dans un usage urbain ǀ Endurance freinage ǀ Poids ǀ Gabarit à appréhender ǀ Commandes des essuie-glaces mal placés ǀ Essuie-glaces faiblards

Fiche Technique

Marque :
Gamme :
Année :
PA – Prix neuf :
Moteur :
Puissance :
Couple :
Suralimentation:
Transmission :

Poids (RPP) :
Freins :
Roues :
Performances :

Maserati
Ghibli Tipo 115M
1966
ND CV – 100 000 FF
8 cylindres en V à 90° 16 soupapes (2×2 ACT) –4 719 cm3
330 ch à 5 000 tr/mn (69,93 ch/litre)
392 Nm à 4 000 tr/mn (83,07 Nm/litre)
non
propulsion + BV5 manuelle ZF (BV3 Automatique Borg Warner en option) + autobloquant AR Salisbury
1 500 kilos (4,55 kg/ch)
2 disques pleins AV et 2 disques pleins AR
jantes alu 15″ + pneus en 205×15 AV et 205×15 AR
0 à 100 km/h en ND; 257 km/h, km DA en 27‘‘2

Textes : Morgan Goupil (Alis Webzine) – Photos : D.R

Maserati Ghibli Tipo 115M
  • Maserati Biturbo Coupé – Guide Achat Après une période des plus sombres pour Maserati (cession de Citroën, dépôt de bilan), c’est l’avisé Alejandro de Tomaso qui rachète en 1975 Maserati pour une somme finalement modique tout en se faisant aider par l’état Italien. Faisant du neuf avec l’existant, il lance la conception de la Maserati Biturbo. Présentée en septembre 1981, elle ...
  • Maserati 222.4v Biturbo Fort du succès (d’estime !) de la Maserati Racing, Maserati avait dans sa manche développé de concert son pendant à moteur V6 2,8 litres biturbo 24 soupapes. Finalement, le rafraîchissement de la gamme Maserati Biturbo suit la même architecture à deux têtes qu’auparavant avec un V6 deux litres pour le marché italien afin de satisfaire ...
  • Maserati Ghibli II 2L0 Après la tonitruante mais élitiste Shamal, Maserati poursuit le développement de sa gamme Biturbo en dévoilant au salon de Turin 1992 sa nouvelle Maserati Ghibli II. Reprenant l’illustre patronyme de la GT des années 60-70, c’est néanmoins sur la base des carrosseries des Biturbo qu’est basée la nouvelle Ghibli. C’est comme de coutume dans la ...
  • Maserati Shamal Maserati sous l’égide d’Alejandro de Tomaso connait des hauts et des bas depuis sa reprise. Toute la stratégie initiale a été misée sur la Maserati Biturbo dont la vocation initiale était de concurrencer notamment BMW. Mais le sémillant argentin a de la suite dans les idées et affiche des ambitions d’expansion. Ainsi, coup sur coup, ...
  • Maserati Ghibli Tipo 115M Au salon de Turin 1966, c’est l’effervescence sur le stand Maserati ! La firme au trident sous les destinées de la famille Orsi, poursuit le développement de sa gamme Tourisme avec sa nouvelle Ghibli. Un patronyme qui reprend le nom d’un vent chaud du désert égyptien qui en dit long sur les prétentions de la ...
  • Maserati 2.24v Facelift Biturbo La très exclusive Maserati Racing a ouvert la voie en s’inspirant des codes stylistiques de la Maserati Shamal. Marcello Gandini est toujours à la table à dessin avec un budget des plus serrés. Pas étonnant donc de constater une réelle similitude d’une Maserati « Biturbo » à l’autre qui passe entre ses griffes. Si la ...
  • Maserati 222 SE Biturbo Depuis 1988, la gamme Biturbo est dénommée 222 comme pour chasser la mauvaise réputation qui colle au patronyme Biturbo. C’est Marcello Gandini qui avait alors eu le privilège de retoucher (très ! trop ?) subtilement le trait de Pierangelo Andreani qui commence à accuser le poids des années. Avec la sortie de la Maserati 2.24v ...
  • Maserati Biturbo Si Maserati a pris le temps ! Après avoir essuyé une pluie de critiques la Biturbo II depuis 1985 est améliorée sur de nombreux points de fiabilité et de tenue de route. Il était temps, mais elle conserve alors encore son antique alimentation par carburateurs. Il aura fallu attendre encore une année supplémentaire pour que Alejandro ...
  • Maserati 420 Si Biturbo En 1983, de Tomaso et son designer attitré Andreani eurent l’idée de rallonger la Biturbo pour la transformer en berline avec la 425. Basée sur un empattement allongé à 2,6 mètres. Ajoutez-y deux portes arrière, une malle allongée portant la longueur hors tout à 4,4 mètres, et vous obtenez ainsi une berline racée, inspirée par ...
  • Maserati 2.24v Biturbo Maintenant que les errements de jeunesse de la saga Biturbo semble de l’histoire ancienne, Maserati sous l’égide d’Alejandro de Tomaso est prêt à aller de l’avant côté sport et performances. Et c’est la 222 avec sa petite cylindrée favorable à la fiscalité italienne dissuasive au-delà de 2 litres qui va évoluer en adoptant 24 soupapes. ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. Ferrari, Porsche, Lamborghini, Aston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (Lotus, BMW,Mercedes-Benz, Audi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTI, R8 Gordini, VW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 2 votes)
Maserati Ghibli Tipo 115M, 10.0 out of 10 based on 1 rating
Please follow and like us:
20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.