Fiat Barchetta

fiat-barchetta-17

Fiat Barchetta
1995 – 4 cyl. 16V
130 ch – 206 km/h
1 060 kg

Après une longue période de vaches maigres pour les amateurs de Fiat sportives et de caractère, la Fiat Coupé avait sonné la charge. C’est désormais les amateurs de roadsters qui peuvent se réjouir pour cette année 1995 avec la Fiat Barchetta. Si elle reprend bon nombre de composants de la Punto dont elle dérive, elle propose en revanche un style très personnel et réussi œuvre du Centro Style Fiat avec Alessandro Cavazza et Andreas Zapatinas aux crayons, Chris Bangle ne remportant les suffrages que pour le Coupé. Force est de reconnaître que la bouille de la Fiat Barchetta est craquante et fait de l’œil aux passants, nous replongeant avec délice dans la flânerie automobile découverte des années 60 où la Dolce Vita battait son plein. Fine nervure qui souligne les flancs et les allège visuellement, poignées de portes chromées escamotables (mais peu pratiques à l’usage ; on ne peut pas tout avoir…), optiques arrière posés élégamment sur le dessus de la poupe ronde à souhait, la Fiat Barchetta soigne ses rondeurs pour séduire. La proue est peut-être la partie la plus banale avec ses optiques sous globes tandis que même les jantes en tôle de 15 pouces de série poussent le vice à un dessin inédit faisant oublier leur métal bon marché. Pour l’anecdote c’est la Carrozzeria Maggiora qui assemble ce petit roadster pour le compte de Fiat. Enfin, il est à noter que les dimensions sont proches d’une certaine Mazda MX-5, peu étonnant l’italienne venant la contrer directement.

La Fiat Barchetta redonne des couleurs à Fiat et donne le sourire aux passants. Quoique traction avant, elle compte avant tout sur un style aussi bien vu que charmeur, une tenue de route au top et un prix canon. Mais que reste-t-il aux autres ?…

Sous son court capot, Fiat étrenne son nouveau quatre cylindres en ligne de 1 747 cm3 en position transversale avant. Dérivé du 5 cylindres en ligne de la Lancia Kappa, il « roule » les mécaniques sophistiquées et soignées. Coiffé d’une culasse à 16 soupapes avec deux arbres cames en tête, il innove dans sa distribution qui est variable à l’admission en fonction du régime moteur. Objectif avoué : prendre des tours pour la performance sans sacrifier la souplesse à bas régime, cruciale pour un confort de conduite, surtout lorsque l’on flâne en « cruisant » décapoté et coude à la portière. Les motoristes transalpins ont également installé un allumage statique avec une bobine par cylindre et une injection séquentielle phasée. C’est un calculateur Hitachi qui se charge de tout orchestrer à l’insu du conducteur. Fiat peut ainsi annoncer des valeurs, loin d’être exceptionnelles pour la catégorie, mais qui place ce moteur au niveau de celui par exemple de la Ford Fiesta XR3i 16V par exemple. La Fiat Barchetta délivre donc 130 ch à 6 300 tr/mn (74,41 ch/litre) et un couple maxi de 164 Nm à 4 300 tr/mn (93,88 Nm/litre). Mais surtout, 90% du couple maxi (soit 148 Nm) sont disponibles entre 2 000 et 6 000 tr/mn. A noter un régime maxi situé à 7 000 tr/mn, preuve que cette mécanique fait preuve d’un certain allant. La transmission passe par l’intermédiaire d’une boîte mécanique à 5 rapports chipée à la Punto GT et se termine aux roues… avant ! Et oui, en prenant pour base la Punto (surtout la plateforme avant) et avec pour objectif de réduire les coûts d’industrialisation pour permettre un prix de vente ultra-compétitif, la Fiat Barchetta est donc logiquement une traction. Tiens cela nous rappelle les Lotus Elan SE et S2 qui étaient également des roadsters traction avant. Les performances sont dignes des GTI contemporaines avec 206 km/h en vitesse maxi, le Cx médiocre (capoté) de 0,39 étant compensé par un moteur volontaire et une transmission tirant assez long. Les accélérations restent probantes avec 29’’4 sur la borne kilométrique et un 0 à 100 km/h en 8’’6. Joli ! Accrochés sur la coque auto porteuse, l’essieu avant est un pseudo McPherson à triangles et barre antiroulis, tandis que l’arrière est constitué de bras tirés avec barre antiroulis. La direction à crémaillère est assistée de série et avec ses 2,5 tours de volant de butée à butée est assez directe. Les quatre freins à disques (ventilés AV) peuvent être complétés de l’ABS mais seulement en option. Les jantes tôles peuvent être troquées en option contre des modèles en alu de même taille (15’’) et montées en pneumatiques de 195/55 R15. Sur la route, la Fiat Barchetta rassure par un comportement et une agilité bien en phase avec ce que l’on attend d’un petit roadster sportif. Certes, la rigidité est prise en défaut occasionnant quelques remontées de vibrations dans le volant et le parebrise, mais étant donnée sa conception, on ne peut lui demander de faire aussi bien que sa rivale directe (Mazda MX-5). C’est l’amortissement qui pompe un peu trop mais ménage un confort bienvenu pour les longs trajets. Rouler décapoté et plus la vitesse augmente plus les remous d’air sont puissants dans l’habitacle, et une fois la capote (manuelle) repliée, c’est le bruit à bord qui commence à être important à 130 km/h. L’habitacle est réservé à deux personnes. La planche de bord est bien dessinée (merci Pininfarina) et reprend dans sa partie basse les coloris de la caisse. Le volant intègre un Airbag (série) sans élégance, heureusement rattrapé par les fonds de compteurs ronds immaculés. La finition n’est pas parfaite loin s’en faut, mais on se satisfait d’une foultitude de détails qui évoquent les sixties, tandis que le plastique est omniprésent. Enfin, le coffre reste très mesuré avec 165 dm3 et il faut recourir à la liste des options pour agrémenter un peu l’ordinaire (hard top, climatisation, jantes alu, ABS, airbag passager…). Mais au prix de base affiché qui s’en plaindra ?…

Notre avis
emoticonFiat retrouve des couleurs pour notre plus grand plaisir. La Fiat Barchetta est bien née avec beaucoup de qualités à commencer par une plastique impeccable. Sans tomber dans le piège du néorétro dégoulinant et vite passé de mode, elle possède son style propre avec quelques clins d’œil bien vus. Aussi performante qu’une GTI, mais un poil moins rigoureuse en tenue de route, le fait d’être une traction n’est finalement pas rédhibitoire tant la Barchetta est bien étudiée. Si l’équipement de série peut sembler quelque peu « light », une fois votre regard attiré sur le prix d’appel inférieur à 130 000 FF vous ne pourrez que céder aux sirènes de rouler cheveux au vent. A ce prix-là, les rivales n’existent pas, la Mazda MX-5 étant affichée 30% plus chère !…

Autres versions :
Fiat Barchetta

Les Rivales :
roadster 1990, 1995

  • Alfa Romeo Spider 2 litres Twin Spark 916 Alfa Romeo fait « d’une pierre 2 coups » : un coupé GTV et un Spider sur la même plateforme avec Pininfarina aux crayons ! Au Mondial de Paris 1994, Alfa Romeo renoue avec sa tradition des cabriolets de caractère en ressuscitant la lignée des Spider. Partageant la plateforme de la Fiat Coupé, l’Alfa Romeo Spider se distingue avant tout par une ligne signée Pininfarina qui exploite les traits du concept car Proteo. Une vraie réussite quelque soit l’angle sous ...
  • Fiat Barchetta Après une longue période de vaches maigres pour les amateurs de Fiat sportives et de caractère, la Fiat Coupé avait sonné la charge. C’est désormais les amateurs de roadsters qui peuvent se réjouir pour cette année 1995 avec la Fiat Barchetta. Si elle reprend bon nombre de composants de la Punto dont elle dérive, elle propose en revanche un style très personnel et réussi œuvre du Centro Style Fiat avec Alessandro Cavazza et Andreas Zapatinas aux crayons, Chris Bangle ne ...
  • Honda CRX VTI Del Sol Après deux générations de petits coupés sportifs, la saga CRX se poursuit à partir de 1992 avec un concept Targa inédit chez Honda. Basé sur la Civic EG2, la Honda CRX Del Sol perd également deux places sur l’autel de son caractère caméléon. Résumons-nous, la CRX Del Sol prend 20 cm de plus mais perd 2 places (symboliques certes), mais par un dessin tout en rondeur, le caractère compact et sportif est toujours présent. Petits feux avant, avec deux optiques ...
  • Lotus Elan S2 M100 Lotus est dans une mauvaise passe, et General Motors stoppe en 1992 la production des Lotus Elan SE et revend le constructeur anglais à Romano Artioli aussi propriétaire de Bugatti et ses prestigieuses EB110. Et au moment de l’état des lieux après achat, une surprise attend le nouveau propriétaire : 800 châssis et groupe motopropulseurs complets de Lotus Elan SE attendant sagement ! Romano Artioli décide de relancer la Lotus Elan qui devient « S2 ». Quelques modifications de détails ...

Avant d’acheter
Design original et blason Fiat font vite tomber le roadster Barchetta dans des valeurs de revente très attractives. Tant mieux pour les acheteurs intéressés plus par l’automobile passion et sportive, que par la seule image auprès de leur entourage. Les Fiat Barchetta sont nombreuses dans les petites annonces (près de 58 000 exemplaires produits) mais doivent être triées car on trouve généralement de tout. Et attention aux options qui peuvent apporter leur lot de confort supplémentaire. Si le design et la présentation sont flatteurs, il n’en est pas de même de la qualité des plastiques employés ni même de certains assemblages. Ainsi une Fiat Barchetta qui aura été négligée tant en entretien qu’en attention vieillit vite et mal. Les tours de caisses et les boucliers, sans protections particulières sont souvent abîmés car la proie des usages urbains et des petits accrochages. Il n’est pas rare de constater quelques dysfonctionnements électriques ou électroniques tandis que la mécanique, si elle est robuste doit avoir été entretenue comme il se doit. Le 1,8 litres Fiat ne supporte pas l’à peu près et les mauvais traitements pour digérer les gros kilométrages sans accroc. Il faut notamment remplacer la courroie de distribution tous les 70 000 km. Attention à l’état de la capote, qui est un point névralgique de tout cabriolet et dont le coût de remplacement est dispendieux. Historique et carnet d’entretien doivent donc être de la partie.

Mots clés : Fiat | Barchetta | Cabriolet | Roadster | 16V | Abarth | Turin | FIAT | BARCHETTA | ROADSTER ǀ CABRIOLET

TOP Design réussi et charmant ǀ Prix ǀ Tenue de route rigoureuse ǀ Agilité ǀ Présentation intérieur ǀ Agrément de conduite ǀ Moteur ǀ Polyvalence d’usage ǀ Performances correctes FLOP Traction avant ǀ Poignées de portes peu pratiques ǀ Garde au toit ǀ Détails de finition ǀ Bruits et remous d’air ǀ Capacité du Coffre ǀ Rigidité

Fiche Technique

Marque :
Gamme :
Année :
PA – Prix neuf :
Moteur :
Puissance :
Couple :
Suralimentation:
Transmission :
Poids (RPP) :
Freins :
Roues :
Performances :
Fiat
Barchetta
1995
9 CV –128 600 FF
4 cylindres en ligne 16 soupapes (1×2 ACT) –1 747 cm3
130 ch à 6 300 tr/mn (74,41 ch/litre)
164 Nm à 4 300 tr/mn (93,88 Nm/litre)
non
traction + BV5 manuelle
1 060 kilos (8,15 kg/ch)
2 disques ventilés AV et 2 disques pleins AR + ABS (option)
jantes tôles 15″ + pneus en 195/55 R15 AV et 195/55 R15 AR
0 à 100 km/h en 8ʺ6; 206 km/h, km DA en 29‘‘4

Textes : Benjamin de la Renardière (Alis Webzine) – Photos : D.R

Fiat Barchetta
Fiat-Abarth
  • Fiat 127 Sport 70 HP Mk1 Si la Fiat 127 est largement présente depuis 1971 sur les routes d’Europe, et pas seulement, ce n’est que 7 ans après son lancement à l’occasion de la 2e série et un facelift léger, que les amateurs de petites bombes sportives auront du patienter. Adepte du tout à l’avant, marquant ainsi une rupture avec la ...
  • Nouvelle Abarth 695 Tributo 131 Rally L’Abarth 131 Rally, le véhicule qui a captivé l’imagination de toute une génération de passionnés de voitures, revient sur les routes du monde entier avec un nouveau look. À l’occasion du quarantième anniversaire de sa dernière course, la marque au scorpion lui rend hommage avec la série spéciale Abarth 695 Tributo 131 Rally. Cette édition ...
  • Nouvelle Abarth 595 « Spa-Francorchamps » La marque au Scorpion commence l’année 2022 en force en dévoilant une toute nouvelle édition belge unique et exclusive « inspirée du plus beau circuit du monde » : la nouvelle 595 « Spa-Francorchamps ». Cette édition unique incarne parfaitement l’âme de la marque, en matière de performances, de style et de sportivité. L’Abarth 595 Spa-Francorchamps, disponible en berline et cabriolet, ...
  • Nouvelle gamme Abarth 595 pour le Model Year 2022 Transformer l’ordinaire en extraordinaire en proposant les meilleurs produits du segment des voitures de sport compactes, telle est la mission d’Abarth, une marque qui a toujours été synonyme de performance et de style italien. Aujourd’hui, à quelques semaines de son 73ème anniversaire, le Scorpion pique une nouvelle fois avec l’introduction de sa nouvelle gamme 595, ...
  • Nouvelle Abarth 695 esse-esse Collector’s Edition pour la Belgique Le Scorpion fait palpiter les cœurs des amateurs de la marque avec une nouvelle « Collectors’ Edition » : l’Abarth 695 Esseesse, un nom qui trouve ses racines dans l’histoire de la marque, faisant directement référence à ses débuts lorsque les kits de tuning des années 1960 ont fait la fortune de Carlo Abarth, le consacrant comme l’inventeur ...
  • Le nouveau son Abarth AVAS rugit pour la communauté du Scorpion La communauté du Scorpion a toujours été l’une des pierres angulaires de la marque. Il s’agit d’une communauté en pleine expansion qui compte plus de 160.000 membres à travers le monde et qui manifeste avec fierté son affection pour la marque, son histoire et son fondateur, tout en vivant ses valeurs de Style et de ...
  • Nouvelle série spéciale Abarth 595 F595 Echappée des circuits européens, la nouvelle série spéciale Abarth F595 est équipée du moteur des monoplaces de la Formule 4. Il développe 165 chevaux et est conforme à la norme Euro 6D- Final en vigueur. Le « F » dans le nom est destiné à rendre hommage à la Formule 4, pour laquelle Abarth est le fournisseur ...
  • Nouvelle Abarth 695 esse esse MY21 La marque au Scorpion revient faire palpiter le cœur des fans d’Abarth avec une nouvelle « Édition Collector »: l’Abarth 695 Esseesse, un nom qui puise ses racines dans l’histoire de la marque, faisant directement référence à ses débuts lorsque les kits de préparation des années 1960 faisaient la fortune de Carlo Abarth, l’établissant comme l’inventeur du ...
  • Fiat Coupe – Guide Achat Etonnante genèse du Coupé Fiat ! C’est en effet sous l’impulsion d’un Pininfarina en mauvaise posture avec le retrait de General Motors suite à l’échec commercial de la Cadillac Allante, que Fiat va lancer la conception et le développement d’un nouveau coupé sportif. Pininfarina qui a désormais une usine sur les bras sans activité propose ...
  • Nouvelle Abarth 1000 SP one-off Dans la seconde moitié des années 1950, Alfa Romeo et Abarth travaillent en tandem pour produire une voiture de sport à cylindrée limitée. Confié à Mario Colucci, ingénieur milanais et employé d’Alfa Romeo, le projet se concrétise en 1958 par la fabrication d’une Alfa Romeo à base d’Abarth 1000, un coupé compact – animé par ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. FerrariPorscheLamborghiniAston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (LotusBMW,Mercedes-BenzAudi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTIR8 GordiniVW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)
Fiat Barchetta, 10.0 out of 10 based on 2 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.