Ferrari Testarossa

ferrari-testarossa-24

Ferrari Testarossa
1984 – 12 cyl. à plat (Boxer) 48V
380 ch – 290 km/h
1 500 kg

En ce salon de Paris en septembre 1984, le public est tombé sous le choc de la nouvelle production star de Maranello. La Ferrari Testarossa doit en effet perpétuer la saga des Grand Tourisme de la firme au cheval cabré et faire mordre la poussière à sa rivale désignée : la Lamborghini Countach. Depuis la sortie de la Miura à la fin des années 60, Lamborghini et Ferrari se livrent une bataille de clochers à coup de V12. Un match également arbitré par deux designers qui s’opposent dans leurs styles : Pininfarina plus sobre, classique et élégant pour Ferrari et Bertone plus novateur, dérangeant et excentrique pour Lamborghini. Cette fois-ci, Pininfarina a dû composer avec des contraintes techniques dictées par les ingénieurs de Maranello, notamment l’emplacement des radiateurs sur les flancs comme en F1 pour améliorer la répartition des masses. Une gageure dont Pininfarina va se sortir avec un talent fou puisque ces prises d’air béantes latérales sont habillées d’ailettes superposées conférant un style unique. Une véritable signature même ! Museau fin avec long porte-à-faux avant, la Ferrari Testarossa conserve le principe des phares escamotables. La poupe on ne peut plus large (près de 2 mètres) innove par des optiques carrées assez classiques, mais là encore habillées de persiennes qui reprennent le tic des ailes. Les jantes alu de 16 pouces à écrou central sont en étoile à 5 branches. Basse, longue et très large, la Ferrari Testarossa est une véritable sculpture de mode qui ne laisse personne indifférent…

La Ferrari Testarossa cloue le bec aux adorateurs de la Lamborghini Countach ! Très performante, elle se montre plus confortable et prévenante en conduite sportive, et surtout elle possède elle aussi une empreinte visuelle unique…

Le 12 cylindres à plat qui est implanté en position longitudinale central arrière a donné son nom à la Ferrari Testarossa en raison des culasses peintes en rouge comme sur son illustre ancêtre (la Ferrari 250 TR). Cette mécanique tout alu est ainsi coiffée d’une culasse à 48 soupapes. Deux doubles arbres à cames en tête sont entraînés par des courroies de distribution selon la tradition maison. L’allumage est électronique tandis que l’alimentation est officiée par un système mécanique KE Jetronic. A noter le taux de compression de 9,2. La lubrification se fait par carter sec pour éviter tout risque de déjaugeage dans les courbes à fort appui. Le 12 cylindres délivre 380 ch à 6 000 tr/mn (76,89 ch/litre) et un couple de 451 Nm à 4 600 tr/mn (91,26 Nm/litre). Des valeurs qui placent la Ferrari Testarossa au sommet de la hiérarchie automobile. A titre de comparaison, la Ferrari est 3,7 fois plus puissante qu’une Peugeot 205 GTI 1,6 litres 105 ch commercialisée la même année ! La transmission passe exclusivement aux roues arrière aidées pour la motricité d’un autobloquant mécanique. La boîte de vitesses à 5 rapports est manuelle et doit être maniée avec fermeté (surtout à froid) en engageant le levier dans la grille en alu. La Ferrari Testarossa fait tomber les chronos et repousse les limites posées par la Ferrari BB 512i. Mieux profilée avec son Cx de 0,36, la Ferrari Testarossa atteint les 290 km/h. Les accélérations sont également dantesques rythmées au son du 12 cylindres. La « Testa » claque ainsi un 24’’8 sur l’exercice de la borne kilométrique. Cela malgré un poids élevé de 1,5 tonnes. Le châssis est constitué d’une charpente en acier habillée des panneaux de carrosserie (en acier et en alu). Les suspensions sont élaborées comme pour les voitures de compétition avec des doubles triangulations sur les deux essieux. Chaque essieu est flanqué de sa barre stabilisatrice. Ne cherchez pas de techniques de pointe en matière de liaisons au sol, ni même de notions de confort jugé superflu. Ainsi la direction à crémaillère est sans assistance, tout comme les quatre freins à disques ventilés se passent de système antiblocage. Les jantes alu en 16 pouces de diamètre sont équipées de pneumatique en 225/50 VR16 AV et 255/45 VR16 AR. Sur la route, la Ferrari Testarossa peut compter sur sa puissance et ses reprises. Très rapide et nerveuse, elle nécessite parfois des rétrogradages pour en tirer la quintessence pour le plus grand bonheur de vos tympans, surtout si vous êtes passé maître dans l’art du double-débrayage. En revanche, sur longs parcours sinueux, ou en usage mixte avec des trajets en zone urbaine, la Ferrari Testarossa épuise son conducteur en raison d’une conduite particulièrement virile qui ne peut se faire qu’en étant engagé à son volant ; embrayage, direction et commande de boîte sont particulièrement durs à manier. Une Ferrari ça se mérite, sachant que tant qu’elle n’est pas en température c’est encore pire ! Les décélérations offertes par son système de freinage sont excellente, mais attention au poids de l’auto qui peut vite venir à bout de leur endurance, notamment sur circuit. Véritable Grand Tourisme de route, la Ferrari Testarossa semble désormais bien éloignée des Ferrari 250 GT d’antan qui permettait de rallier la course par la route puis le soir d’aller se garer au casino ! L’habitacle joue le luxe et le sport mais cache en revanche une finition bâclée avec des plastiques durs, des assemblages approximatifs et des commandes issues de la grande série (Fiat). Inadmissible à ce niveau de tarif. La position reste étriquée mais bonne, tandis que l’instrumentation si elle est complète n’est pas toujours lisible. Enfin, la magie opère toujours et parvient à faire oublier la finition avec le volant sport trois branches frappé du Cavallino et la grille alu du levier de vitesses.

Notre avis
emoticonD’une contrainte technique, Pininfarina et Ferrari l’on transformé en véritable signature de style qui élève dores et déjà la Ferrari Testarossa au panthéon des mythes automobiles. A ses côtés, une Ferrari BB 512i paraît bien timide et frêle. La Ferrari Testarossa est la Grand Tourisme des superlatifs qui associe des performances hors normes, une conduite (virile) efficace et sportive et une plastique exceptionnelle. Alors certes, son prix la réserve à une élite (mais comme toute auto de cette catégorie), et elle pourrait être plus radicale dans sa définition (poids), mais quoiqu’il en soit, la légende est déjà en marche et il semble superflu de changer quoi que ce soit…

Autres versions :

Les Rivales :

  • Alpina B7 Turbo Coupé E24 Depuis les années 60, à Buchloe, fief d’Alpina, on se fait fort de donner du tonus aux BMW. La BMW série 6 (E24), n’échappe pas à cette tradition et profite même d’une déclinaison exceptionnelle : l’Alpina B7 Turbo de 300 ch. Chez BMW Motorsport, la M635 CSi, quelques années plus tard, a préféré une solution atmo, mais Alpina fait confiance au turbo pour rester fidèle à l’état d’esprit maison : souplesse et performances. L’esthétique, si réussie du coupé série 6 ...
  • BMW M635 CSi E24 En 1984, BMW dévoile un coupé 635 CSI qui sort de ses ateliers Motorsport. Pas de doute, la BMW M635 CSI (baptisée aussi M6 aux USA) annonce fièrement la couleur du sport avec une présentation tapageuse : spoiler AV proéminent, passages d’ailes, becquet de malle AR plat, jantes TRX… Le capot abrite le 3,5 litres qui officiait déjà dans la BMW M1. Un moteur de supercar dans une GT ? Presque ça, tandis que le châssis profite de toutes les ...
  • Ferrari BB 512i Depuis 1976, la Ferrari 365 GTB 4 est passée à 5 litres de cylindrée et est devenue BB 512. Mais les carburateurs n’étant plus compatibles avec les normes d’homologation américaines, marché lucratif et majeur pour Ferrari, Maranello retouche à son monstre sacré avec l’adoption d’une injection et la perte de 20 ch au passage. La Ferrari BB 512i conserve cependant sa ligne de « berlinette » signée Pininfarina… Une perte de 20 ch avec le passage à l’injection, mais pas de ...
  • Ferrari Testarossa En ce salon de Paris en septembre 1984, le public est tombé sous le choc de la nouvelle production star de Maranello. La Ferrari Testarossa doit en effet perpétuer la saga des Grand Tourisme de la firme au cheval cabré et faire mordre la poussière à sa rivale désignée : la Lamborghini Countach. Depuis la sortie de la Miura à la fin des années 60, Lamborghini et Ferrari se livrent une bataille de clochers à coup de V12. Un match ...
  • Porsche 911 RS 964 RS La Porsche 911 Carrera 2 et 4 a offert sa première grosse évolution tant dans ses entrailles que dans son style. Mais le poids grimpe, grimpe pour permettre à la 911 de rester d’une incroyable polyvalence et la référence des GT. Alors ? A Zuffenhausen on a la solution avec la nouvelle Porsche Carrera RS. Un régime drastique pour perdre 130 kg, un moteur amélioré de 10 ch et des liaisons au sol sans concession mais ultra-sportives. Une star est ...

Avant d’acheter
Véritable plébiscite « commercial », la Ferrari Testarossa est largement présente dans les petites annonces. Véritable star culte des productions de Maranello, il vous faudra choisir parmi les millésimes car les premiers ont des roues avec écrou central et des rétroviseurs extérieurs suréelvés, et les derniers millésimes des jantes à 5 goujons et des rétroviseurs extérieurs placés de manière plus conventionnelle. Les tarifs sont toujours soutenus, preuve, malgré le nombre d’exemplaires produits, que la Ferrari Testarossa rencontre un véritable succès auprès des clients potentiels. Une fois cela fait il faut assumer de rouler avec sur route libre, affrontant le regard, les appareils photos et smartphones, les pouces levés des passants, et accepter les éventuels accrocs de la circulation classique. Enfin l’entretien est à la mesure du pedigree et des performances de cette Grand Tourisme : distribution à faire régulièrement, entretien et révision chez ceux qui savent, consommables coûteux (freins, pneumatiques…). A noter que l’habitacle d’une finition peu en rapport avec les prétentions prestigieuses revendiquées par la Ferrari Testarossa, vieillit mal et vite, surtout si on n’en prend pas soin. Une GT comme l’est la Ferrari Testarossa reste avant tout une œuvre d’art automobile, une pièce rare qui aussi performante soit-elle, se déguste avec connaissance et budget ad hoc.

Mots clés : Ferrari | Testarossa | Boxer | 12 cylindres | V12 | Maranello | Commendatore | Cavallino Rampante | GT | Grand Tourisme | FERRARI | TESTAROSSA | COUPE SPORT | GRAND TOURISME

TOP Sculpture sur 4 roues ǀ Boxer d’anthologie ǀ Performances ! ǀ Image ǀ Caractère ǀ Tenue de route en progrès (vs BB 512) ǀ Plaisir de conduite FLOP Prix délirant ǀ Usage courant délicat ǀ Difficile de passer inaperçu ǀ Détails de finition ǀ Fermeté de l’embrayage ǀ Poids ǀ Conduite virile

Fiche Technique

Marque :
Gamme :
Année :
PA – Prix neuf :
Moteur :
Puissance :
Couple :
Suralimentation:
Transmission :
Poids (RPP) :
Freins :
Roues :
Performances :
Ferrari
Testarossa
1984
34 CV – ND FF
12 cylindres à plat (Boxer) 48 soupapes (2×2 ACT) –4 942 cm3
380 ch à 6 000 tr/mn (76,89 ch/litre)
451 Nm à 4 600 tr/mn (91,26 Nm/litre)
non
propulsion + BV5 manuelle + autobloquant AR
1 500 kilos (3,95 kg/ch)
2 disques ventilés AV et 2 disques ventilés AR
jantes alu 16″ + pneus en 225/50 VR16 AV et 255/45 VR16 AR
0 à 100 km/h en ND; 290 km/h, km DA en 24‘‘8

Textes : Morgan Goupil (Alis Webzine) – Photos : D.R

Ferrari Testarossa
« 1 de 3 »
  • La Ferrari Portofino au Salon de Bruxelles 2018 La nouvelle Ferrari Portofino fait aujourd’hui ses grands débuts au Benelux lors du salon de l’automobile de Bruxelles. Les visiteurs du salon belge peuvent également admirer les derniers modèles de la gamme Ferrari. La Ferrari Portofino, le nouveau V8 Grand Tourisme du Cheval Cabré, est déstiné à dominer son segment grâce à une combinaison de ...
  • Exposition Ferrari Under the skin à Londres Avec une collection de voitures de routes et de pistes légendaires, dont la Ferrari 125S, la F1 2000 Championne du Monde de F1 de Michael Schumacher, et une LaFerrari Aperta étincelante, “Ferrari under the skin” représente à ce jour une des rétrospectives les plus notables de l’histoire de la firme de Maranello. Des souvenirs rares, provenant ...
  • GP F1 Abu Dhabi Yas Marina 2017 – 26 Novembre C’est la clôture de la saison… Une saison de F1 2017 qui aura été riche avec de belles bagarres. Pas assez au goût de certains, mais il y a du mieux. Mais place à la course sur le circuit de Yas Marina à Abu Dhabi. Après les essais libres, la Q1 ne laisse que peu ...
  • GP F1 Brésil Interlagos 2017 – 12 Novembre Un GP de F1 du Brésil à Interlagos en bordure de la ville de Sao Paulo où Felipe Massa fait pour la deuxième année consécutive ses adieux à son public de F1 Brésilien. Galvanisé tout au long du WE, il va réaliser de très belles performances qui vont mettre un sacré écart entre son coéquipier ...
  • GP F1 Mexico 2017 – 29 Octobre A Mexico, la fièvre de la F1 bat son plein. Et depuis la mise en scène de la fête des morts dans le film Spectre (James Bond), tout le Mexique a repris le principe des déguisements de squelettes et têtes de mort. Du coup, le GP est parsemé de personnes déguisées, public ou organisateur. Sympa ...
  • GP F1 Austin USA 2017 – 22 Octobre Depuis que la F1 appartient à Chase Carey un américain avec son groupe Liberty Media, le Grand Prix d’Austin a une saveur particulière. Force est de constater que notre yankee se plie en quatre pour apporter son lot de nouveautés et de spectacle. La F1 a décidé de faire son show ! Et Chase Carey ...
  • GP F1 Suzuka 2017 – 9 Octobre Le tracé de Suzuka reste un des plus excitants de la saison avec de sacrés enchaînements techniques à commencer par les S de Senna. Les pilotes sont toujours ravis de s’y retrouver, d’autant que le public japonais est fan et connaisseur de courses automobiles, à fortiori de Formule 1. Pour ce Grand Prix c’est chez ...
  • GP F1 Malaisie 2017 – 1er Octobre Bien que les pilotes Mercedes fassent grise mine sur ce tracé avec une monoplace qui ne trouve pas ses marques et chauffe ses pneus arrière trop rapidement, c’est tout de même avec une avance confortable pour Hamilton au championnat du monde de F1 2017 que la course démarre. Une sérénité bien différente chez Ferrari après ...
  • GP F1 Singapour 2017 – 15 septembre Un Grand Prix particulier que celui de Singapour. Et force est de constater à l’issue d’une course (d)étonnante que le simple fait de courir de nuit sous l’éclairage des projecteurs n’a été que finalement anecdotique. Un tracé urbain qui ne convient pas aux Mercedes, comme aux monoplaces privilégiant les vitesses de pointe mais chauffant trop ...
  • Break de chasse ou un certain art de rouler chic et différent Nos amis anglais ont souvent du goût et savent mettre un côté très chic dans un usage au départ très “utilitaire”. En effet, le genre “Shooting Brake“, comprenez “Break de Chasse” en français, est né de besoins plutôt agraires et équestre : casser (“Brake“) l’impétuosité des étalons ou freiner (“Break“) l’énergie inépuisable des percherons à ...

Guide des Sportives
Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. FerrariPorscheLamborghiniAston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (LotusBMW,Mercedes-BenzAudi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTIR8 GordiniVW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
La rédaction

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (4 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +3 (from 3 votes)
Ferrari Testarossa, 10.0 out of 10 based on 4 ratings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *