Ferrari 365 GTB-4 Daytona

Ferrari 365 GTB-4 Daytona
1968 – 12 cyl. en V 24V
352 ch – 280 km/h
1 280kg

Alors que la Ferrari 275 GTB-4 fait ses tours de roues depuis moins d’un an, Ferrari réagit face à l’agression caractérisée de Lamborghini avec sa sculpturale et innovante Miura (GT à moteur central arrière transversal). Au salon de Paris 1968 c’est le choc pour le public qui découvre la nouvelle Ferrari 365 GTB-4. Se présentant sous une architecture des plus classiques (moteur longitudinal avant), c’est Pininfarina qui a réalisé le patron de la nouvelle Grand Tourisme de Maranello dont la fabrication est ensuite confiée à Scaglietti. Aux outrages et excès de fille de Ferrucchio Lamborghini, le designer italien joué un registre dans lequel il est passé maître : le classique élégant et racé. Et il faut avouer que la Ferrari 365 GTB-4 assure avec des proportions idéales, un profil souligner tant par une surface vitrée conséquente que par un pli de carrosserie qui ceinture l’auto pour la rendre plus gracile. Et comme l’élégance est le propre de Pininfarina, ce sont les détails qui vont souligner cette ligne classique. On note ainsi une poupe fastback avec lunette arrière et les quatre petits feux ronds Ferrari dans lla poupe de type Kamm. Les sorties d’échappement rappellent à ceux qui vous suivent le gros V12 qui est sous le capot. Dans les autres tics stylistiques à souligner, citons le dessin des jantes alu 15 pouces en étoile reprises aux monoplaces de la Scuderia (!), les loquets de portes discrets et à la base des vitres et le bandeau en perspex qui abrite les double optiques rondes et vient mourir sur les flancs. Enfin les plus observateurs auront noté ce détail très subtil des arêtes vives sur le sommet des ailes avant. La Ferrari 365 GTB-4, aussi classique qu’elle soit par rapport à la Lamborghini Miura marque pourtant une véritable rupture stylistique dans la généalogie des GT de Maranello puisque les rondeurs s’effacent et que même la calandre traditionnelle est désormais intégrée discrètement entre les deux demi-pare-chocs chromés avant. Révolution de palais ?…

La Ferrari 365 GTB-4, baptisée « Daytona » par ses fans suite à la victoire de Ferrari dans l’épreuve éponyme, affirme son interprétation du Grand Tourisme fait de classicisme et d’élégance racée face à l’excentricité de la Lamborghini Miura…

Sous le long capot de la Ferrari 365 GTB-4 Daytona, les techniciens de Maranello avaient initialement envisagé un V12 de 4 litres original sur différents détails (double allumage, culasses plates type Heron). Mais finalement, c’est le V12 à 60° tout alu de la 275 GTB-4 qui va servir de base de départ. Ce moteur d’anthologie signé Gioachimo Colombo dont les racines historiques remontent aux premières Ferrari de 1947, est de type super carré, c’est à dire que l’alésage est plus grand que la course (81 mm alésage x 71 mm course). Ce parti-pris technique favorise ainsi les hautes rotations moteur, donc développer une puissance supérieure à cylindrée égale. Cette caractéristique avec une distribution adaptée permet d’obtenir de hauts rendements, notamment pour les moteurs de compétition. Par rapport à son prédécesseur, ce V12 va toutefois être sérieusement remanié puisque toutes les pièces sont nouvelles. Dénommé type 251 en interne à Maranello, le bloc a été allongé pour permettre l’accroissement de la cylindrée à 4 390 cm3 (contre 3 285,7 cm3 sur la 275 GTB). Ces nouvelles cotes singent celles des Ferrari 365 GT, GTC et GTS mais les pièces communes sont rares. Ce type 251 est de facture très classique avec culasses hémisphériques et simple allumage. Le taux de compression est élevé avec 9,3:1. Le haut moteur est à deux doubles arbres à cames en tête entraînés par chaîne de distribution. Et comme sur la Ferrari 275 GTB-4, la lubrification à carter sec est reconduite. L’alimentation est assurée par 6 carburateurs double corps Weber 40 DCN. La puissance est ainsi de 352 ch à 7 500 tr/mn et le couple de 431 Nm à 5 400 tr/mn. La boîte de vitesses maison à est à 5 rapports à l’étagement parfaitement étalonné avec le moteur V12. La boîte est positionnée sur le pont arrière et est accolée au différentiel autobloquant. La boîte et le V12 sont reliés par un tube rigide fixé par quatre points permettant une rigidité maximale de l’ensemble, même dans les phases de fort appui. Quoique lourde puisqu’annoncée par Maranello à 1 380 kg (mais souvent mesurée à 1,5 tonnes), la Ferrari 365 GTB-4 Daytona fait un étalage de sa puissance pour des performances de très haut niveau avec une vitesse maximale de 280 km/h. La borne kilométrique était effacée en 24 secondes. Des valeurs dignes de son excentrique rivale de Sant’Agata. Le châssis es constitué de tubes soudés de section ovales sur lesquels sont fixés les panneaux de carrosserie. Une technique très classique à Maranello. Les suspensions à quatre roues indépendantes se présentent sous la forme de triangles de suspension indépendants et de longueur inégale, ressorts hélicoïdaux sur amortisseurs Koni télescopiques et barre anti-roulis. La direction signée ZF est à vis et galets. Sous la pédale de frein, le conducteur de la Ferrari 365 GTB-4 Daytona peut compter sur quatre disques ventilés, un double circuit et une assistance de freinage. Les jantes en alu à 5 branches de 15 pouces, fixées par un moyeu central à papillon sont montées de série à l’usine en pneu Michelin (c’est nouveau chez Ferrari et coïncide avec l’arrivée du manufacturier de Clermont Ferrand en F1 chez la Scuderia) de 215/70 VR 15. Lourde de direction, mais précise, la Ferrari 365 GTB-4 Daytona ne joue pas dans la catégorie des GT gracile. Ne cherchez pas en elle une agilité dans les enchaînements serrés, bien au contraire. Son truc à elle c’est de traverser l’Europe sur les Autostrada, Autobahn, Autopista et Autoroute, et avaler les grandes courbes avec l’art et la manière à des vitesses supersoniques. Dans cet exercice, la Ferrari est impériale, offrant un véritable récital de son équilibre et sa facilité de conduite. Preuve que la répartition des masses a été bien pensée… Et l’amortissement allié avec les pneus de 70 sont également de précieux alliés pour conserver un minimum de confort. L’habitacle est très classique dans sa présentation mais bien fini et présenté. L’instrumentation regroupée derrière le volant sous les yeux du conducteur est complète, tandis que la position de conduite peut surprendre au départ avec ses sièges baquets légèrement basculés, mais se révèle impeccable. D’autant plus que la sellerie en lanières de cuir concoure tant à l’esthétique qu’à l’efficacité du dossier. L’ergonomie est soignée et vous pouvez du bout des doigts aborder bon nombre de commandes. Les tics maisons sont reconduits comme le volant 3 branches alu et jante en bois, tout comme la grille de vitesses alu qui couine à chaque changement de rapport. Un véritable mythe… Un petit espace est dédié derrière les sièges pour mettre quelques objets, tandis que Ferrari a prévu un coffre à bagages.

Notre avis
emoticonAlors que Lamborghini joue les originales, Enzo Ferrari a souhaité rester inflexible et laisser le moteur en position central arrière aux seules voitures de course de la Scuderia ou à la Dino 206 & 246 GTB. La Ferrari 365 GTB-4 Daytona se dévoile donc au fil des kilomètres comme une (très) classique Grand Tourisme à moteur avant avec tous les avantages que confèrent cette architecture (coffre à bagages, équilibre de comportement routier, aspects pratiques…). Racée de ligne sans être aussi électrique que la Lamborghini Miura, impossible de trouver le moindre défaut à ce dessin signé Pininfarina. Mais au-delà de sa plastique très séduisante, la Ferrari 365 GTB-4 Daytona profite d’une harmonie technique où châssis, moteur V12 et transmission semblent avoir trouvé la tonalité parfaite. Une réussite la Daytona ? Mieux, un véritable chef d’œuvre qui démontre qu’un classique peut résister face à l’innovation…

Autres versions :
Ferrari Daytona

Les Rivales :
GT Super Sport 1960, 1968

  • Alfa Romeo 33 Stradale Au milieu des années 60, Giuseppe Luraghi le président d’Alfa Romeo Spa veut mettre la compétition à l’honneur, et faire briller le blason Alfa Romeo dans les courses d’endurance qui ont alors un grand retentissement auprès du grand public. Pour recréer une équipe de course, il acquiert Autodelta (constructeur des Giulia TZ) qu’il rapatrie d’Udine à Milan, et ramène ainsi sous la bannière milanaise Carlo Chiti. Ainsi démarra en 1964 le projet « Tipo 33 ». Cela prendra trois années ...
  • Aston-Martin DB6 Vantage Voilà une belle surprise lors de ce London Motor Show de 1965 avec la présentation de la nouvelle Aston-Martin DB6. Dur de succéder à la mythique DB5 ? Finalement, après avoir écarté des propositions du carrossier Touring, David Brown a souhaité que l’équipe interne se charge de faire évoluer le dessin qui fait le succès de la firme depuis les DB4. Et puisque nous sommes face à un nouveau modèle, c’est l’occasion de corriger certaines critiques et élargir le cercle ...
  • de Tomaso Mangusta Après un premier exercice convaincant (la Vallelunga), Alejandro de Tomaso qui ne manque pas d’entregent (il est proche de la famille Ford et de Caroll Shelby), voit plus haut et plus loin pour sa nouvelle Grand Tourisme. Car de berlinette on passe à une véritable Grand Tourisme qui joue les Supercar lors de la présentation en 1966 au salon de Turin de la de Tomaso Mangusta. Véritable aimant pour la rétine, la Mangusta est l’œuvre d’un jeune styliste qui vient ...
  • Ferrari 365 GTB-4 Daytona Alors que la Ferrari 275 GTB-4 fait ses tours de roues depuis moins d’un an, Ferrari réagit face à l’agression caractérisée de Lamborghini avec sa sculpturale et innovante Miura (GT à moteur central arrière transversal). Au salon de Paris 1968 c’est le choc pour le public qui découvre la nouvelle Ferrari 365 GTB-4. Se présentant sous une architecture des plus classiques (moteur longitudinal avant), c’est Pininfarina qui a réalisé le patron de la nouvelle Grand Tourisme de Maranello dont la ...
  • Ford GT40 Mk3 En 1963, Ford construit sa première GT en partant de l’excellente base conçue par Erik Broadley (la Lola GT Mk6). Le constructeur américain n’a de cesse de vouloir moucher Enzo Ferrari et la Scuderia histoire de laver l’affront des négociations de rachat avorté. Et cette initiative s’inscrit également dans le programme « Ford Total Performance » qui doit rajeunir l’image de marque du constructeur à l’ovale. Premier pavé dans la mare de ce programme, avec la Ford Mustang présentée en ...
  • Lamborghini Islero 400 GT La Carrozzeria Touring en faillite, Lamborghini s’est tourné vers Marazzi pour assembler ses Lamborghini 400 GT 2+2. Pour 1968, c’est au salon de Genève que Lamborghini dévoile l’Islero. Evolution du modèle 400 GT, c’est la Carrozzeria Marazzi qui a conservé la confiance de Ferruccio Lamborghini. Sauf que Marazzi est avant tout un carrossier plus industriel qu’artistique. Résultat, la Lamborghini Islero 400 GT se montre sous des atours des plus classiques, discrets… pour ne pas écrire quelconque. Un comble pour la ...
  • Lamborghini Miura S Depuis deux ans déjà, la Lamborghini Miura électrise le petit monde de la voiture de sport. Si la carrosserie œuvre de Marcello Gandini, « premier crayon » de la Carrozzeria Bertone, captive le regard par sa ligne basse et très large, ses feux avant tels des yeux humain lorsqu’ils se lèvent et sa silhouette qui l’identifie immédiatement dans le flot automobile contemporain. Mais ce sont surtout ses dessous, d’ailleurs dévoilés en primeur dès novembre 1965 qui marquent les esprits et ...
  • Maserati Ghibli Tipo 115M Maserati Ghibli Mk1 Tipo 115M 1966-73Au salon de Turin 1966, c’est l’effervescence sur le stand Maserati ! La firme au trident sous les destinées de la famille Orsi, poursuit le développement de sa gamme Tourisme avec sa nouvelle Ghibli. Un patronyme qui reprend le nom d’un vent chaud du désert égyptien qui en dit long sur les prétentions de la nouvelle Grand Tourisme de Modène. Ferrari et Lamborghini vont trouver à qui parler ? Et pour attiser ce vent nouveau chez les GT à très ...

Avant d’acheter
Produite de 1968 à 1973 à 1 406 exemplaires tous confondus, en comptant les coupés (1 284 exemplaires), les roadsters (122 exemplaires) et les versions course Groupe 4, la Ferrari 365 GTB4 Daytona n’est pas si rare dans les petites annonces spécialisées et chez les spécialistes de voitures de sport et de collection. Les ventes aux enchères sont également des endroits où trouver régulièrement des Ferrari 365 GTB4 Daytona à acheter. Avant de se précipiter, il convient de se décider sur la version entre les pré-1971 qui possèdent la vitre avant en perspex qui abrite les phares ou les versions suivantes avec phares rétractables pour se conformer avec les normes d’homologations américaines. Une fois l’exemplaire visé, il faudra vous faire accompagner dans cet achat par des pros qui savent, car les frais de remise en état sont totalement prohibitifs. En effet, acheter une Ferrari 365 GTB4 Daytona tant par le prix d’achat que l’entretien et les réparations impose des budgets que peu de passionnés possèdent et sont disposés à dépenser. A chaque révision, tous les ans, ce ne sont pas moins de 12 bougies, 14 litre d’huile, et de nombreuses vérifications et réglages à opérer. Et que dire du réglage des 6 carburateurs double corps que peu de mécaniciens savent régler de nos jours !? Il convient de s’assurer du pedigree de l’auto car peu de professionnels avertis sont à mêmes d’intervenir sur cette GT italienne. Les dessous doivent être inspectés scrupuleusement pour détecter toute trace de choc et s’assurer que la structure tubulaire est intacte et ne souffre pas de corrosion. Les pneumatiques sont dans des tailles peu courantes et très coûteuses, tandis que la disponibilité des pièces détachées n’est pas toujours évidente. Vous l’avez compris, l’achat d’une Ferrari « Daytona » ne se fera pas à la légère et doit être envisagée en étant très sérieusement accompagné et rassuré par des professionnels qui peuvent garantir le bon état et l’historique limpide, et la volonté accompagnée des moyens financiers ad hoc de vouloir posséder et préserver une légende sur quatre roues qui est un véritable collector qui compte dans une collection de Grand Tourisme et de voitures de sport.
Entretien : tous les 7 500 km ou 12 mois

Mots clés : Ferrari | 365 | GTB4 | Daytona | V12 | GT | Coupé ǀ Grand Tourisme ǀ Pininfarina | Enzo | Italie | FERRARI | 365 GTB4 DAYTONA | COUPE SPORT ǀ GRAND TOURISME

TOP Ligne splendide ǀ Détails de style ǀ Performances ǀ V12 d’anthologie ǀ Présentation et finition intérieure ǀ Tenue de route équilibrée et efficace ǀ Autobloquant ǀ Freinage ǀ Position de conduite ǀ Ergonomie du poste de conduite ǀ Etagement de la boîte ǀ Confort/Efficacité ǀ Véritable GT ! FLOP Usage quotidien délicat ǀ carrosserie exposée aux chocs ǀ Contours et gabarit difficile à cerner dans le traffic ǀ Difficile de passer inaperçu ǀ Balaie- d’essuie-glaces trop petits ǀ Tarif ! ǀ Direction lourde ǀ Agilité ǀ Conduite virile ǀ Consommation ǀ Innovation ?


Et aussi… Discuter des Ferrari sur le forum ICC – ICC, le site des amateurs de voitures italiennes – Discuter des Ferrari sur le forum GTI – Ferrari F430 – Ferrari 612 ScagliettiFerrari Mondial 8

Fiche Technique

Marque :
Gamme :
Année :
PA – Prix neuf :
Moteur :
Puissance :
Couple :
Suralimentation:
Transmission :
Poids (RPP) :
Freins :
Roues :

Performances :

Ferrari
365 GTB-4 Daytona
1968
ND CV – 115 000 FF
12 cylindres en V 12 soupapes (2×2 ACT) –4 390 cm3
352 ch à 7 500 tr/mn (80,18 ch/litre)
431 Nm à 5 400 tr/mn (98,18 Nm/litre)
non
propulsion + BV5 manuelle + autobloquant
1 280 kilos (3,64 kg/ch)
2 disques ventilés AV et 2 disques ventilés AR
jantes magnésium 15″ AV et AR + pneus en 215/70 VR 15 AV et 215/70 R 15 AR
0 à 100 km/h en ND ; 280 km/h, km DA en 24“

Textes : Morgan Goupil (Alis Webzine) – Photos : D.R.

Ferrari 365 GTB-4 Daytona
« 1 de 2 »
Ferrari
  • GP F1 Bakou Azerbaïdjan 2021 – 6 juin Après un Grand Prix de Monaco assez soporifique, il faut le dire, et constatant la supériorité d’un Max Verstappen et de Red Bull, nous attendions avec impatience ce Rendez-vous de Bakou en Azerbaïdjan. Un tracé également en ville mais bien plus rapide qu’à Monaco et qui occasionne lui aussi une sanction immédiate dans le rail ...
  • GP F1 Monaco 2021 – 23 Mai Monaco, c’est « LE » RDV glamour et people de la saison. Et si le Covid19 limite quelque peu le public, il n’en demeure pas moins que beaucoup de pilotes jouent à domicile puisque résidant sur place. Pour Charles Leclerc, c’est « son » Grand Prix, et il compte bien faire des étincelles, lui qui n’a jamais réussi à ...
  • GP F1 Barcelone Espagne 2021 – 9 Mai Le tracé sélectif catalan de Barcelone est le Grand-Prix test de la saison : ceux qui sont performants ici doivent l’être partout, les autres… Fernando Alonso et Carlos Sainz Jr. sont naturellement gonflés à bloc sur leur terre. A noter que le tracé a été rallongé, revenant à une grand courbe comme par le passé, ...
  • Ferrari est la compagnie la plus attractive pour les salariés Ferrari est l’employeur le plus attractif d’Italie. Telles sont les conclusions de Randstad Employer Brand Research 2021, une enquête mondiale approfondie sur la marque employeur. Selon cette étude, 74,3 % des Italiens rêvent de travailler pour Ferrari, qui occupe la première place parmi les entreprises italiennes les plus attrayantes sous cinq angles : équilibre entre ...
  • Nouvelles Ferrari 812 Competizione et Competizione A La 812 Competizione, la nouvelle voiture de série spéciale en édition limitée basée sur la 812 Superfast, a été présentée aujourd’hui aux médias, aux clients et aux fans du monde entier. Au cours de cet événement, qui était retransmis en direct sur les chaînes de réseaux sociaux de Ferrari, la 812 Competizione A, une version spectaculaire à toit ...
  • La Scuderia Ferrari se rappelle Gilles Villeneuve et sa fin tragique 39 ans se sont écoulés depuis le 8 mai 1982, l’un des jours les plus tristes de l’histoire de la Scuderia Ferrari et de la Formule 1 dans son ensemble. Ce samedi-là, les qualifications pour le Grand Prix de Belgique à Zolder touchaient à leur fin, mais Gilles Villeneuve voulait faire un dernier tour rapide, ...
  • GP F1 Portimao Portugal 2021 – 2 mai Le championnat s’annonce serré avec Red Bull et Mercedes qui se tirent la bourre en tête. Derrière c’est McLaren qui prend le dessus sur Ferrari. Côté Pilotes, trois se détachent : Hamilton (encore et toujours), Verstappen et Norris. Malgré cela Valtteri Bottas (Mercedes) se débat avec ses démons intérieurs oscillant entre très bonnes performances puisqu’il ...
  • Nouvelle Ferrari Limited-Edition V12 en avant-première avec les premières photos Les premières images officielles de la toute dernière série spéciale en édition limitée de Ferrari ont été publiées en vue de sa première mondiale, qui sera retransmis en direct sur les chaînes de réseaux sociaux de la marque de Maranello le 5 mai à 14h30 CEST. Le nouveau modèle est l’expression ultime du concept Ferrari d’une berlinetta extrême ...
  • GP F1 Emilie Romagne Imola 2021 – 18 avril Si Red Bull confirme sa très grande forme avec sa performance dès les essais libres pour ce deuxième Grand Prix de l’année 2021 qui se déroule à Imola (Emilie Romagne), McLaren et Lando Norris surprennent également tout le monde en disputant la première place des chronos. Les qualifications ne dérogent pas à la hiérarchie des ...
  • GP F1 Bahrein Sakhir 2021 – 28 mars Avec cette année de « gel » règlementaire et des monoplaces qui évoluent peut, mais sont avant tout plus développées dans le détail, les grosses nouveautés viennent des changements de pilotes. Retour tonitruant de Fernando Alonso chez Alpine, Vettel qui part se faire une santé chez Aston Martin, Ricciardo qui tente le pari McLaren, ou encore Sainz ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. FerrariPorscheLamborghiniAston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (LotusBMW,Mercedes-BenzAudi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTIR8 GordiniVW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (4 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +4 (from 4 votes)
Ferrari 365 GTB-4 Daytona, 10.0 out of 10 based on 4 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.