Porsche 911 2L4 S série E/F

Porsche 911 2L4 S série E/F

Porsche 911 2L4 S série E/F
1971 – 6 cyl. Flat 6 12V
190 ch – 230 km/h
1 075 kg

Depuis 1968, Porsche n’a de cesse d’améliorer sa voiture de sport : la Porsche 911. Empattement allongé pour une meilleure tenue de route en 1968, passage au Flat 6 de 2,2 litres en 1969 pour la série C, c’est en 1971 pour le millésime 72 que Porsche change de nouveau le Flat 6 de sa 911, afin de pouvoir mieux digérer sans perte et sans problèmes les normes de pollution américaines. La Porsche 911 série E se voit donc dotée d’un nouveau Flat 6, mais pas uniquement, mais nous y reviendrons après. La structure de gamme reste avec la même architecture : T en entrée de gamme, E avec l’injection et la S pour la variante la plus sportive. C’est cette dernière version qui a retenu notre attention ici. La Porsche 911 2L4 S série E est adepte du jeu des sept erreurs par rapport à la génération précédente. On remarque d’office le nouveau spoiler aérodynamique intégré sous le masque avant pour augmenter la portance et mieux plaquer au bitume le train avant à haute vitesse. Une nouvelle trappe sur l’aile arrière droite trompe son monde puisqu’il s’agit du remplissage du réservoir… d’huile. Gare aux erreurs à la station service ! Enfin, les butoirs de parechocs ne sont plus qu’optionnels tandis que la grille de capot est désormais noir mat, avec le logo « 2.4 » chromé fixé dessus. Pour le reste, on retrouve ce profil toujours inimitable signé Butzi Porsche, qui traverse les années avec élégance et grâce. Pas de doute, c’est toujours la Porsche 911 que l’on connaît et apprécie, avec en prime ses jantes Fuchs désormais indissociable de la GT de Zuffenhausen. Finalement, l’essentiel des nouveautés se situe avant tout derrière le conducteur…

Difficile au premier coup d’œil de déceler les nouveautés qui se cachent plus sous le capot arrière de la Porsche 911 2L4 S. Seul son spoiler avant aérodynamique met la puce à l’oreille que la Porsche 911 a pris du galon pour plus de performance sans rien sacrifier à sa polyvalence d’usage. Bien au contraire…

Porsche 911 2L4 S série E/F

La Porsche 911 2L4 S série E/F a son Flat 6 qui a pris de l’épaisseur en jouant sur la course faisant grimper la cylindrée de 2,2 à 2,4 litres. En variante S, il développe 190 ch à 6 500 tr/mn et un couple de 216 Nm à 5 200 tr/mn. Plus souple et moins bruyant, mais des performances (toujours) de premier ordre…

En devenant type 911/53, le Flat 6 (en porte-à-faux arrière évidemment) passe à 2 431 cm3 (que Porsche a dénommé 2L4 pour des raisons commerciales et marketing) par une augmentation de la course de 66 à 70,4 mm, l’alésage restant pour l’instant toujours figé à 84 mm. C’est donc tout l’équipage mobile qui a été revu pour suivre l’évolution générale : vilebrequin et bielles notamment. Ces dernières furent reprises à la Porsche 917 sauf qu’elles sont désormais en acier et non en titane comme sur la 917. La distribution par chaîne s’occupe des soupapes en tête actionnées par un arbre à cames en tête par banc de cylindre. Pour se préparer aux nouvelles normes d’émissions et à la disparition progressive du plomb dans l’essence, le taux de compression a été abaissé de 9,8 à 8,5:1, ce qui a été permis par l’augmentation de la cylindrée. L’alimentation moteur est assurée par une injection mécanique. Comme la course a été privilégiée dans l’accroissement, c’est donc sur la souplesse moteur que la puissance, et surtout le couple progressent. Le Flat 6 de la 911 2L4 S ne gagne donc « que » 10 ch par rapport à la 911 2L2 S (190 ch à 6 500 tr/mn) au même régime, mais c’est surtout le couple qui passe de 199 à 216 Nm à 5 200 tr/mn. La transmission est inédite avec une nouvelle boîte de vitesses mécanique type 915 à 4 ou 5 rapports (option), dérivée de la boîte 916 de la Porsche 908 de compétition pour mieux supporter l’accroissement des contraintes. Dans les nouveautés, on note que la grille est désormais de type « H » pour les quatre premiers rapports, la première n’étant plus en bas à gauche au grand dam des clients et puristes. Pour les amateurs d’automatisme, la boîte Sportomatic type 925 (revue aussi pour supporter le nouveau couple du Flat 6 2,4 litres) est disponible en option. Avec un poids général de 1 075 kilos, la Porsche 911 2L4 S se dispense d’autobloquant mais s’autorise des performances de très haut niveau : 0 à 100 km/h en 7’’0; 230 km/h, km DA en 27‘‘2. Voilà qui cause, néanmoins avec moins de voix du Flat 6 dans l’habitacle. En effet ce dernier, plus disponible en bas dans les tours , permet de réduire un peu le niveau sonore, sans pour autant perdre en caractère. La consommation reste soutenue et avec son réservoir de 69 litres l’autononomie est trop juste. Le recours au réservoir optionnel de 85 litres n’est donc pas superflu. Les liaisons au sol ont peu évolué. On retrouve donc assez logiquement la coque autoporteuse qui reçoit les quatre roues indépendantes avec des bras oscillants transversaux et barres de torsion transversales avec jambes élastiques (amortisseurs hydrauliques et télescopiques). Les amortisseurs Boges peuvent être remplacés par des Koni ou Bilstein à la demande des clients. Les jantes sont en alliage 6J x 15 et montées en pneumatiques de 185/70 VR15. Le freinage à quatre disques, ventilés, est largement dimensionné (282×20 mm AV et 190×20 mm AR), et se signale par sa vigueur et son endurance. Au prix il est vrai, d’un mollet d’acier, car i lest dépourvu d’assistance de freinage. La direction à crémaillère sans assistance est précise et ferme. Dommage qu’il y a toujours ce mouvement pendulaire en son point milieu. Pas agréable, mais on s’y fait. La tenue de route se distingue par son excellence et son compromis remarquable confort et tenue en courbe. Evidemment, dès

Porsche 911 2L4S série E/F

La Porsche 911 2L4 S série E/F reste toujours une référence en matière de voiture de sport. Certes elle demande un mode d’emploi dans ses retranchements, mais force est de constater une polyvalence d’usage fantastique qui est unique sur le marché.

que le rythme s’accélère, le caractère sousvireur qui passe soudainement au survireur demande un peu de doigté et savoir faire. Mais une fois le mode d’emploi assimilé, c’est diablement efficace. Prudence sur le mouillé ou sol gras en revanche… L’habitacle est une pure réussite. Position de conduite impeccable, ergonomie du poste de pilotage parfaite, équipement de série et instrumentation fourni, finition haut de gamme. Tout au plus peut-on regretter une austérité trop sérieuse, mais au moins ça passe les années avec grâce et efficacité. Les petites places d’appoints arrière sont précieuses, et peuvent se transformer pour recevoir un complément de bagages. Le confort à bord est notable, seuls les bruits aérodynamques étant désormais plus audibles avec la baisse de sonorité du Flat 6…

Notre avis
emoticonLa Porsche 911 2L4 S série E est la synthèse de ce qui se fait de mieux. A croire que Porsche a su pousser tous les curseurs dans chaque domaine jusqu’au maximum idéal sans aller au-delà. Moins radicale que des impétueuses GT italiennes, plus pratique et utilisable au quotidien, la Porsche 911 2L4 S Série E offre un véritable récital, et dès que le rythme s’accélère, elle rappelle à tous qu’elle est une authentique et véritable voiture de sport. Aussi à l’aise au casino, devant les palaces, que sur les petites routes tourmentées, sans oublier les circuits. C’est cela la Porsche 911 : « LA » référence des voitures de sport ! Porsche le sait que trop bien et le facture très cher…

Autres versions :
Porsche 911 série E

Les Rivales :
GT Sport 1970, 1971

  • Alfa Romeo Giulia 2000 GT VeloceAlfa Romeo Giulia 2000 GT Veloce
    Depuis 1963, l’Alfa Romeo Giulia « coupé Bertone » comme l’appellent ses fans, n’a eu de cesse d’évoluer. De 1 300 cm3 à 1 779 cm3 (appelée 1 750 en hommage aux Alfa Romeo du passé), rapidement la gamme s’est scindée en deux familles : la Junior en guise d’accessit, et GT Veloce pour les variantes de pointe. Depuis 1969, malgré un dessin d’un équilibre subtil mariant charme et sport, le coupé Giulia a inauguré un nouveau visage : exit ...
  • Alfa Romeo MontrealAlfa Romeo Montreal
    Après l’exposition universelle de Montréal en 1967 et le très beau concept car tracé par Marcello Gandini pour le compte de Bertone, Alfa-Romeo tient le public en haleine avec la présentation en mars 1970 à Genève de la version définitive routière. Entre le proto de l’expo et la version finale les différences sont nombreuses. Certes, on retrouve tous les détails de style comme les phares avant à demi-escamotés derrière des persiennes élégantes à souhait. Une ces dernières fois relevées, le ...
  • Alpine A110 1300 GAlpine A110 1300 G
    On peut juger la Berlinette Alpine 1300 S et son magique moteur Mignotet de 106 ch trop pointu. Et l’arrivée de la R8 Gordini 1300 annoncée pour juin 1966 va donner une belle occasion à Alpine de donner le moteur phare qui lui manquait pour faire le gros de son volume de vente : ni trop pointu, ni dépourvu d’âme sportive. Une mécanique que l’on trouve également sous le capot arrière de la Matra Jet 6. Extérieurement, difficile de différencier ...
  • Alpine A110 1300 SAlpine A110 1300 S
    Trop modeste la mécanique de l’Alpine A110 1100 ? Après avoir étrenné le moteur de la Renault Dauphine à ses débuts, puis celui de la Renault 8 Gordini, Jean Rédélé a missionné Marc Mignotet pour concevoir un 1300 cm3 en partant du 1100 Gordini. Pas de doute, avec ce millésime 1966 dopé par le quatre cylindres sur mesure qui développe 106 ch, la légère et déjà terriblement agile Alpine Berlinette va faire des étincelles. Extérieurement, il est difficile de faire ...
  • Alpine A310 1600 VE (A310 VE)Alpine A310 1600 VE (A310 VE)
    A Dieppe l’enjeu est de taille à la fin des années 60. Il faut sortir de l’artisanat pour pérenniser les méthodes, la qualité, mais aussi aller chercher des volumes additionnels pour gagner plus d’argent. Jean Rédélé a un objectif, devenir en quelque sorte le « Porsche français ». La berlinette A110 a fait son temps, malgré une immense cote d’amour, et en 1971 l’Alpine A310 1600 VE vient apporter une nouvelle réponse bleu-blanc-rouge. Une ligne aiguisée due à Yves Legal, ...
  • Datsun 240Z S30 FairladyDatsun 240Z S30 Fairlady
    Sous l’égide de Ukyo Katayama, Nissan et sa marque Datsun sont en pleine ébullition depuis 1963 avec les Sport Series. « Mister. K », comme est surnommé le président de Nissan Motors USA, demande à développer un coupé qui viendrait concurrencer les constructeurs européens et américains sur ce marché ce marché juteux nord américain. Terminé les roadsters sportifs ! C’est sous la forme d’un coupé type Grand Tourisme compacte que la saga « Fairlady » se poursuit. Le designer maison ...
  • Dino 246 GTDino 246 GT
    Depuis 1965, Enzo Ferrari sous sa marque Dino a cédé à la pression des anglais avec l’étude d’un V6 compact d’une part, et de l’implantation en position central arrière. Après plusieurs expérimentations tant en compétition, que dans le développement d’une berlinette de route, c’est finalement en 1967 que la Dino 206 GT est dévoilée pour être commercialisée au compte-gouttes jusqu’en 1969. Au salon de Genève, en mars de la même année, Ferrari monte d’un cran et profite du réalésage du ...
  • Jaguar Type E V12 Série 3Jaguar Type E V12 Série 3
    Depuis 1961, la Jaguar Type E dessinée par Malcom Sayer, promène son allure féline, élégante et sportive sur les routes. Pour cette année 71, c’est le grand chambardement dans la gamme Type E avec la série 3 : V12, carrosserie 2+2 pour le coupé, et dimensions revues. Scandale ?! Un peu oui, car ce qui saute d’emblée aux yeux est le look revu d’une ligne au départ exceptionnellement équilibrée et qui devient dénaturé par trop de changements. A commencer par ...
  • Ligier JS2Ligier JS2
    La Ligier JS2 a déjà connu une sacrée genèse orchestrée par un homme au fort caractère : Guy Ligier. Ancien rugbyman, et pilote automobile, était surtout très lié d’amitié avec le regretté Jo Schlesser. Ce dernier décédé en F1 au volant de sa monoplace Honda RA302 au GP de France 1968 (Rouen), va amener Guy Ligier à donner les initiales de son défunt ami (J.S.) à tous les véhicules compétition et série qu’il produira à Vichy. Une première approche en ...
  • Maserati Bora 4L7Maserati Bora 4L7
    L’ingénieur en chef de Maserati, le célèbre Giulio Alfieri, s’est lancé un défi à la fin des années 60. Concevoir une nouvelle GT à moteur central arrière, mais avec pour obsession le maintien de l’esprit Grand Tourisme : à savoir un minimum de confort et de luxe. Une démarche qui est initiée alors en pleine période Citroën puisque la firme du Quai de Javel a racheté Maserati en 1968. La Maserati Bora est ainsi développée sous le patronage de Citroën ...
  • Porsche 911 2L4 S série E/FPorsche 911 2L4 S série E/F
    Depuis 1968, Porsche n’a de cesse d’améliorer sa voiture de sport : la Porsche 911. Empattement allongé pour une meilleure tenue de route en 1968, passage au Flat 6 de 2,2 litres en 1969 pour la série C, c’est en 1971 pour le millésime 72 que Porsche change de nouveau le Flat 6 de sa 911, afin de pouvoir mieux digérer sans perte et sans problèmes les normes de pollution américaines. La Porsche 911 série E se voit donc dotée ...

Avant d’acheter
Avec toutes ses évolutions successives depuis 1963, la Porsche 911 offre un dédale de possibilités et de générations avec des évolutions intermédiaires. La Porsche 911 2L4S appartient aux générations Séries E et F, disponible en Targa et en Cabriolet. De 1971 à 1973 on compte donc 1 914 exemplaires 911 2L4 S Targa et 3 180 exemplaires de 2L4 S Coupé (total toutes carrosseries confondues de 4 094 exemplaires. Avec les modèles vendus aux USA il faut donc s’armer de patience pour trouver un exemplaire à vendre en Europe, à fortiori en France (à rapprocher des 16 933 exemplaires de 911 2L4 T en entrée de gamme et 4 406 exemplaires de 911 2L4 E avec injection). A noter qu’entre la série E et F quelques détails ont évolué comme la trappe du réservoir d’huile qui après avoir été placée (un choix peu judicieux à vrai dire) sur le flanc arrière a été replacée sous le capot, ou encore les bras arrière qui en passant d’acier à aluminium ont accru légèrement l’empattement. Côté fiabilité, la Porsche 911 2L4 S est réputée pour être très robuste et les gros kilométrages ne lui font pas peur. Comme toujours, c’est avant tout une auto complète et à l’entretien prouvé qu’il faut privilégier car ensuite les frais de remise en état sont prohibitifs et une restauration bien plus onéreuse que la valeur marché. Il n’est pas rare de voir des suintements moteurs (pas très grave), ou une sellerie qui s’abîme avec le temps. C’est souvent le bac de portière passager, du fait de l’absence de poignée de porte intérieur, qui fait office de et casse. Les vrais gros points à inspecter sont les traces de corrosion et les traces de chocs mal réparés.
Entretien : tous les ans ou tous les 20 000 km ou 12 mois.

Mots clés : Porsche | 911 | Carrera | 2L4 | 2.4 | S | Série E | Série F | Flat 6 | GT | Grand Tourisme | Weissach | Zuffenhausen | Coupé Sport | Fuchs | PORSCHE 911 2L4 S SERIE E/F | COUPE SPORT | GRAND TOURISME

CATALOGUES – BROCHURES – PROSPECTUS

 

TOP Performances ! ǀ Flat 6 superbe ǀ Finition intérieur ǀ Position de conduite/dessin des sièges ǀ Silhouette déjà classique ǀ Polyvalence d’usage ǀ Instrumentation ǀ Confort préservé ǀ Ergonomie à bord ǀ Tenue de route plus accessible ǀ Freinage indestructible ǀ Direction plus précise ǀ Etagement de boîte ǀ Bruit à bord plus supportable FLOP Consommation ǀ Prix ǀ Conduite délicate aux limites ǀ Effets pendulaires dans la direction ǀ Effort à la pédale de frein en usage usuel (pas d’assistance) ǀ Places arrière symboliques ǀ Sièges fermes ǀ Pédalier peu propice au talon-pointe ǀ Intérieur triste ǀ Agilité en baisse ǀ Commande de boîte lente ǀ Absence d’autobloquant ǀ Bruits aérodynamiques plus présents

Fiche Technique

Marque :
Gamme :
Année :
PA – Prix neuf :
Moteur :
Puissance :
Couple :
Suralimentation:
Transmission :
Poids (RPP) :
Freins :
Roues :

Performances :

Porsche
911 2L4 S Série E/F
1971
13 CV – 66 500 FF
6 cylindres à plat (Flat 6) 12 soupapes (2×1 ACT) – 2 341 cm3
190 ch à 6 500 tr/mn (81,16 ch/litre)
216 Nm à 5 200 tr/mn (92,27 Nm/litre)
non
Propulsion + BV5 manuelle (BVA Sportomatic en option)
1 075 kilos (5,66 kg/ch)
2 disques ventilés AV et 2 disques ventilés AR
jantes alu Fuchs 15″ + pneus en 185/70 VR15 AV et 215/60 VR15 AR
0 à 100 km/h en 7’’0; 230 km/h, km DA en 27‘‘2.

Textes : Klaus Fuchs (Alis Webzine) – Photos : D.R

Porsche 911 2L4 S série F
Porsche
  • Nouvelle Porsche 911 T-Hybrid type 992
    Le modèle iconique de la marque franchit un nouveau cap. Porsche propose en effet la nouvelle 911 Carrera GTS, le tout premier modèle 911, homologué pour la route, doté d’un système d’hybridation haute performance et optimisé en poids. Avec ses 3,6 litres de cylindrée, le nouveau groupe motopropulseur innovant offre des performances encore améliorées. La ...
  • Porsche 911 E 2.0
    Depuis le salon de Francfort 1963, la Porsche 901… pardon 911 (!), s’est posée en GT de référence chez les voitures de sport. Forte en caractère, elle a su imposer sa solution technique particulière (porte-à-faux AR) et sa bouille inimitable héritée des Porsche 356. En 1968, pour améliorer la tenue de cap en ligne droite, ...
  • Porsche 944 Turbo 951
    Après des participations concluante en endurance début 80 de la Porsche 924 GTP, véritable laboratoire de la Porsche 944 Turbo, à Weissach on dévoile l’offensive « Turbo » pour sa 944 en 1985. Véritablement revue intégralement, et nettement plus performante que les Porsche 944 et 944 S, la version Turbo profite d’un faciès plus carré ...
  • Porsche 928 GTS
    Lorsque Porsche dévoilait la 928 en 1979, le contexte était délicat (chocs pétroliers) et la puissance avait été amputée. Démarrage complexe avec pour mission de remplacer la Porsche 911. En 1992, la Porsche 911 est plus que jamais en croissance, et Porsche opère par retouche à sa GT qui était révolutionnaire. Passage à 5,4 litres ...
  • La voiture électrique la plus rapide de Zuffenhausen
    Lars Kern, pilote de développement chez Porsche, s’est surpassé sur le Nürburgring : il a parcouru la Boucle Nord en 7:07,55 minutes au volant d’un Taycan de présérie. Il améliore ainsi de 26 secondes le record qu’il avait établi en août 2022 au volant d’un Taycan Turbo S équipé d’un pack performance. « En sport automobile, ...
  • Nouvelle Porsche 912 KAMManufaktur Carbon
    La société KAMManufaktur, basée à Budapest, porte l’emblématique voiture de sport 912 à de nouveaux niveaux de performance et de facilité d’utilisation, sans perdre son allure classique et son style de conduite analogique. Lancée en 2022, la KAMM 912c a été très appréciée dans le monde entier pour son mélange de hautes performances et de légèreté. ...
  • Nouvelle Theon Design Porsche 911 1992 964 C2 GBR002
    Theon Design a dévoilé sa dernière Porsche 911 (964) personnalisée, la deuxième pour un client britannique. Finie en vert chêne métallisé classique avec des rayures « fantômes » foncées, des éléments chromés satinés et des jantes de 18 pouces de style Fuchs assorties, elle illustre une fois de plus le respect de Theon pour l’éthique de Porsche. ...
  • Nouvelle Porsche 914 Restomod de Fifteen Eleven Design
    Près de trois ans après avoir annoncé le projet, la société de construction et de restauration de voitures de prestige Fifteen Eleven Design a ouvert le carnet de commandes de sa Porsche 914 sur mesure, une recréation contemporaine de la voiture classique refroidie par air. L’entreprise, basée à Bakewell, dans le Derbyshire, est la branche classique ...
  • Sacrilege Motors dévoile sa première Porsche 911 Classic 100% électrique reconversion
    Sacrilege Motors, un studio de restauration et de conversion électrique sur mesure, dévoilera sa première Porsche 911 commandée sur la Concept Lawn du Concours d’Elégance de Pebble Beach. Sacrilege Motors est la première entreprise de restauration et de conversion électrique qui se consacre à l’évolution de la Porsche 911 classique en préservant ses sensations de ...
  • Nouvelles Porsche 911 S et 911 T type 992
    Porsche célèbre les 60 ans du modèle emblématique de la marque en proposant une édition spéciale de la 911 conçue pour un plaisir de conduire absolu. Produite en 1 963 exemplaires, la Porsche 911 S/T se caractérise par une conception optimisée en poids et une expérience de conduite à l’état pur. Pour la première fois, ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. FerrariPorscheLamborghiniAston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (LotusBMW,Mercedes-BenzAudi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTIR8 GordiniVW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Porsche 911 2L4 S série E/F, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.