Ferrari 412

ferrari-412i-6

Ferrari 412
1985 – V12 24V
340 ch – 250 km/h
1 885 kg

Classique parmi les classiques de Maranello, la saga des Ferrari 2+2 nées « 365 » en 1972 (déjà !) est devenue « 400 » avec un V12 en évolution, puis adopte l’injection pour satisfaire aux normes antipollutions américaines en 1979. Seulement au passage la belle GT italienne doit sacrifier 30 ch de sa puissance. Sacrilège ?!… Avec l’arrivée de la sculpturale Ferrari Testarossa dans la gamme, la Ferrari 400i semble d’un autre temps. Pour autant, le dessin de Pininfarina de 1972 conserve une superbe élégance que peu de Grand Tourismes peuvent revendiquer. Alors Ferrari renvoie son carrossier attitré à sa planche à dessin pour donne un coup de jeune à l’égérie 2+2 de Maranello qui pour le coup s’appelle désormais Ferrari 412. Pour cette année 1985, la Ferrari 412 se lance dans sa dernière ligne droite d’une carrière riche et bien remplie. Et pour l’occasion, Pininfarina a subtilement retravaillé proues et poupes. On note ainsi des boucliers redessinés, plus enveloppants, des clignotants avant blancs tandis que la malle arrière est légèrement réhaussée, et les échappements intégrés au bouclier. Preuve d’une certaine antériorité et voulant jouer dans la catégorie luxe, les chromes restent abondants, en témoignent les entourages de vitres ou encore les très belles poignées de portes. Cela rend d’autant plus incongrus ces rétroviseurs en plastiques, certes aérodynamiques, mais franchement pas en harmonie avec le reste de l’auto. Elancée avec 4,8 mètres de long pour 1,3 mètres de hauteur, la Ferrari 412 dispose de jantes Cromodora alu 16 pouces à cinq branches, comme les autres modèles contemporains de la gamme tourisme de Maranello.

Dernier baroud d’honneur pour la Ferrari 412 qui retrouve un regain de forme et s’adapte au reste de la gamme Ferrari du moment. Ouf ! Sa grâce et son élégance naturelles restent intactes alors que le moteur joue la 12e symphonie…

Alors que depuis la Ferrari Berlinetta Boxer (BB) un 12 cylindres à plat vient cohabiter, la Ferrari 412 reste fidèle au V12 « classique » de Maranello. Classique car son origine remonte à 1963. Une pièce de choix qui confère une âme et une sonorité unique agrémentant la conduite de l’heureux propriétaire d’une Ferrari 412. Tout alu, ce V12 avec son angle à 60° a vu sa cylindrée accrue en passant de 4 823 à 4 943 cm3 avec l’allongement de l’alésage de 1 mm. Au passage, le rapport volumétrique est passé de 8,8 à 9,6 suite au dessin inédit des nouveaux pistons et des chambres de combustion. Les deux culasses abritent une distribution à double arbres à cames en tête par rangée de cylindres animant les 24 soupapes via des chaînes de distribution. Pas de courroie crantée, la Ferrari 412 fait de la résistance. Ce V12 fait un étalage de techniques évoluées comme les chemises en fonte calées dans le bloc en Silumine renforcé de Cermental. L’alimentation a été également repensée avec un filtre à air plus large, une nouvelle gestion électronique Microplex Magnetti-Marelli et deux unités d’injection Bosch K-Jetronic (une par rangée de cylindres). Résultat, le V12 retrouve des couleurs avec une puissance de 340 ch à 6 000 tr/mn et un couple qui grimpe à 444 Nm dès 4 200 tr/mn. Des valeurs qui permettent de revenir au même niveau que le V12 à carburateurs. La boîte manuelle est à 5 rapports et se singularise par un maniement plus que viril à froid. Une fois l’huile en température, cette dureté s’estompe. Toutefois si vous n’êtes pas fan de l’embrayage (même s’il est à bi-disques renforcés sur la 412), vous pouvez céder aux sirènes de l’automatisme avec la boîte auto à 3 rapports d’origine GM. Les performances sont d’autant plus étonnantes que la Ferrari 412 malgré sa puissance est lourde (1,8 tonnes !). Histoire de maîtriser un tantinet la fougue du V12 sur les seules roues arrière, un autobloquant à lamelles ZF taré à 40% est de série. Tablez sur une vitesse maxi de 250 km/h (245 km/h avec la BVA) tandis qu’en moins de 7 secondes vous serez déjà à 100 km/h depuis l’arrêt, tandis que la borne kilométrique est effacée en 26’’4. La Ferrari 412 ne manque assurément pas de souffle. Classique coque autoporteuse, la Ferrari 412 profite de trains roulants dignes des meilleures berlinettes de sport de Maranello sous la forme de doubles triangles superposés aux quatre roues. L’avant profite de combinés ressorts-amortisseurs, tandis que l’essieu arrière soigne le confort des occupants avec des doubles amortisseurs et un correcteur d’assiette hydropneumatique pour garantir une assiette stable. L’ensemble reçoit des barres antiroulis sur les deux essieux. Le boîtier de direction à vis et galet signé ZF est assisté. Le freinage, toujours à quatre disques ventilés, est désormais assisté d’un ABS Bosch. Enfin, côté pneumatiques, selon les marchés les jantes alu Cromodora sont montées en 245/55 VR16 ou en Michelin TRX 240/55 VR415 AV et AR. L’ensemble est lourd, mais équilibré (merci la répartition des masses idéales 51,5% AV/48,5% AR), et finalement efficace sans pour autant sacrifier une once de confort. La tenue de cap par vent latérale est en revanche plus problématique. L’habitacle évolue par petites touches. L’accès aux places arrière est toujours acrobatique et l’espace aux jambes mesuré. La finition se distingue par un soin particulier avec moquettes épaisses et cuir de qualité. Seul regret, que la grille métallique « Ferrari » pour la boîte soit absence avec en échange un soufflet en cuir assez banal. L’équipement de série est ultra-complet. Dans les modifications on appréciera le nouveau volant Momo, les appuie-têtes intégrés aux dossiers et la redistribution des boutons sensitifs qui remplacent les anciens basculeurs.

Notre avis
Logo_GDS_sanstexteLa Ferrari 412 enfonce le clou et s’érige définitivement en classique d’exception dans le monde très fermé des GT 2+2. Plus performante encore, mieux finie et réactualisée dans son style sans pour autant dénaturer une ligne élégante et sobre, la Ferrari 412 s’appuie en outre sur son fabuleux V12. Sonore, harmonieux, coupleux et élastique, il confirme qu’une véritable GT se doit d’avoir un cœur et une âme noble. Le sans faute ? Côté mécanique assurément, pour qui accepte le compromis d’une GT qui hésite entre luxe et sport au prix d’un gabarit et poids conséquents. Et parmi ses rivales, la Ferrari 412 est en outre une des rares à proposer une transmission classique à boîte manuelle…

Autres versions :

Les Rivales :

  • Alpina B7 Turbo Coupé E24 alpina-b7turbo-coupe-e24-1978-8Depuis les années 60, à Buchloe, fief d’Alpina, on se fait fort de donner du tonus aux BMW. La BMW série 6 (E24), n’échappe pas à cette tradition et profite même d’une déclinaison exceptionnelle : l’Alpina B7 Turbo de 300 ch. Chez BMW Motorsport, la M635 CSi, quelques années plus tard, a préféré une solution ...
  • Aston-Martin Virage 1989 astonmartin-virage-4Figée depuis les années 70, Aston Martin renaît enfin sous les bons soins de la Ford Motor Companie. Présentée au salon de Birmingham en 1988, il faut attendre 1990 pour apprécier l’Aston Martin Virage dans les show-rooms Aston Martin. La ligne d’origine des Aston DBS et V8 a été revisitée avec plus de rondeurs. Elancée ...
  • BMW 635 CSi E24 1978 bmw-635csi-e24-1978-6_0En 1976, BMW renouvelle ses coupés 3.0 CS et CSI. Mais c’est un peu la douche froide pour les amateurs de l’hélice car les BMW 630 CS et 633 CSI jouent plus la carte cossue et confort que celle du sport. Mais en 1978, BMW a vite fait de nous rassurer avec l’adoption du 6 ...
  • BMW 635 CSi E24 1982 bmw-635csi-e24-1982-4En juillet 1982, BMW revoit quelques détails sur son coupé série 6 (E24). Anciennement basé sur la Série 5 E12, c’est désormais la série 5 E28 qui sert de donneuse d’organes. Le 6 en ligne est ainsi légèrement revu dans sa partie haute mais conserve les mêmes prestations. L’esthétique est légèrement revue, notamment sa poupe, ...
  • BMW 850i E31 bmw-850i-e31-7Deux années de disettes chez BMW depuis l’arrêt fin 1988 de la lignée des coupés Série 6 E24 avec ses 635 CSI et M635 CSI. Une attente justifiée par le travail « kolossal » opéré par BMW : tout est nouveau ! Partis d’une page blanche, même la structure et la base de la Série ...
  • BMW M635 CSi E24 bmw-m635csi-e24-1984-6En 1984, BMW dévoile un coupé 635 CSI qui sort de ses ateliers Motorsport. Pas de doute, la BMW M635 CSI (baptisée aussi M6 aux USA) annonce fièrement la couleur du sport avec une présentation tapageuse : spoiler AV proéminent, passages d’ailes, becquet de malle AR plat, jantes TRX… Le capot abrite le 3,5 litres ...
  • Ferrari 412 ferrari-412i-1Classique parmi les classiques de Maranello, la saga des Ferrari 2+2 nées « 365 » en 1972 (déjà !) est devenue « 400 » avec un V12 en évolution, puis adopte l’injection pour satisfaire aux normes antipollutions américaines en 1979. Seulement au passage la belle GT italienne doit sacrifier 30 ch de sa puissance. Sacrilège ...
  • Maserati 222 E Biturbo 222E-1Difficile de suivre la saga des Maserati Biturbo tant le propriétaire de la marque, le passionné et fort en caractère Alejandro de Tomaso joue avec les différents éléments de son puzzle industriel sous le signe du Trident. Coupé, Spyder, berline, trois empattements, plusieurs V6 biturbo (2,0 ; 2,5 ; 2,8)… pas évident de s’y retrouver. ...
  • Maserati 228 Biturbo maserati-228i-biturboLes Maserati Biturbo ont connu moult variantes : berlines, coupés et spyders. Mais dans cette généalogie complexe, à l’image de son patron d’alors, Alejandro de Tomaso, un coupé va vite être la grande oubliée : la Maserati 228. Basée sur la berline Biturbo, mais dotée d’une carrosserie de coupé cossu, la Maserati 228 reçoit le ...
  • Mercedes-Benz 500 SEC W126 mercedes-benz-500sec-w126-6Après un coupé SLC controversé sur sa plastique, Mercedes-Benz profite de la sortie de sa limousine Classe S W126 pour en extrapoler un coupé aux lignes élégantes et très équilibrées dans la même veine que son ancêtre des années 60 et 70 dessinée alors par Paul Bracq. Outre le « petit » V8 3,8 litres ...

Avant d’acheter
De 1985 à 1989 576 exemplaires de Ferrari 412 ont été produits, à mettre en perspective avec les 2 809 Ferrari 365/400/412 produites toutes versions de 1972 à 1989. La Ferrari 412 a donc connu un succès d’estime et il est donc logique d’en trouver moins d’exemplaires dans les petites annonces que ses sœurs berlinettes deux places jugées plus sexy et plus désirables. Mais prenez votre temps car l’achat d’une Ferrari 412 ne se fait pas à la va-vite. Impensable en effet de se précipiter et d’acheter la première venue. Il faut plus acheter un historique et un entretien officiel et limpide qu’une auto. La Ferrari 412 retenue devra donc avoir été entretenue avec suivi (tous les 10 000 km vidange et 20 000 km révision). Dans les bonnes nouvelles, la Ferrari 412 est équipée de chaînes de distribution et pas de courroies. Cette opération gonfle sacrément la note chez votre spécialiste Ferrari. L’auto convoitée (les Ferrari roulant peu) devra avoir au sa distribution refaite tous les 4 ans à minima. Faites le compte ! La corrosion n’est pas rare, surtout si des réparations suite à un choc ont été faites par des « amateurs ». L’électricité peut se révéler fantaisiste avec le temps. Enfin le prix des pièces reste très élevé pour lesquels il faut se préparer à lâcher une grosse somme. Vous l’aurez compris, acheter une Ferrari 412 nécessite un budget entretien et fonctionnement à la hauteur de l’étiquette Ferrari. Et si vous en doutiez encore, tout le monde n’a pas les moyens de ses ambitions dans ce domaine. Fuyez ainsi les exemplaires issues de mains pas assez argentées et à l’entretien négligé, faute de quoi les frais de remise en état pour rouler avec sérénité seront vite décourageant et proche de la cote de l’engin.
Entretien : vidange tous les 10 000 km ou tous les ans ; entretien tous les 20 000 km.

Mots clés : Ferrari | 412 | V12 | 4L9 | 2+2 | Quattrovalve | Maranello | Commendatore | Cavallino Rampante | GT | Grand Tourisme | FERRARI | 412 | COUPE 2+2 | GRAND TOURISME

TOP Concept 2+2 ǀ Blason Ferrari ǀ V12 d’exception au pedigree historique ǀ Freinage ǀ Plaisir de conduite ǀ Confort ǀ Habitabilité ǀ Finition ǀ Tenue de route ǀ Polyvalence d’usage ǀ Equipement de série ǀ Performances ǀ Autobloquant de série FLOP Prix ǀ Difficile de passer inaperçu ǀ Poids ! ǀ Fermeté de la boîte à froid ǀ Consommation ǀ Image ? ǀ Tenue de cap par vent latéral ǀ Poids ǀ Esthétisme daté ? ǀ Gabarit ǀ Boîte auto à 3 rapports seulement

Fiche Technique

Marque :
Gamme :
Année :
PA – Prix neuf :
Moteur :
Puissance :
Couple :
Suralimentation:
Transmission :

Poids (RPP) :
Freins :
Roues :

Performances :

Ferrari
412
1985
34 CV – 692 000 FF
12 cylindres en V 24 soupapes (2×2 ACT) –4 943 cm3
340 ch à 6 000 tr/mn (68,78 ch/litre)
444 Nm à 4 200 tr/mn (89,82 Nm/litre)
non
propulsion + BV5 manuelle (BVA 3 option) + autobloquant à lamelles AR
1 885 kilos (5,54 kg/ch)
2 disques ventilés AV et 2 disques ventilés AR+ ABS Bosch
jantes alu 16″ + pneus en 245/55 VR16 AV et 245/55 VR16 AR (Michelin TRX 240/55 VR415 AV et AR)
0 à 100 km/h en 6‘‘7; 250 km/h, km DA en 26‘‘4

Textes : Morgan Goupil (Alis Webzine) – Photos : D.R

Ferrari 412i
  • Ferrari 308 GTB Quattrovalve QV Depuis 1975 Ferrari règne en maître sur le petit monde des berlinettes à moteur central arrière avec sa Ferrari 308 GTS/GTB. Mais au fil des années, l’injection a remplacé les carburateurs et la carrosserie a troqué le polyester pour de l’acier dès 1977 en Europe (1976 aux USA). Plus de poids sur la balance et ...
  • GP F1 Silverstone 2017 – 16 juillet Silverstone le temple de la vitesse et aussi un circuit qui réussit à d’illustres champions de Formule 1 comme Alain Prost, Nigel Mansell, Jim Clark ou encore un certain Lewis Hamilton… Renault profite de l’occasion pour célébrer ses 40 ans de présence en Formule 1 avec l’apparition de la RS01 première F1 à inaugurer le ...
  • GP F1 Red Bull Ring 2017 – 9 juillet Chaque année désormais, le Red Bull Ring en Autriche fait la joie des pilotes par son tracé vallonné et les sensations de pilotage qu’il prodigue. Seulement voilà, depuis qu’il est revenu au calendrier de Formule 1, les courses sont tout sauf passionnantes. La faute à des pneus Pirelli qui ne permettent pas d’attaquer outre mesure. ...
  • Ferrari 412 Classique parmi les classiques de Maranello, la saga des Ferrari 2+2 nées « 365 » en 1972 (déjà !) est devenue « 400 » avec un V12 en évolution, puis adopte l’injection pour satisfaire aux normes antipollutions américaines en 1979. Seulement au passage la belle GT italienne doit sacrifier 30 ch de sa puissance. Sacrilège ...
  • GP F1 Azerbaidjan 2017 – 25 juin Chaud bouillant à Bakou ! Voilà un rendez-vous peu commun pour les écuries de Formule 1. Rues étroites mais grosses vitesses de pointe avec de sacrées liges droites. Et surtout des gommes Pirelli qui peinent à chauffer et monter en température. Résultat, tout le talent des pilotes est mis à profit de la gestion des ...
  • 24 heures du Mans 2017 – Porsche vainqueur ! Pour cette 85e édition des 24 Heures du Mans, le programme était des plus alléchants. Certes, la défection d’Audi suite au « diesel Gate » dans le groupe VAG avait laissé craindre moins de concurrence et suspense dans la catégorie reine (LMP1). Mais force est de constater qu’à la suite d’une course mouvementée, le suspense a été ...
  • GP F1 Montreal 2017 – 11 Juin Le circuit de Montreal est un pur circuit de grip mécanique. Ici il faut freiner et utiliser son art du pilotage avec la technique et la mécanique pour aller vite. Quelques difficultés avec certaines chicanes assez costauds, des longues lignes droites et des Grand Prix généralement pas avares de sorties de pistes et de rebondissements. ...
  • GP F1 Barcelona 2017 – 14 Mai Toute le petit monde de la Formule 1 attend avec impatience le grand prix de Barcelone jugé par tous les spécialistes comme le circuit étalon. Si on est bon et performant à Barcelone et que la monoplace fonctionne bien, on sera bien partout ailleurs. Les qualifications apportent ainsi quelques réponses à cette maxime avec des ...
  • Ferrari Mondial 3L2 Depuis 1980 Ferrari tente de convaincre dans le rayon des coupés 2+2 avec sa Mondial. Une tentative déjà peu concluante commercialement avec la Dino 308 GT4 dans les années 70 avec Bertone aux crayons. Ferrari a depuis renoué avec Pininfarina, mais force est de constater que si le designer italien favori d’Enzo Ferrari s’en tire ...
  • GP F1 Sotchi 2017 – 30 avril Ferrari arrive sur les terres russes, dans l’ancien complexe des JO d’hiver avec de grosses ambitions et un regain de forme appréciable pour l’intérêt du championnat du monde de Formule 1. Les Mercedes GP si dominatrices la saison dernière ont perdu de leur superbe, notamment dans la gestion des pneumatiques alors que la Ferrari fait ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. FerrariPorscheLamborghiniAston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (LotusBMW,Mercedes-BenzAudi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTIR8 GordiniVW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (3 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +3 (from 3 votes)
Ferrari 412, 10.0 out of 10 based on 3 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *