Jaguar Type E V12 Série 3

Jaguar Type E V12 Série 3
1971 – 12 cyl. en V 24V
272 ch – 235 km/h
1 450 kg

Depuis 1961, la Jaguar Type E dessinée par Malcom Sayer, promène son allure féline, élégante et sportive sur les routes. Pour cette année 71, c’est le grand chambardement dans la gamme Type E avec la série 3 : V12, carrosserie 2+2 pour le coupé, et dimensions revues. Scandale ?! Un peu oui, car ce qui saute d’emblée aux yeux est le look revu d’une ligne au départ exceptionnellement équilibrée et qui devient dénaturé par trop de changements. A commencer par l’empattement allongé qui repousse un habitacle qui dans le même temps est devenu proéminent et plus haut. Les chromes se font plus voyants (qui a dit vulgaires ?…), les optiques conservent le principe des normes US, la bouche s’est élargie et tandis que la prise d’air pour le radiateur a pris de l’ampleur. Les plus fins observateurs auront remarqué au passage des arches de roues au dessin inédit. La poupe est équipée de quatre sorties d’échappement (factices) qui indique ainsi à tout amateur qu’il est en présence d’une Type E V12…

Si la plastique de la Jaguar Type E V12 Série 3 déçoit quelque peu et dénature le dessin originel magique de 1961, les dessous évoluent vers plus d’efficacité rythmés par la rondeur d’un V12 d’exception…

Conçu au départ pour la compétition, le V12 à 60° de 5 343 cm3 développé par les ingénieurs Wally Hassan, Harry Mundy et Claude Bailey a été repensé pour un usage courant et une fiabilité optimale. Bloc et culasse plate sont en alu pour gagner un maximum de poids. La distribution reste simple avec un arbre à cames en tête par rangée de cylindres et entraînée par chaîne. A noter que les chambres de combustion ont été creusées dans les pistons. Si une injection électronique fut envisagée au départ, finalement nos ingénieurs anglais ont finalement retenu quatre carburateurs Zenith 175 CD. Histoire de favoriser la souplesse à mi-régime, et donc offrir un agrément rare, de longues tubulures d’admission. Le rapport de compression est de 9,1:1. Le résultat peut paraître décevant en valeur pure avec 272 ch à 5 850 tr/mn soit un rapport de 50,91 ch/litre ce qui est digne des gros V8 américains peu flatteurs sur ce critère. Et comme les gros cubes d’Outre-Atlantique, c’est le couple qui étonne avec 412 Nm à 3 600 tr/mn. Pas de doute, le V12 de la Jaguar Type E éponyme est avant tout typée confort de conduite et souffle inépuisable que la rage au ventre. La sonorité du V12 Jaguar est discrète et feutrée, aux antipodes des vocalises des V12 italiens. Une boîte manuelle à 4 rapports est de série, mais une Borg Warner automatique à 3 rapports peut être retenue en option. Un différentiel autobloquant est de série pour améliorer la motricité. Le chronomètre est certes flatteur, mais pas plus épatant que celui des versions équipées du moteur XK 6 en ligne (0 à 100 km/h en 6‘‘5; 235 km/h, km DA en 27ʺ0). Il faut avouer qu’avec près de 1,5 tonnes sur la balance, la Jaguar Type E V12 Série 3 est près de 200 kilos plus lourde qu’une série 2 4,2 litres pour 7 ch de plus seulement. C’est sur son couple que la Type E V12 se rattrape. Si les dimensions générales, tout comme l’empattement ont été modifiés, la structure de la Type E reste inchangée : Coque centrale en acier autoporteuse avec un châssis en tubes carrés avant sur lequel est fixé le groupe motopropulseur. Les suspensions à roues indépendantes conservent le principe de triangles superposés avec barres de torsion avant et des bras inférieurs et barres de poussée. Le train avant profite des études préliminaires pour la berline XJ6 avec une géométrie antiplongée pour l’essieu avant. Le roulis a été réduit par des voies élargies de 10 cm à l’avant et 7 cm à l’arrière. Le freinage est constitué, comme de coutume chez Jaguar depuis la Type C, de disques (ventilés avant) Girling accolés au différentiel arrière pour diminuer le poids des masses non suspendues. La direction à crémaillère est assistée. Les roues en tôle sont de 6 pouces de large et montées en pneus Dunlop SP Sport radiaux en E 70 VR 15. La tenue de route de la Jaguar Type E V12 Série 3 progresse dans tous les domaines. Si l’équilibre général est toujours une de ses marques de fabrique, la Jaguar Type E V12 Série 3 est devenue plus précise dans ses changements de cap en courbes rapides et serrées, la direction est plus précise est dépourvue de remontées parasites dans la colonne de direction. Enfin, les commandes douces et le confort, y compris sonore jusqu’à haute vitesse, rendent tout parcours agréable à bord. Un habitacle désormais familier aux conducteurs chevronnés de Type E. Si la présentation est flatteuse au premier coup d’œil, lorsque l’on s’attarde, on ne peut que s’étonner. Le cuir laisse place de plus en plus au simili et au plastique (que dire de la tête de Jaguar dans le centre du volant en plastique !). Au fil des millésimes, de nombreux ajouts de confort semblent avoir été posés à la hâte sans soucis d’ergonomie ni d’esthétique. La ventilation reste un peu faiblarde, tandis que le pédalier empêche toujours la technique du talon pointe. Et que dire de l’absence du repose-pied gauche. Les deux places arrière d’appoints peuvent être rabattues pour accroître la capacité du coffre. Vous avez dit une Grand Tourisme ? Certes oui…

Notre avis
emoticonLa Jaguar Type E évolue de manière spectaculaire avec la Série 3. Si son design devient moins harmonieux et homogène, l’acheteur de la Type E V12 peut compter sur un moteur souple à souhait, tandis que les trains roulants revus autorisent une tenue de route encore améliorée et bien plus efficace sans se départir d’un certain confort. De sportive pour les Séries 1, la Jaguar Type E V12 Série 3 glisse désormais vers le concept du Grand Tourisme avec un zest de confort bienvenue. Avec ses deux places d’appoints, la Jaguar Type E coupé se veut plus pratique et polyvalente. Enfin, seule réelle déception en plus du style alourdi, des performances qui restent trop figées malgré 6 cylindres de plus. Enfin, la Jaguar Type E V12 Série 3 demeure une des meilleures affaires du moment dans ce type de prestation puisqu’elle offre un V12 pour un prix inférieur de 50 à 70% de ses rivales de Maranello ou Sant’Agata !

Autres versions :

Les Rivales :

  • BMW 635 CSi E24 1978 bmw-635csi-e24-1978-6_0En 1976, BMW renouvelle ses coupés 3.0 CS et CSI. Mais c’est un peu la douche froide pour les amateurs de l’hélice car les BMW 630 CS et 633 CSI jouent plus la carte cossue et confort que celle du sport. Mais en 1978, BMW a vite fait de nous rassurer avec l’adoption du 6 ...
  • Citroën SM Automatique 3L0 citroen-sm-automatique-3l0-2Depuis octobre 71, Citroën a monté une boîte automatique Borg Warner dans sa SM. Avec ses trois rapports, cette boîte déjà vue sous le capot des DS, conserve les mêmes caractéristiques. Performances en baisse, consommation en hausse et un V6 de 2,7 litres qui semble manquer de souffle pour digérer ce type de transmission sans ...
  • Citroën SM Carbu citroen-sm-carburateur-11Chez Citroën, lorsque l’on aborde un sujet, c’est avant tout avec un regard neuf. D’autant plus nouveau que l’esprit du Grand Tourisme de prestige tricolore n’est plus qu’un lointain souvenir depuis la disparition de Facel-Vega en 1964. Profitant d’accord de coopération avec Maserati depuis 1968, la firme du quai de Javel va pouvoir laisser exprimer ...
  • Citroën SM Injection citroen-sm-injection-1Depuis deux ans la Citroën SM apporte sa « touch of class » dans le monde très fermé des Grand Tourisme de prestige. Une entrée remarquée par sa ligne à nulle autre pareille et une technique très évoluée reprise à la Citroën DS mais avec un cran au-dessus en matière de raffinement et de performances. ...
  • Jaguar Type E V12 Série 3 jaguar-type-e-v12-serie-3-1Depuis 1961, la Jaguar Type E dessinée par Malcom Sayer, promène son allure féline, élégante et sportive sur les routes. Pour cette année 71, c’est le grand chambardement dans la gamme Type E avec la série 3 : V12, carrosserie 2+2 pour le coupé, et dimensions revues. Scandale ?! Un peu oui, car ce qui ...
  • Lamborghini Jarama 400 GT Lamborghini Jarama 400 GTLa Carrosserie Touring avait fermé ses portes prenant Lamborghini au dépourvu. Bertone avait ainsi dessiné l’Islero qui avait pour vocation de perpétuer le châssis 400 GT et se voyait ainsi comme un modèle de transition. Le temps est venu pour 1970 de la remplacer et c’est toujours Bertone qui s’y colle, confirmant ainsi sa vocation ...
  • Maserati Indy 4200 maserati-indy-4200-0Initialement dévoilée sous la forme d’un prototype sur le stand Vignale au salon de Turin, c’est finalement en mars 1969 à Genève que Maserati confirme la Maserati Indy. Tracée par Virginio Vairo et Delio Meinardi, la Maserati Indy doit son nom aux succès de la firme au Trident dans la mythique course américaine en 1939 ...

Avant d’acheter
Produite de 1971 à 1975 à 15 287 exemplaires, la Jaguar Type E V12 Série 3 n’est pas si rare sur le marché de la voiture de prestige. Toutefois, elle est déjà largement moins présente en France et nécessite ainsi de prendre son temps dans ses recherches et parfois, même, de chercher à l’étranger. Souvent boudée dans cette carrosserie 2+2 qui déséquilibre le dessin originel, les versions roadsters sont plus appréciées, certes plus rares, et profitent d’une cote plus élevée. Le V12 est réputé fiable à la condition de recevoir les égards qu’il mérite en entretien. Un des points noirs est la corrosion qui peut faire des ravages. Les trains roulants doivent être inspectés avec soin car le poids de la Jaguar Type E V12 Série 3 est conséquent et fait vite souffrir l’auto. La carrosserie doit être inspectée avec soin, car les longs porte-à-faux entraînent parfois des accrochages ou des touchettes qui nécessitent des réparations et peuvent parfois abîmer la structure. Comme pour toute voiture de prestige, l’historique de la Jaguar Type E V12 convoitée doit être limpide et prouvé par un entretien suivi et régulier par des professionnels aguerris et reconnus. Les consommables sont onéreux, mais dans les bonnes nouvelles, comme souvent chez les anglaises, les pièces détachées sont disponibles. Reste que cela se paie généralement à un tarif coquet. A nous les petites anglaises… pour qui a les moyens de vivre avec !

Mots clés : Jaguar | Type E | Série 3 | V12 | 2+2 | Coupé 2+2 | GT | Grand Tourisme | Coupé Sport | JAGUAR | TYPE E V12 SERIE 3 | COUPE SPORT | GRAND TOURISME

CATALOGUES – BROCHURES – PROSPECTUS

TOP Concept 2+2 ǀ Polyvalence d’usage ǀ Performances ǀ Tenue de route équilibrée ǀ Equipement de série ǀ Souplesse moteur ǀ Rapport prix/prestations ǀ Coffre ǀ V12 ǀ Confort ǀ Douceur des commandes ǀ Direction ǀ Tenue de route en progrès ǀ Autobloquant de série FLOP Qualité de finition ǀ Design emplâtré en 2+2 ǀ Poids ǀ Endurance des freins | Consommation | Ergonomie pas toujours judicieuse ǀ de repose-pied ǀ Sonorité du V12 étouffée

Fiche Technique

Marque :
Gamme :
Année :
PA – Prix neuf :
Moteur :
Puissance :
Couple :
Suralimentation:
Transmission :

Poids (RPP) :
Freins :
Roues :
Performances :

Jaguar
Type E V12 Série 3
1971
31 CV – 59 300 FF
12 cylindres en V 24 soupapes (2×1 ACT) –5 343 cm3
272 ch à 6 200 tr/mn (50,91 ch/litre)
412 Nm à 3 800 tr/mn (77,11 Nm/litre)
non
propulsion + BV4 manuelle (BV3 Automatique Borg Warner option) + autobloquant
1 450 kilos (5,33 kg/ch)
2 disques ventilés AV et 2 disques pleins AR
jantes tôle 15″ + pneus en ND/70 VR15 AV et ND/70 VR15 AR
0 à 100 km/h en 6‘‘5; 235 km/h, km DA en 27ʺ0

Textes : Morgan Goupil (Alis Webzine) – Photos : D.R

Jaguar Type E V12 Série 3
  • Jaguar Type E V12 Série 3 Depuis 1961, la Jaguar Type E dessinée par Malcom Sayer, promène son allure féline, élégante et sportive sur les routes. Pour cette année 71, c’est le grand chambardement dans la gamme Type E avec la série 3 : V12, carrosserie 2+2 pour le coupé, et dimensions revues. Scandale ?! Un peu oui, car ce qui ...
  • Jaguar XJR-S La Jaguar XJS (née XJ-S) semble intemporelle. Depuis 1975, aucune réelle modification esthétique n’est venu modifier le trait originel et cette ligne devenue une véritable signature de la firme de Coventry. Lancée en pleine crise pétrolière et au pire moment de l’existence de Jaguar, le coupé XJS peina à convaincre et surtout ne profita jamais ...
  • Jaguar présente son offensive en Formule E avec Panasonic Jaguar dévoile aujourd’hui ses objectifs pour la compétition automobile en révélant le nom officiel de son équipe de Formule E, sa vision, son sponsor, ses pilotes et ses couleurs. À partir d’octobre, Panasonic Jaguar Racing prendra part à la troisième saison de Formule E FIA avec la première Jaguar électrique de son histoire : la I-TYPE 1. Pour son ...
  • Sortie Circuit La Ferté Gaucher – 12 mars 2016 – Association Gentlemen Driver  L’association des Gentlemen Drivers entame sa saison 2016 avec un programme de sorties circuits pour pilotes du dimanche (ou du samedi en l’occurrence) des plus alléchants. Des tarifs contenus, une volonté de permettre à tous types de niveaux et de véhicules de pratiquer le pilotage sur circuit en toute confiance et sécurité, tel est le leitmotiv ...
  • Felipe Massa et Jaguar dans Spectre La supercar C-X75 de Jaguar qui apparaît dans le dernier James Bond, SPECTRE, a fait ses débuts américains à Mexico aujourd’hui avec Felipe Massa, pilote de Williams Martini Racing, à son volant. Cette activité marque la première américaine du film qui aura lieu à Mexico le 2 novembre, ainsi que le Grand Prix de Formule 1 ...
  • Jaguar F-Type V6 Avec Tata aux commandes, Jaguar ne s’est jamais aussi bien porté ! Pour preuve ce roadster F-Type qui s’autorise même à reprendre des nomenclatures d’un passé parfois trop lourd à porter pour les modèles de Coventry. Avec un Ian Callum, le designer maison, particulièrement inspiré dans son coup de crayon, la Jaguar F-Type fait table ...
  • Jaguar XK8 Cabriolet Après une très (trop ?) longue carrière, Jaguar remise le controversé cabriolet XJS au garage. Pour l’année 97, c’est la révolution de palais avec la Jaguar XK8. Rien n’est trop beau pour son nouveau cabriolet, alors Jaguar reprend l’appellation « XK » très usitée dans les années 50 et 60, et lui accole un 8 ...
  • Jaguar F-Type V6 S Avec Tata aux commandes, Jaguar ne s’est jamais aussi bien porté ! Pour preuve ce roadster F-Type qui s’autorise même à reprendre des nomenclatures d’un passé parfois trop lourd à porter pour les modèles de Coventry. Avec un Ian Callum, le designer maison, particulièrement inspiré dans son coup de crayon, la Jaguar F-Type fait table ...
  • Jaguar XK8 Après une très (trop ?) longue carrière, Jaguar remise le controversé coupé XJS au garage. Pour l’année 97, c’est la révolution de palais avec la Jaguar XK8. Rien n’est trop beau pour son nouveau coupé, alors Jaguar reprend l’appellation « XK » très usitée dans les années 50 et 60, et lui accole un 8 ...
  • Norman Dewis OBE sur Youtube Avec ses 33 ans de carrière passés à tester et développer de nombreux modèles Jaguar emblématiques, le talent exceptionnel de Norman Dewis, pilote d’essai légendaire âgé de 94 ans, a été reconnu et récompensé par la médaille OBE lors de la remise d’honneurs du nouvel an de Sa Majesté. La récompense est décernée à Norman ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. FerrariPorscheLamborghiniAston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (LotusBMW,Mercedes-BenzAudi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTIR8 GordiniVW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)
Jaguar Type E V12 Série 3, 10.0 out of 10 based on 2 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *