Lamborghini 350 GT

Lamborghini 350 GT
1964 – V12 24V
270 ch – 250 km/h
1 400 kg

En Italie, la réussite industrielle de Ferrucchio Lamborghini dans le monde des tracteurs depuis la fin de la deuxième guerre mondiale lui a donné une aisance financière certaine et un appétit de conquête. Fan de Grand Tourisme sportives, et étant lui même client de Maranello, il décide de venir concurrencer Ferrari sur la route. Insensé ?!… Pas tant que ça, car outre des moyens financiers, notre homme sait attirer les bonnes personnes pour mener son projet à son terme. Après un premier prototype Lamborghini 350 GTV présenté à Genève en mars 1963 avec une carrosserie très profilée signée Scaglione, Lamborghini dévoile un an plus tard la toute première Lamborghini de route en (petite) série : la Lamborghini 350 GT. Depuis le premier prototype, c’est la Carrozzeria Touring qui a finalisé le dessin, en supprimant notamment les phares escamotables. En lieu et place, la proue adopte des optiques oblongues (empruntées à la Citroën… Ami 6 !). Elancée et fine, la Lamborghini 350 GT dispose d’un pare-brise très incliné pour favoriser l’aérodynamisme et est agrémentée de larges surfaces vitrées avec de fins montants. Parfait pour la lumière dans l’habitacle et la visibilité périphérique. De fins demi-pare-chocs chromés protègent les extrémités de cette belle carrosserie, tandis que dans les détails de style on relève un fin pli de tôle qui par de l’aile avant pour mourir dans la porte. Dans les bizarreries de style, vous aurez remarqué que le passage d’aile avant est arrondi et celui arrière carré. La poupe est la partie la moins convaincante qui semble moins en harmonie avec le reste de l’auto. Avec 4,5 mètres de long et près de 1,8 mètres de large, la Lamborghini 350 GT est belle et bien une Grand Tourisme dans son concept et son format. Posée sur ses roues à rayons moyeux Rudge et très basse (1,3 mètres de hauteur), la Lamborghini est élancée et attire le regard des passants…

Lamborghini apporte son interprétation du Grand Tourisme. Et tant pis pour son prestigieux voisin de Maranello si la Lamborghini 350 GT est pétrie de qualités : V12 raffiné, performante et une sacrée tenue de route.

Lamborghini a choisi un V12 à 60° en position longitudinale avant pour sa première Grand Tourisme. C’est une cylindrée de 3 464 cm3 qui a été retenue avec un concept super-carré (77 mm alésage x 62 mm course). Conçu par des ingénieurs renommés (créé par Giotto Bizzarini puis développé par Gianpaolo Dallara) ce moteur profite d’une technique raffinée et dérivée des mécaniques de course : culasse à double arbre à cames en tête par rangée de cylindres, bloc et culasse en aluminium, chambres de combustion hémisphériques, pistons bombés à trois segments… La distribution est commandée par chaîne triple à l’instar de ce que pratique Alfa Romeo. Les chemises sont en fonte rapportées emmanchées à chaud dans le bloc. Le vilebrequin tourne sur sept paliers. L’alimentation est assurée par six carburateurs Webber double corps 40 DCOE. Enfin le rapport volumétrique est de 9:1. La puissance maximale affichée est de 270 ch à 6 500 tr/mn et le couple de 309 Nm à 4 700 tr/mn. Des caractéristiques très flatteuses et dans le ton de ses rivales déclarées : 280 ch pour la Ferrari 275 GTB, 280 ch pour la Maserati Mistral, 282 ch pour l’Aston Martin DB5 ou encore 265 ch pour la Jaguar Type E 4,2 litres. La boîte de vitesses à cinq rapports manuels (tous synchronisés) est signée ZF et complétée dans le pont arrière d’un autobloquant Salisbury. Alors évidemment, toute nouvelle Grand Tourisme est attendue au tournant côté performances. La Lamborghini 350 GT n’a pas à rougir avec une vitesse maximale de 250 km/h (variable en fonction des rapports de ponts retenus) et un kilomètre départ arrêté en 27 secondes. Avec ses deux (petits) réservoirs de carburants, l’autonomie est trop courte pour ce type de véhicule. Le châssis tubulaire conçu par Neri et Bonacini est renforcé par des tôles d’acier. La carrosserie est en panneaux d’aluminium façonnés par Touring. Les suspensions sont à roues indépendantes avec des triangles superposés de longueurs inégales à l’avant. L’essieu arrière est également sur le même principe mais le triangle inférieur est attaché au châssis et des jambes de force articulées en avant de ce triangle. Seul le train avant reçoit une barre antiroulis tandis que des combinés ressorts et amortisseurs télescopiques Armstrong inversés. Les freins à quatre disques Girling sont complétés de deux circuit d’assistance indépendants. La direction est du type à vis sans fin 2F. Les roues à rayons moyeux Rudge sont d’un diamètre de 15 pouces et montées en pneumatiques de 205/70 VR15. Volant en main, la Lamborghini se distingue par une conduite très éduquée mariant sport et confort avec un rare compromis. Une Ferrari est plus brutale et sportive. La Lamborghini 350 GT reste confortable, douce dans ces principales commandes (à l’exception de l’effort à la pédale d’embrayage), et très bien équilibrée avec une tenue de cap en ligne droite imperturbable. Et dès que la route commence à tourner, tout au plus le poids de l’ensemble (1,4 tonnes) entraîne un sousvirage naturel en entrée de courbe que vous combattrez ensuite à l’accélérateur au point de corde. Mais son véritable jardin, ce sont les grandes courbes rapides où elle fait un véritable récital de ses qualités routières. L’habitacle réservé à deux personnes est vaste et lumineux. La finition est très luxueuse avec du cuir à profusion et une instrumentation fournie. L’équipement de série est très correct, même si on note que pour une première, la Lamborghini 350 GT comporte quelques lacunes comme l’absence de montre, de dispositif jour/nuit sur le rétroviseur intérieur ou encore une boîte à gant des plus réduites. Un coffre de contenance suffisante est prévu pour vos bagages, tandis que les longs parcours sont rendus agréables par le peu de bruits aérodynamiques ou de roulements présents dans l’habitacle.

Notre avis
cropped-emoticon.jpgPour une première, c’est une réussite ! A Maranello on serait bien avisé de s’inspirer de certaines qualités de la Lamborghini 350 GT, à commencer par une finition de haut niveau ainsi qu’un confort préservé à prestations de performances quasi-égales. Reste qu’il faut accepter de parier sur l’avenir pour investir une somme équivalente à une Ferrari 275 GTB pour une image qui est à bâtir. Mais nul doute que le pari est payant, car la Lamborghini 350 GT est admirablement conçue par des personnes qui savent ce qu’il faut comme ingrédients et choix techniques pour aboutir à une Grand Tourisme de référence. C’est cela la Lamborghini 350 GT !…

Autres versions :

Les Rivales :

  • Aston-Martin DB6 Vantage Voilà une belle surprise lors de ce London Motor Show de 1965 avec la présentation de la nouvelle Aston-Martin DB6. Dur de succéder à la mythique DB5 ? Finalement, après avoir écarté des propositions du carrossier Touring, David Brown a souhaité que l’équipe interne se charge de faire évoluer le dessin qui fait le succès ...
  • Ferrari 365 GTB-4 Daytona Alors que la Ferrari 275 GTB-4 fait ses tours de roues depuis moins d’un an, Ferrari réagit face à l’agression caractérisée de Lamborghini avec sa sculpturale et innovante Miura (GT à moteur central arrière transversal). Au salon de Paris 1968 c’est le choc pour le public qui découvre la nouvelle Ferrari 365 GTB-4. Se présentant ...
  • Lamborghini 350 GT En Italie, la réussite industrielle de Ferrucchio Lamborghini dans le monde des tracteurs depuis la fin de la deuxième guerre mondiale lui a donné une aisance financière certaine et un appétit de conquête. Fan de Grand Tourisme sportives, et étant lui même client de Maranello, il décide de venir concurrencer Ferrari sur la route. Insensé ...
  • Lamborghini Islero 400 GT La Carrozzeria Touring en faillite, Lamborghini s’est tourné vers Marazzi pour assembler ses Lamborghini 400 GT 2+2. Pour 1968, c’est au salon de Genève que Lamborghini dévoile l’Islero. Evolution du modèle 400 GT, c’est la Carrozzeria Marazzi qui a conservé la confiance de Ferruccio Lamborghini. Sauf que Marazzi est avant tout un carrossier plus industriel ...
  • Lamborghini Miura S Depuis deux ans déjà, la Lamborghini Miura électrise le petit monde de la voiture de sport. Si la carrosserie œuvre de Marcello Gandini, « premier crayon » de la Carrozzeria Bertone, captive le regard par sa ligne basse et très large, ses feux avant tels des yeux humain lorsqu’ils se lèvent et sa silhouette qui ...

Avant d’acheter
Produite à seulement 120 exemplaires de 1964 à 1967, les Lamborghini 350 GT se font rares sur le marché de la voiture d’exception. Ne vous concentrez pas exclusivement sur les petites annonces, car il vous faudra aussi vous tourner vers les ventes aux enchères et les marchés étrangers. Bien que n’étant pas une des Lamborghini les plus charismatique de l’histoire de la firme de Sant’Agata, sa rareté, ses qualités et un design qui trouve plus sa place avec le temps lui confère une cote soutenue même si elle n’atteint pas les sommets des égéries de la marque au taureau (Miura, Countach). Une fois l’objet rare trouvé, il faut s’armer d’un budget conséquent et s’entourer de spécialistes aguerris pour l’entretien. Tout le monde ne sait pas entretrenir, réparer et régler le V12 de 3,4 litres avec sa batterie de carburateurs double corps. De même les pièces détachées sont rares et nécessitent des filières ad hoc. Vous l’aurez compris la Lamborghini 350 GT reste une GT d’exception au budget de fonctionnement usuel (consommation d’essence supérieure à 20 litre/100 km, pneus dans des dimensions peu communes, freinage, embrayage…) très élevé et consommateur en raison de son poids qui frise les 1,5 tonnes. Entretien et vie à bord restent donc réservés à une élite… tout comme en son temps lorsqu’elle était vendue neuve en 1965. Ne craquez pas tout de suite et comptez bien avant vos sous dans votre compte en banque…
Entretien : ND

Mots clés : Lamborghini | 350 | GT | V12 | Grand Tourisme | Sant’Agata | Ferrucchio | Coupé | Coupé Sport | Italie | LAMBORGHINI | 350 GT | COUPE SPORT | GRAND TOURISME

TOP Sacré irruption dans le monde des GT ! ǀ V12 réussi ǀ Tenue de route ǀ Esthétique originale ǀ Performances ! ǀ Freinage ǀ Boîte de vitesses ǀ Position de conduite ǀ Confort ǀ Direction ǀ Facilité de conduite ǀ Finition & équipement de série ǀ Habitabilité ǀ Visibilité périphérique FLOP Prix ǀ Notoriété naissante ǀ Autonomie/consommation ǀ Manque de couple à bas régime ǀ Poids ǀ Style complexe ? ǀ Absence d’accoudoir ǀ pas de rétro vision jour/nuit ǀ Boite à gant de petite contenance ǀ Embrayage ferme

Fiche Technique

Marque :
Gamme :
Année :
PA – Prix neuf :
Moteur :
Puissance :
Couple :
Suralimentation:
Transmission :
Poids (RPP) :
Freins :
Roues :
Performances :
Lamborghini
350 GT
1964
ND CV – 75 000 FF
12 cylindres en V 24 soupapes (2×2 ACT) – 3 464 cm3
270 ch à 6 500 tr/mn (77,94 ch/litre)
309 Nm à 4 700 tr/mn (89,20 Nm/litre)
non
propulsion + BV5 manuelle + Différentiel Autobloquant Salisbury
1 400 kilos (5,19 kg/ch)
2 disques pleins AV et 2 disques pleins AR
jantes alu 15″ + pneus en 205/70 VR15 AV et 205/70 VR15 AR
0 à 100 km/h en 6’9; 250 km/h (selon rapports de pont), km DA en 27’’0

Textes : Morgan Goupil (Alis Webzine) – Photos : D.R

Lamborghini 350 GT
  • Lamborghini Huracan Performante Chez Lamborghini on ne craint personne avec sa Huracan Performante et encore moins les ténors des trackdays dans le monde en ébullition des Grand Tourisme radicales. Ferrari, Porsche, McLaren, Mercedes-Benz et Audi se disputent le Saint Graal avec juge de paix le chronomètre sur un tour du Nürburgring. Et sur ce dernier point, la Lamborghini ...
  • La Lamborghini Marzal au GP de Monaco Historique Le PoloStorico Lamborghini a recréé l’histoire et emmené la Lamborghini Marzal à Monte- Carlo lors du Grand Prix de Monaco Historique. Après plus de 50 ans, le modèle unique créé en 1967 a inauguré à nouveau les qualifications et les courses de voitures de Grand Prix de Formule 1 de 1966 à 1972 de ce ...
  • Lamborghini 350 GT En Italie, la réussite industrielle de Ferrucchio Lamborghini dans le monde des tracteurs depuis la fin de la deuxième guerre mondiale lui a donné une aisance financière certaine et un appétit de conquête. Fan de Grand Tourisme sportives, et étant lui même client de Maranello, il décide de venir concurrencer Ferrari sur la route. Insensé ...
  • Lamborghini Countach LP 5000 Quattrovalvole La Lamborghini Countach a réussi le pari de prendre la suite à la Lamborghini Miura tout en se détachant avec sa propre personnalité. La Countach s’est crêpé le chignon avec la Ferrari BB au fil des évolutions respectives. La Ferrari Testarossa en 1984 a remis les pendules à l’heure avec un style très marqué et ...
  • Lamborghini Miura S Depuis deux ans déjà, la Lamborghini Miura électrise le petit monde de la voiture de sport. Si la carrosserie œuvre de Marcello Gandini, « premier crayon » de la Carrozzeria Bertone, captive le regard par sa ligne basse et très large, ses feux avant tels des yeux humain lorsqu’ils se lèvent et sa silhouette qui ...
  • Nouvelle Lamborghini Aventador S Roadster L’Aventador S Roadster a été présentée par Automobili Lamborghini au Salon IAA de Francfort, combinant la technologie et les qualités dynamiques de l’Aventador S avec les sensations de la conduite au grand air. « La nouvelle Aventador S Roadster pose de nouveaux jalons en termes de technologie et de performances, que ce soit sur la route ou ...
  • Break de chasse ou un certain art de rouler chic et différent Nos amis anglais ont souvent du goût et savent mettre un côté très chic dans un usage au départ très « utilitaire ». En effet, le genre « Shooting Brake« , comprenez « Break de Chasse » en français, est né de besoins plutôt agraires et équestre : casser (« Brake« ) l’impétuosité des étalons ou freiner (« Break« ) l’énergie inépuisable des percherons à ...
  • Lamborghini Jalpa La Lamborghini Jalpa est une miraculée et peut se targuer d’une généalogie complexe, bien dans la veine des tourments du constructeur de Sant’Agata. Née Urraco en concept 2+2 (1970), puis Silhouette en Targa 2 places (1976) pour conquérir les USA. Mais rien ne va plus chez Lamborghini en 1978, au bord de la faillite, et ...
  • Lamborghini Islero 400 GT La Carrozzeria Touring en faillite, Lamborghini s’est tourné vers Marazzi pour assembler ses Lamborghini 400 GT 2+2. Pour 1968, c’est au salon de Genève que Lamborghini dévoile l’Islero. Evolution du modèle 400 GT, c’est la Carrozzeria Marazzi qui a conservé la confiance de Ferruccio Lamborghini. Sauf que Marazzi est avant tout un carrossier plus industriel ...
  • Lamborghini Jarama 400 GT La Carrosserie Touring avait fermé ses portes prenant Lamborghini au dépourvu. Bertone avait ainsi dessiné l’Islero qui avait pour vocation de perpétuer le châssis 400 GT et se voyait ainsi comme un modèle de transition. Le temps est venu pour 1970 de la remplacer et c’est toujours Bertone qui s’y colle, confirmant ainsi sa vocation ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. FerrariPorscheLamborghiniAston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (LotusBMW,Mercedes-BenzAudi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTIR8 GordiniVW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)
Lamborghini 350 GT, 10.0 out of 10 based on 2 ratings
Please follow and like us:
20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.