Maserati Indy 4200

Maserati Biturbo 2500 Coupé
1969 – 8 cyl. en V 16V
260 ch – 247 km/h
1 584 kg

Initialement dévoilée sous la forme d’un prototype sur le stand Vignale au salon de Turin, c’est finalement en mars 1969 à Genève que Maserati confirme la Maserati Indy. Tracée par Virginio Vairo et Delio Meinardi, la Maserati Indy doit son nom aux succès de la firme au Trident dans la mythique course américaine en 1939 et 1940. La Maserati Indy affiche une élégance folle par un classicisme de bon aloi. Sa silhouette, elle la doit plus à des mensurations peu communes pour une GT : 4,74 mètres de long pour 1,74 mètres de large et 1,15 mètres de haut ! Plate, large et effilée, la Maserati Indy soigne sa pénétration dans l’air avec son fin museau qui abrite des phares escamotables. Autre point remarquable, une lumière qui pénètre largement le vaste habitacle par des surfaces vitrées copieuses et leurs fins montants. La garde au sol très basse (attention à ne pas racler en-dessous) pose la Maserati Indy 4200 sur ses jantes de 14 pouces. Seule ombre au tableau des porte-à-faux qui demeurent imposants. Enfin, les entourages chromés réhaussent l’ensemble et rappellent la vocation luxueuse de l’Indy, tandis que de fins pare-chocs viennent apporter une maigre protection, totalement absente sur les flancs…

La Maserati Indy joue les dandy sport de luxe en hésitant entre sport et confort. Le sport exigeant, elle laisse cela à ses rivales italiennes, car l’Indy se consacre avant tout à un art de déguster la route que beaucoup lui envient, quitte à avoir un positionnement ambigu…

Le moteur V8 4,2 litres de la Maserati Indy 4200 ne nous est pas inconnu. Et pour cause, il était déjà monté sous le capot de la berline quatre portes dès 1963 ainsi que dans le coupé Mexico. Placé longitudinalement à l’avant, il est coiffé d’une culasse à double arbres à cames en tête par rangée de cylindres entrainées par chaînes. Il est presque carré avec un alésage x course de 88 mm x 85 mm, privilégiant ainsi une certaine aisance à prendre des tours malgré sa cylindrée. Son rapport volumétrique est de 8,7 : 1. Alimenté par quatre carburateurs Weber double corps, le V8 de la Maserati Indy 4200 développe 260 ch à 6 000 tr/mn et un couple de 382 Nm à 4 000 tr/mn. Avec sa boîte ZF à 5 rapports tous synchronisés, la Maserati Indy 4200 doit compter sur une masse de près de 1,6 tonnes et se contente de performances déjà intéressantes mais en deçà de ses rivales transalpines (Ferrari et Lamborghini) : 247 km/h et 28’’1 au kilomètre départ arrêté. La base est inédite avec une coque autoportante en guise de châssis dans laquelle sont greffés mécaniques et trains roulants. Ces derniers sont constitués à l’avant de bras triangulés avec amortisseurs double effet et barre stabilisatrice. L’essieu arrière rigide est complété de ressorts semi-elliptiques avec jambes de poussée, bras de réaction et d’une barre stabilisatrice. Les quatre roues sont équipées de freins à disques pleins. Malheureusement non ventilés et avec a masse générale, l’endruance du freinage est vite mise à mal, rappelant ainsi à l’ordre le conducteur impétueux de la Maserati Indy. C’est l’esprit du Grand Tourisme luxe qui prévaut à bord de cette voiture de sport frappée du trident, à commencer par son freinage… La direction avec boîtier à circulation à billes peut être équipée en option d’une assistance hydraulique bienvenue pour soulager les efforts dans les manœuvres. Les jantes alu de 14 pouces sont montées en pneumatiques de 205 de large. Profitant d’une conception classique et éprouvée (moteur/boîte avant et propulsion arrière), la Maserati Indy 4200 est une GT équilibrée de comportement et toujours prévenante dans ses réactions. Grandes courbes et autoroutes sont ses terrains de prédilection, laissant aux petites bombinettes les enchaînements rapides. L’habitacle est lumineux et très classe. Certes, on peut toujours mégoter sur le skaï présent sur la planche de bord et quelques détails d’ergonomie incongrus sur une auto de ce tarif. En revanche, l’équipement de série est très complet, tandis le cuir à profusion sur les sièges et contrefort des portes donne le ton se mariant à merveille avec la moquette épaisse. Il y a du cosy anglais dans cette Maserati Indy qui relègue les Ferrari contemporaines à des finitions sommaires. Si l’instrumentation est très complète, c’est surtout la position de conduite avec ses nombreux réglages, colonne de direction en hauteur comprise (!), qui est à louer. Les places arrière sont (presque) spacieuses, tandis que le coffre est suffisamment vaste et pratique pour confirmer la grande polyvalence d’usage. Et à bord, tout étonne par une grande facilité et douceur des commandes malgré la puissance disponible…

Notre avis
emoticonMaserati pose-là les bases d’une Grand Tourisme classique. Élégante mais discrète, performante mais confortable, polyvalente mais racée, la Maserati Indy mise avant tout sur une facilité de prise en main déconcertante et une douceur de fonctionnement qui en étonnera plus d’un. La finition intérieur très luxueuse et richement dotée rappelle que Maserati aime à se positionner à mi-chemin entre les supersportives de Maranello, les exubérantes de Sant’Agatha et les british d’Aston-Martin… Un choix cohérent et séduisant, mais est-ce suffisant pour se faire une place au soleil et s’imposer face à des rivales charismatiques ? Pas si sûr, mais celui qui se laissera tenter par cette Grand Tourisme frappée du trident, pourra ainsi jouir au quotidien d’un art de rouler raffiné et peu commun…

Autres versions :

Les Rivales :

  • Alfa Romeo Giulia Sprint GT Veloce Depuis déjà une année, le coupé Giulia GT Sprint séduit les amateurs de conduite sportive et passionnée. Avec sa carrosserie dont le dessin est l’œuvre d’un jeune talent (Giorgetto Giugiaro) chez Bertone, le coupé milanais fait mouche par son gabarit et ses proportions harmonieuses. Charmant, il se paie le luxe de jouer les mini-GT avec un quatre cylindres de 1 570 cm3 qui vaut en onctuosité et disponibilité certains six cylindres. Mais Alfa Romeo ne compte pas en rester là, ...
  • Alpine A110 1300 G On peut juger la Berlinette Alpine 1300 S et son magique moteur Mignotet de 106 ch trop pointu. Et l’arrivée de la R8 Gordini 1300 annoncée pour juin 1966 va donner une belle occasion à Alpine de donner le moteur phare qui lui manquait pour faire le gros de son volume de vente : ni trop pointu, ni dépourvu d’âme sportive. Une mécanique que l’on trouve également sous le capot arrière de la Matra Jet 6. Extérieurement, difficile de différencier ...
  • Alpine A110 1300 S Trop modeste la mécanique de l’Alpine A110 1100 ? Après avoir étrenné le moteur de la Renault Dauphine à ses débuts, puis celui de la Renault 8 Gordini, Jean Rédélé a missionné Marc Mignotet pour concevoir un 1300 cm3 en partant du 1100 Gordini. Pas de doute, avec ce millésime 1966 dopé par le quatre cylindres sur mesure qui développe 106 ch, la légère et déjà terriblement agile Alpine Berlinette va faire des étincelles. Extérieurement, il est difficile de faire ...
  • Aston-Martin DB6 Vantage Voilà une belle surprise lors de ce London Motor Show de 1965 avec la présentation de la nouvelle Aston-Martin DB6. Dur de succéder à la mythique DB5 ? Finalement, après avoir écarté des propositions du carrossier Touring, David Brown a souhaité que l’équipe interne se charge de faire évoluer le dessin qui fait le succès de la firme depuis les DB4. Et puisque nous sommes face à un nouveau modèle, c’est l’occasion de corriger certaines critiques et élargir le cercle ...
  • Datsun 240Z S30 Fairlady Sous l’égide de Ukyo Katayama, Nissan et sa marque Datsun sont en pleine ébullition depuis 1963 avec les Sport Series. « Mister. K », comme est surnommé le président de Nissan Motors USA, demande à développer un coupé qui viendrait concurrencer les constructeurs européens et américains sur ce marché ce marché juteux nord américain. Terminé les roadsters sportifs ! C’est sous la forme d’un coupé type Grand Tourisme compacte que la saga « Fairlady » se poursuit. Le designer maison ...
  • Maserati Indy 4200 Initialement dévoilée sous la forme d’un prototype sur le stand Vignale au salon de Turin, c’est finalement en mars 1969 à Genève que Maserati confirme la Maserati Indy. Tracée par Virginio Vairo et Delio Meinardi, la Maserati Indy doit son nom aux succès de la firme au Trident dans la mythique course américaine en 1939 et 1940. La Maserati Indy affiche une élégance folle par un classicisme de bon aloi. Sa silhouette, elle la doit plus à des mensurations peu ...
  • Porsche 911 E 2.0 Depuis le salon de Francfort 1963, la Porsche 901… pardon 911 (!), s’est posée en GT de référence chez les voitures de sport. Forte en caractère, elle a su imposer sa solution technique particulière (porte-à-faux AR) et sa bouille inimitable héritée des Porsche 356. En 1968, pour améliorer la tenue de cap en ligne droite, l’empattement gagne 5,8 cm sans dénaturer la ligne. Et dans la foulée, la Porsche 911 L est remplacée par la Porsche 911 E, dotée de ...
  • Triumph GT6 Mk1 Après un premier essai avorté en 1964 en raison d’une surcharge pondérale trop importante pour le quatre cylindres d’origine, mais qui valida le dessin réussi de Giovanni Michelotti, Triumph adapta en premier lieu le dessin « coupé » fastback pour ses Spitfire de course pour les 24 Heures du Mans. Non sans un beau succès à la clé puisque la Triumph Spitfire remporta sa catégorie en 1965. Excusez du peu ! Du coup, Triumph compte bien surfer sur ce succès, ...

Avant d’acheter
Produite à 1 104 exemplaires, la Maserati Indy a connu trois V8 différent (4,2, 4,7 et 4,9 litres) de 260 à 320 ch. Ce lourd et imposant coupé reste aussi élégant que discret dans le paysage des GT de sport et de luxe des années 60, à l’ombre de la charismatique Ghibli et un peu pale face aux Ferrari, Lamborghini et Aston Martin contemporaines. Si le V8 est réputé fiable et robuste (merci la distribution par chaînes) l’entretien doit être régulier et l’œuvre de spécialistes réputés et connaisseurs du modèle. Les coûts d’entretien restent élevés. Dans les faiblesses d’usage à vérifier on note en priorité l’état de la carrosserie, la corrosion faisant des ravages sur ces belles GT italiennes, tandis que l’état du pont arrière (écouter les sifflements) doit être parfait. L’électricité peut jouer des siennes, comme souvent sur ce type d’auto. D’une manière générale, on achète pus un entretien suivi et régulier avec un historique limpide plus qu’une automobile, tant les mauvaises surprises et frais de remise en état seront ruineux. Attention également, les pièces de rechange ne sont pas faciles à trouver. Enfin, les trains roulants peuvent souffrir du poids (silent-blocs) et il faut également surveiller leur état avant achat. Sous des allures de bonne GT bien élevée et élégante, la Maserati Indy n’en demeure pas moins un GT de luxe à l’instar des Ferrari, Lamborghini et Aston-Martin et réclame les mêmes attentions et égards monétaires pour vivre avec dans son garage… Bon à savoir avant de s’emballer.

Mots clés : Maserati | Indy | 4200 | V8 | GT | Modène | Trident | Coupé | GT Sport | Grand Tourisme | MASERATI | INDY | GRAND TOURISME | COUPE

CATALOGUES – BROCHURES – PROSPECTUS

TOP Ligne raffinée et sportive ǀ Confort ǀ Performances ǀ V8 ǀ Agrément de conduite ǀ Présentation intérieur ǀ Polyvalence (2+2) ǀ Position de conduite (siège et direction réglable) ǀ Visibilité 360° ǀ Tenue de route efficace ǀ Direction ǀ Equipement de série ǀ douceur des commandes FLOP Tarif ǀ Equipement pneumatique discutable ǀ Accès aux places AR ǀ Carrosserie vulnérable dans un usage urbain ǀ Endurance freinage ǀ Poids ǀ Gabarit à appréhender

Fiche Technique

Marque :
Gamme :
Année :
PA – Prix neuf :
Moteur :
Puissance :
Couple :
Suralimentation:
Transmission :
Poids (RPP) :
Freins :
Roues :
Performances :
Maserati
Indy
1968
24 CV –96 000 FF
8 cylindres en V à 90° 16 soupapes (2×2 ACT) –4 136 cm3
260 ch à 6 000 tr/mn (62,86 ch/litre)
382 Nm à 4 000 tr/mn (92,36 Nm/litre)
non
propulsion + BV5 manuelle ZF
1 584 kilos (6,09 kg/ch)
2 disques pleins AV et 2 disques pleins AR
jantes alu 14″ + pneus en 205×14 AV et 205×14 AR
0 à 100 km/h en ND; 247 km/h, km DA en 28‘‘1

Textes : Morgan Goupil (Alis Webzine) – Photos : D.R

Maserati Indy 4200
  • Nouvelle Maserati GranTurismo Zeda Maserati franchit une nouvelle étape vers un nouveau chapitre de son histoire. La marque dévoilera une voiture spéciale, la GranTurismo Zéda, pour marquer la fin de la production de la Maserati GranTurismo. La nouvelle voiture coïncide avec l’annonce récente de la marque concernant les innovations de production, l’électrification et la conduite autonome, alors que les ...
  • Maserati 222 SR Biturbo Croyez-le ou pas, mais la saga des Biturbo ne cesse de se renouveler et se décliner. Notamment depuis la commercialisation en 1990 de la Maserati Shamal puis de la plus « populaire » (il faut le dire vite !) Racing en 1991, un nouveau visage signé Marcello Gandini a été instauré. Alors certes, le talentueux designer italien ...
  • Maserati célèbre le 50e anniversaire de la première Maserati Indy livrée à client en juillet 1969 Le 1er juillet 1969 est un jour important dans l’histoire de Maserati, puisque le premier Indy construit pour un client a quitté le siège historique de la marque Trident, via Ciro Menotti 322 à Modène, pour se rendre en Suisse. La voiture a été expédiée à l’importateur suisse de Maserati de l’époque, « Martinelli e Sonvico » ...
  • Maserati Racing Biturbo Maserati se rebiffe ? Sous l’égide d’Alejandro de Tomaso, la firme au trident semble enfin débarrassée des errements de fiabilité de la Biturbo. Il est ainsi temps de passer à l’action avec de nouveaux modèles exclusifs et ultra-performants comme la Chubasco annoncée pour plus de 400 ch et de la Shamal qui partagera le même ...
  • Maserati Biturbo Coupé – Guide Achat Après une période des plus sombres pour Maserati (cession de Citroën, dépôt de bilan), c’est l’avisé Alejandro de Tomaso qui rachète en 1975 Maserati pour une somme finalement modique tout en se faisant aider par l’état Italien. Faisant du neuf avec l’existant, il lance la conception de la Maserati Biturbo. Présentée en septembre 1981, elle ...
  • Maserati 222.4v Biturbo Fort du succès (d’estime !) de la Maserati Racing, Maserati avait dans sa manche développé de concert son pendant à moteur V6 2,8 litres biturbo 24 soupapes. Finalement, le rafraîchissement de la gamme Maserati Biturbo suit la même architecture à deux têtes qu’auparavant avec un V6 deux litres pour le marché italien afin de satisfaire ...
  • Maserati Ghibli II 2L0 Après la tonitruante mais élitiste Shamal, Maserati poursuit le développement de sa gamme Biturbo en dévoilant au salon de Turin 1992 sa nouvelle Maserati Ghibli II. Reprenant l’illustre patronyme de la GT des années 60-70, c’est néanmoins sur la base des carrosseries des Biturbo qu’est basée la nouvelle Ghibli. C’est comme de coutume dans la ...
  • Maserati Shamal Maserati sous l’égide d’Alejandro de Tomaso connait des hauts et des bas depuis sa reprise. Toute la stratégie initiale a été misée sur la Maserati Biturbo dont la vocation initiale était de concurrencer notamment BMW. Mais le sémillant argentin a de la suite dans les idées et affiche des ambitions d’expansion. Ainsi, coup sur coup, ...
  • Maserati Ghibli Tipo 115M Au salon de Turin 1966, c’est l’effervescence sur le stand Maserati ! La firme au trident sous les destinées de la famille Orsi, poursuit le développement de sa gamme Tourisme avec sa nouvelle Ghibli. Un patronyme qui reprend le nom d’un vent chaud du désert égyptien qui en dit long sur les prétentions de la ...
  • Maserati 2.24v Facelift Biturbo La très exclusive Maserati Racing a ouvert la voie en s’inspirant des codes stylistiques de la Maserati Shamal. Marcello Gandini est toujours à la table à dessin avec un budget des plus serrés. Pas étonnant donc de constater une réelle similitude d’une Maserati « Biturbo » à l’autre qui passe entre ses griffes. Si la ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. FerrariPorscheLamborghiniAston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (LotusBMW,Mercedes-BenzAudi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTIR8 GordiniVW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +2 (from 2 votes)
Maserati Indy 4200, 10.0 out of 10 based on 2 ratings
Please follow and like us:
20

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.