Fiat Dino Coupé V6 2400

Fiat Dino Coupé V6 2400 (1969)

Fiat Dino Coupé V6 2400
1969 – 6 cyl. en V 12V
180 ch – 214 km/h
1 300 kg

Fiat n’est pas resté sourd aux critiques ! Au salon de Turin 1969, les évolutions tant attendues sur sa gamme Dino (Coupé et Spider) sont dévoilées. Aussi, la Fiat Coupé 2400 V6 profite de modifications bien plus invisibles que celles dont hérite sa carrosserie signée Bertone. Des évolutions de détails avec entre autre des nouvelles jantes alu, une calandre grillagée désormais toute noir mat. Pour le reste, on retrouve reconduit avec un plaisir non feint le trait réussi de Bertone : proue agressive et suggestive avec son long capot qui surplombe subtilement une calandre concave et ses quatre optiques rondes. Les surfaces vitrées généreuses apportent une belle lumière dans l’habitacle réservé pour quatre occupants. Seul le traitement de la partie arrière de type fastback pourrait être plus originale et détonne quelque peu avec le reste du style léché et sportif. Mais plus que l’esthétisme général, ce sont les nouveautés ayant trait au V6 Dino et au train arrière qui caractérisent le plus l’intérêt de cette nouvelle Fiat Dino 2400 Coupé V6…

    Fiat et Ferrari ont réagit de concert : plus de cylindrée pour le V6 Dino et un train arrière enfin à roues indépendantes sur la Fiat Dino V6 2400. C’est bien mieux, mais la Fiat Dino Coupé reste une voiture lourde et se cantonne à l’esprit Grand Tourisme…

    Fiat Dino Coupé V6 2400 (1969)

    Ferrari revoit sa copie pour donner plus de cylindrée en passant de 2000 à 2400 cm3. Une aubaine pour la Fiat Dino Coupé V6 qui passe de 160 à 180 ch.

    A Maranello, fort de la réussite éphémère de sa Dino 206 GT, le besoin de faire évoluer le V6 Dino vers plus de muscle se fait pressant pour mettre encore plus en valeur les qualités dynamiques de son coupé à V6 en position central arrière. Le V6 à 65° évolue donc avec un alésage qui passe à 92,5 mm et une course à 60 mm et est toujours installé sous le capot avant dans la Fiat-Dino. La cylindrée passe ainsi à 2 418 cm3 autorisant une disponibilité meilleure dès les bas régimes. Un reproche jusqu’alors adressé au V6 Dino de 2 litres. Désormais le couple s’établit à 216 Nm à 4 600 tr/mn lorsque le précédent couple maxi (192 Nm) était disponible à 6 000 tr/mn. Voilà qui améliore grandement la souplesse d’usage aux allures usuelles. Ne croyez pas néanmoins que ce nouveau V6 Dino ait lâché quelques plûmes de sportivité au passage… Au contraire puisque sa puissance maximale de 180 ch est disponible à 6 600 tr/mn, un régime toujours élevé qui démontre une belle vigueur dans le compte-tours. Voilà qui confirme son format de « super-carré ». Dans les autres évolutions majeures, on notera que le bloc est en fonte en non plus en alliage léger (silumine) et donc plus lourd. Sa distribution reste toujours très raffinée techniquement avec ses double arbres à cames en tête par rangée de cylindre et une chaîne pour entraîner cet ensemble. L’alimentation est à la charge de trois carburateurs inversés double corps Weber 40 DCNF. La consommation reste toujours conséquente. Bien que le V6 soit plus souple et présent à bas régime, il faut toujours empoigner la boîte manuelle à 5 rapports ZF pour animer ce V6 issu de la compétition et en tirer toute la quintessence. En effet, il convient de rester au-dessus de 5 000 tr/mn pour un maximum de performances et d’efficacité. Un plaisir bien réel à l’usage en condition conduite « sport », avec en prime une sonorité très évocatrice digne des V12 de Maranello. En revanche, en usage plus courant, sa disponibilité à bas régime est nettement améliorée. Malgré cette amélioration, le poids grimpe à 1 300 kilos ce qui grève quelque peu l’effet escompté. Corollaire de cette nécessité de « tirer » dans les intermédiaires, la consommation est vite élevée. Heureusement que le réservoir de 66 litres autorise environ 400 km d’autonomie. La classique coque autoporteuse en acier avec moteur-boîte avant et propulsion, a évolué vers plus de modernité clouant le bec aux critiques des journalistes et des clients. Ce sont désormais quatre roues indépendantes qui sont aux offices. L’essieu arrière est composé de bras transversaux avec ressorts hélicoïdaux et barre stabilisatrice. Le train avant avec ses roues indépendantes à bras

    Fiat Dino Coupé V6 2400 (1969)

    Avec ses quatre roues indépendantes (bye bye le pont AR rigide), le confort de la Fiat Dino Coupé V6 2400 est (enfin) à la hauteur des ambitions de Fiat…

    articulés et son ensemble ressorts hélicoïdaux/amortisseurs complétés d’une barre antiroulis fait correctement le « job ». La direction à vis et galets n’est pas trop pesante en roulant mais demeure trop démultipliée et d’un rayon de braquage trop imposant pénalisant la précision de placement. Si l’envie vous prend de vouloir contrebraquer suite à une attaque trop forte, la Fiat Dino Coupé 2400 V6 est délicate à contrôler. Dans les bonnes nouvelles, le niveau de confort est désormais plus en phase avec l’esprit qui préside à la Fiat Dino 2400 Coupé V6. Toujours équilibrée de comportement, ce coupé italien reste une auto lourde à manier mais agréable. Le freinage à quatre disques pleins est à citer en référence pour sa puissance de décélération tout comme son endurance. Les jantes alu de 14 pouces sont montées en pneumatiques de 185/70 HR14. L’habitacle réservé à quatre personnes est assez vaste et clair. L’arrière est réservé à deux adultes de taille moyenne ou des enfants avec des sièges séparés. La position de conduite est bien pensée avec des sièges confortables désormais équipés d’appui-têtes. L’instrumentation face au « pilote » est complète même si tous compteurs (notamment les plus petits) ne sont pas toujours visibles et masqués par la jante du volant trois branches. La console centrale et la planche de bord ont quelque peu évolué vers plus de modernité. L’équipement de série est à l’égal de la qualité de présentation qui se veut cossue, sportive et raffinée. Néanmoins, malgré tous ces efforts à souligner, il reste encore quelques détails de finition pas à la hauteur du prix affiché par cette Fiat pas comme les autres. Enfin, la malle arrière recèle une capacité de chargement indigente (87,5 dm3 !) pour envisager des voyages au long cours…

    Notre avis
    Logo_GDS_sanstexteFiat a entendu les remarques et su apporter les corrections nécessaires. Quatre roues indépendantes, un V6 plus conséquent pour améliorer la disponibilité à bas régime, plus quelques évolutions de détails. La carrosserie signée Bertone fait toujours son petit effet et ne se démode guère, tandis que le brio de la V6 est une merveille de sportivité. Le niveau de confort est enfin à la hauteur des ambitions de la Fiat Dino Coupé V6, mais le caractère très sportif de sa mécanique tranche avec la philosophie générale de ce coupé qui tend vers le Grand Tourisme bourgeois plus que sportif. Si l’offre est séduisante, il faut assumer un prix élevé (pour une Fiat ?), un poids élevé et un coffre de contenance limitée pour les voyages.

    Autres versions :
    Fiat Dino Coupé

    Les Rivales :
    Coupé 4 places 6 cylindres 1960, 1969

    • Fiat Dino Coupé V6 2000Fiat Dino Coupé V6 2000
      Entre le rusé Enzo Ferrari et les appétits insatiables de Fiat présidée par Giovanni Agnelli, ce sont les clients amateurs de voitures de sport qui vont en profiter ! Afin de pouvoir homologuer son nouveau V6 Dino de 2 litres de cylindrée en Formule 2, Ferrari doit commercialiser 500 exemplaires minimum de véhicules de série ...
    • Fiat Dino Coupé V6 2400Fiat Dino Coupé V6 2400
      Fiat n’est pas resté sourd aux critiques ! Au salon de Turin 1969, les évolutions tant attendues sur sa gamme Dino (Coupé et Spider) sont dévoilées. Aussi, la Fiat Coupé 2400 V6 profite de modifications bien plus invisibles que celles dont hérite sa carrosserie signée Bertone. Des évolutions de détails avec entre autre des nouvelles ...

    Avant d’acheter
    De 1967 à 1972, Fiat a produit la Dino Coupé V6 en variantes 2000 (2 litres – 1967) et 2400 (2,4 litres – 1969) pour un total de 6 068 exemplaires. La Fiat Dino 2000 Coupé V6 a été produite de 1967 à 1969 à 3 670 exemplaires, tandis que la Fiat Dino 2400 Coupé V6 de 1969 à 1972 à 2 398 exemplaires. Inutile de dire qu’avec les exemplaires qui ont été décimés par la corrosion, la négligence et une grosse période en eaux troubles avant de connaître un regain d’aura en collection, les Fiat Dino Coupé V6, en 2000 et 2400, sont rares dans les petites annonces. Choisir le bon exemplaire est impératif pour éviter des frais de remise en état très onéreux et des tracas pour trouver des pièces détachées dont beaucoup sont introuvables. L’entretien du V6 Dino est très exigeant et demande du savoir-faire et des connaissances ardues en mécanique. Ainsi, il convient de surveiller l’état de porosité de la culasse qui peut être mise à mal par des liquides de refroidissement trop « agressifs », tandis que la distribution, certes par chaîne, doit être surveillée de près. En effet, le réglage de la distribution du V6 Dino 2000 se fait à l’aide de petites pastilles dont la pose réclame le démontage de l’arbre à cames. Les arbres à cames ont également tendance à s’user prématurément, d’où l’impossibilité de régler correctement le moteur. Pour s’en rendre compte, il faut procéder à la dépose du cache-arbres et vérifier que le métal n’est pas repoussé sur chaque côté des cames. Le circuit électrique n’est pas d’une fiabilité exemplaire comme sur beaucoup d’italiennes des années 60 et 70. La carrosserie souffre indéniablement des ravages de la corrosion si on n’en prend pas soin. Et les pièces sont spécifiques et introuvables ou presque. Se rapprocher d’un club est donc une bonne idée pour s’assurer les meilleures conditions d’accès et de vie au quotidien avec une Fiat Dino Coupé V6. Acquérir une Fiat Dino Coupé V6 en 2000 ou 2400 est certes une belle opportunité de pénétrer dans le cercle du Cheval Cabré à un prix plus accessible, mais l’entretien et les frais de réparation/remise en état sont en revanche dignes des productions de Maranello.
    Entretien : tous les ans ou 5 000 km ou tous les ans

    Mots clés : Fiat | Dino | Coupé | V6 | 2400 | GT | Grand Tourisme | Turin | Bertone | Coupé Sport | FIAT | DINO V6 2400 COUPE | COUPE SPORT | COUPE | GRAND TOURISME

    TOP Robe signée Bertone ǀ Nombreux détails de style ǀ V6 (toujours) Sportif ! ǀ Performances ǀ Tenue de route efficace ǀ Agrément de conduite ǀ Présentation intérieur ǀ Equipement de série ǀ Habitabilité ǀ Freinage ǀ Autobloquant de série ǀ Instrumentation complète ǀ Confort en progrès ǀ Disponibilité moteur améliorée FLOP Tarif ǀ Détails d’ergonomie ǀ Image ? ǀ Poids ǀ Rayon de braquage ǀ Moteur pointu ǀ Détails de finition intérieurs indignes ǀ Consommation ǀ Coffre ridicule !

      – Discuter dans le forum ICC de la Abarth 500 –Forum ICC – Fiat Punto Evo Abarth

      Fiche Technique

      Marque :
      Gamme :
      Année :
      PA – Prix neuf :
      Moteur :
      Puissance :
      Couple :
      Suralimentation:
      Transmission :Poids (RPP) :
      Freins :
      Roues :
      Performances :
      Fiat
      Dino 2400 V6 Coupé
      1969
      14 CV – 54 650 FF
      6 cylindres en V à 65° 12 soupapes (2×2 ACT) – 2 418 cm3
      180 ch à 6 600 tr/mn (74,44 ch/litre)
      216 Nm à 4 600 tr/mn (89,33 Nm/litre)
      non
      propulsion + BV5 Manuelle ZF + différentiel à glissement limité AR Borg-Warner
      1 400 kilos (7,78 kg/ch)
      2 disques pleins AV et 2 disques pleins AR
      jantes alu 14″ + pneus en 205/70 HR 14 AV et 205/70 HR 14 AR
      0 à 100 km/h en ND ; 214 km/h, km DA en 30’’0

      Textes : Morgan Goupil (Alis Webzine) – Photos : D.R

      Fiat Dino Coupé 2400 V6
      Fiat-Abarth
      • Abarth et Stellantis Motorsport unissent leurs forces, combinent leurs ADN sportif et s’associent pour créer l’Abarth la plus puissante de tous les temps
        Abarth et Stellantis Motorsport sont fiers d’annoncer une toute nouvelle collaboration visant à établir un nouveau standard dans le monde de l’automobile électrique avec la naissance de l’Abarth la plus puissante de tous les temps grâce à ses 240 ch. Ce partenariat est un hommage à la tradition de course d’Abarth, pour qui la compétition ...
      • Fiat Cinquecento Sporting
        Depuis 1992, Fiat a donné son interprétation moderne de la Fiat 500… pardon « Cinquecento » ! Sur seulement 3,2 mètres de long et un empattement de 2,2 mètres les designers italiens ont du tracer des traits droits pour conserver un minimum d’habitabilité. Pour 1994, heureuse surprise, Fiat décline une variante sportive : la Cinquecento ...
      • Abarth 595 : Soixante ans de « petit, mais méchant ».
        Il y a soixante ans, en septembre 1963, Carlo Abarth présentait au monde la Fiat-Abarth 595 . Basée sur la Fiat 500 D, un modèle qui connaît un succès croissant depuis 1961, la nouvelle Fiat-Abarth 595 tire son nom de sa cylindrée, qui a été augmentée grâce à un travail sur les cylindres et les ...
      • La naissance d’un Scorpion ou la création de la Nouvelle Abarth 500e
        L’élégance sportive du Scorpion, ses lignes souples et audacieuses prennent vie dans le design de la Nouvelle Abarth 500e, laquelle s’inspire des caractéristiques physiques de l’arthropode pour souligner sa puissance, sa légèreté et son aérodynamisme. En se penchant sur le design de l’Abarth 500e, les concepteurs automobiles du Centro Stile se sont efforcés d’intégrer cette essence ...
      • Nouvelles Abarth 500e en détail
        Après le succès de la version de lancement « Scorpionissima », accrocheuse et entièrement équipée, dont tous les exemplaires ont été vendus en seulement quelques semaines, Abarth a apporté de nouveaux éléments à la famille Scorpion avec le lancement des Nouvelles Abarth 500e et 500e Turismo (désormais disponibles à la commande dans les versions hatchback et cabriolet). Nouvelle ...
      • Nouvelle Abarth 500e
        Abarth inaugure une toute nouvelle ère en présentant la Nouvelle Abarth 500e 100% électrique. La nouvelle Abarth 500e est la plus nerveuse et la plus stimulante des Abarth en conduite urbaine et la plus rapide et la plus plaisante en conduite périurbaine. Bref, elle est plus Abarth que jamais ! La technologie électrique est la solution idéale pour ...
      • Stellantis Classic expose une Abarth Classiche 500 Record Monza ’58 au Milano Autoclassica
        Stellantis Heritage participe à la 12ème édition de Milano AutoClassica (Fiera Milano, 18-20 novembre), un salon automobile centré sur les voitures classiques et sportives et une référence pour les passionnés, les collectionneurs, les musées et les clubs du secteur. L’événement est l’occasion de présenter la dernière création de l’équipe Heritage, l’Abarth Classiche 500 Record Monza ’58, ...
      • Nouvelle gamme Abarth MY23 avec son lot de nouveaux équipements et sa livrée orange
        Configurer la nouvelle Abarth n’a jamais été aussi simple. Afin d’offrir une expérience client optimisée, encore plus intuitive et innovante, la nouvelle gamme Abarth a été revue pour proposer un contenu complet. Toujours plus de sensations et d’adrénaline au volant de l’Abarth 695 qui délivre 180 ch. grâce à sa motorisation 1.4 Turbo T-Jet. Cette motorisation ...
      • Fiat 127 Sport 70 HP Mk1
        Si la Fiat 127 est largement présente depuis 1971 sur les routes d’Europe, et pas seulement, ce n’est que 7 ans après son lancement à l’occasion de la 2e série et un facelift léger, que les amateurs de petites bombes sportives auront du patienter. Adepte du tout à l’avant, marquant ainsi une rupture avec la ...
      • Nouvelle Abarth 695 Tributo 131 Rally
        L’Abarth 131 Rally, le véhicule qui a captivé l’imagination de toute une génération de passionnés de voitures, revient sur les routes du monde entier avec un nouveau look. À l’occasion du quarantième anniversaire de sa dernière course, la marque au scorpion lui rend hommage avec la série spéciale Abarth 695 Tributo 131 Rally. Cette édition ...

      Guide des Sportives
      Guide des Sportives vous permet de retrouvez toutes vos voitures de sport préférées classées par marque, modèle, gamme, génération après génération. FerrariPorscheLamborghiniAston Martin et autres constructeurs de voitures de sport et de voitures de prestige (LotusBMW,Mercedes-BenzAudi), aux sportives plus populaires comme les GTI et petites sportives (Peugeot 205 GTIR8 GordiniVW Golf GTI…), le Guide des Sportives recense toutes les automobiles considérées et choisies par la rédaction comme voitures sportives. Chaque auto est traitée de la même manière avec un descriptif, des informations techniques et des conseils d’achat. De 1945 à nos jours, Guide des Sportives est alimenté chaque semaine de nouveaux dossiers.
      La rédaction

      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: +2 (from 2 votes)

      Fiat Dino – Guide Achat

      Ferrari Dino F2

      C’est pour homologuer le V6 Dino de sa Formule 2 que Ferrari et Fiat vont s’associer pour garantir une production minimale de 500 exemplaires.

      Enzo Ferrari ne manque pas d’aplomb lorsqu’il s’agit de forcer la main des instances sportives. La précédente Ferrari 250 GTO avait été déjà un cas d’école dont le « Commendatore » avait alors le secret. Pour sa Formule 2 en gestation, la règlementation prévoit que le V6 doit être produit et mis sous le capot de 500 véhicules de série minimum. Pari impossible pour Maranello ? Pas tant que ça puisque Fiat et son ambition patron, Giovanni Agnelli, accepte de s’associer sur ce

      V6 Dino 2000 cm3

      V6 raffiné techniquement et tout alu, il est coiffé de deux doubles arbres à cames en tête par rangée de cylindre. Il développe 160 ch pour les Fiat Dino Spider et Coupé dès 1967.

      projet avec Ferrari. Maranello conçoit le V6 concerné par l’homologation, et Fiat va le produire. Chez Ferrari, avec sa marque créée en 1965 rendant hommage au regretté fils emporté par la maladie en 1956, Enzo Ferrari va élargir son offre vers le bas sans risque d’écorner l’image du cheval cabré. Ainsi la Dino 208 GT est la première « Ferrari » à moteur central arrière, et donnant un accès à la production de Maranello plus « démocratique ». Chez Fiat, ce sont deux véhicules qui sont en gestation : un coupé et un spider. Une belle opportunité pour Fiat d’étendre sa gamme vers le haut et venir concurrencer Mercedes-Benz et BMW sur leur terrain. Un pari qui semble un peu fou dans une gamme qui démarre vers le bas avec la petite Fiat 500.
      Lire la suite

      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 7.0/10 (3 votes cast)
      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 0 (from 2 votes)

      Fiat Dino Coupé V6 2000

      Fiat Dino Coupé V6 2000 (1967)

      Fiat Dino Coupé V6 2000
      1967 – 6 cyl. en V 12V
      160 ch – 200 km/h
      1 230 kg

      Entre le rusé Enzo Ferrari et les appétits insatiables de Fiat présidée par Giovanni Agnelli, ce sont les clients amateurs de voitures de sport qui vont en profiter ! Afin de pouvoir homologuer son nouveau V6 Dino de 2 litres de cylindrée en Formule 2, Ferrari doit commercialiser 500 exemplaires minimum de véhicules de série dotée de ladite mécanique. Si côté Maranello, c’est vers une berlinette à moteur V6 Dino central arrière que le choix se porte, chez Fiat qui donne le change, se sont pas moins de deux autos différentes qui sont prévues. Ainsi dès 1966, Fiat dévoile au salon de Turin 1966 un Spider signé Pininfarina et motorisé par ce beau V6 Dino 2 litres. Quelques mois plus tard, c’est au tour de la variante Coupé 4 places (plutôt 2+2) d’être commercialisé. Mais à l’opposé du spider, c’est Bertone qui s’est chargé de dessiner un coupé moderne, sportif et néanmoins pratique. Au moins, l’amateur de V6 Dino a ainsi l’embarras du choix, des usages et des budgets. Basée sur un empattement allongé du spider, en raison des 4

      Fiat Dino Coupé V6 2000 (1967-1969) - Profil Fastback

      Oeuvre de la Carrozzeria Bertone, la Fiat Dino Coupé V6 2000 s’offre un profil fastback avec un avant particulièrement agressif.

      places, le coupé Dino Bertone offre une belle empreinte sur la route avec 4,51 mètres de long et 1,70 mètre de large. Long capot et arrière type Fastback, la Fiat Dino Coupé 2000 V6 en impose et s’érige d’emblée en future classique. La calandre ornée de quatre optiques rondes en retrait et coiffées par le dessus du capot est grillagée et démarque très nettement la Dino des autres Fiat contemporaines. Agressive mais pas trop, la Fiat Dino Coupé soigne son look, même si la poupe Lire la suite

      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 10.0/10 (4 votes cast)
      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: +4 (from 4 votes)

      Fiat 130 Coupé V6 3200

      Fiat 130 Coupé V6 3200 1971-1977

      Fiat 130 Coupé V6 3200
      1971 – 6 cyl. en V 12V
      165 ch – 195 km/h
      1 600 kg

      Depuis 1969, après une genèse difficile et complexe, la Fiat 130 berline et son V6 de 2,9 litres et ses 140 ch puis 160 ch (1970) tente de s’imposer face à Mercedes-Benz. Impossible pari ? Le moins que l’on puisse dire est que le résultat n’est pas à la hauteur des ambitions de Fiat. Mais au salon de Genève en mars 1971, Fiat et Pininfarina persistent et signent avec la Fiat 130 Coupé. Si le V6 prend de la cylindrée et de la puissance, c’est surtout par son costume sur mesure de grand couturier de l’automobile que le coupé Fiat se distingue. Il tranche ainsi singulièrement de la berline dont il dérive dont le dessin issu des berlines 125 est bien banal et plus chargé en chromes et en dimensions. Œuvre de Paolo Martin qui a eu carte blanche par Agnelli (Patron de Fiat) et Pininfarina son employeur, la carrosserie de la Fiat 130 coupé V6 3,2 litres est originale, tendue et d’une élégance rare. Impossible de la confondre avec une autre voiture, encore qu’on peut y trouver quelques inspirations dans le dessin de la Peugeot 504 Coupé. Néanmoins, l’élégance des proportions est à l’égale des nombreux détails de style qui concourent à faire jouer la Fiat 130 Coupé dans une catégorie à part. Ne cherchez pas les courbes sensuelles des sixties, la 130 coupé s’inscrit pleinement dans l’ère des seventies avec des pans plats et jouant sur les variations de lumière. Dans les détails on appréciera le traitement de la Lire la suite

      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: +2 (from 2 votes)

      Opel Monza 3L0E A1

      Opel Monza 3L0E A1
      1978 – 6 cyl. en ligne 12V
      180 ch – 215 km/h
      1 370 kg

      Dévoilée au salon de Francfort 77, l’Opel Monza est un élégant coupé basé sur la berline Senator, elle-même dérivée des Rekord/Commodore. Ainsi, pas étonnant de retrouver un faciès commun à quelques détails près, en particulier la calandre spécifique. De profil, l’Opel Monza se démarque nettement par un empattement raccourci de 10 cm et s’offre une ligne plus aérodynamique de type hatchback comme l’appelle nos amis anglais. En clair, l’Opel Monza possède un hayon et est dotée de deux (larges) portes. La proue reprend les larges optiques de la berline Senator, mais se démarque par un becquet intégré et des formes inédites. Plus basse, plus profilée, l’Opel Monza profite pleinement de son style pour mieux fendre l’air et soigner son aérodynamique. Posé sur ses jantes Lire la suite

      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: +2 (from 2 votes)

      Lancia Gamma Coupé

      lancia-gamma-coupe-8

      Lancia Gamma Coupé
      1978 – 4 cyl. à plat 8V
      140 ch – 191 km/h
      1 285 kg

      En 1977 Lancia avec sa berline Gamma vient se mêler à la lutte des grandes routières européennes. Et comme c’est désormais la tradition maison, l’année suivante Lancia dévoile et commercialise un coupé élégant et racé. Basé sur la berline Gamma, il voit son empattement réduit de 11,5 cm. Avec un Pininfarina inspiré aux crayons, il transforme une berline aux lignes classiques mais un peu anonymes en un coupé très personnel. Les lignes sont tendues, la silhouette fine soulignée par un large pli qui barde le profil et vient même mourir entre les fines optiques arrière. La proue s’inspire du visage de la berline avec ses larges optiques rectangulaires et la calandre Lancia. Seule faute de goût, des porte-à-faux imposants, notamment à l’avant, en raison de l’implantation de la mécanique. Elégante, la Lancia Gamma Coupé vient tenter de se faire une place au soleil chez les coupés haut de gamme. Mais avec son quatre cylindres, n’est-ce pas quelque peu timide face aux ténors et Lire la suite

      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 9.7/10 (7 votes cast)
      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: +4 (from 4 votes)

      Opel Monza GSE A2

      opel-monza-gse-1

      Opel Monza GSE A2
      1984 – 6 cyl. en ligne 12V
      180 ch – 215 km/h
      1 483 kg

      Présent depuis l’automne 78 en France, le coupé Monza évolue pour 1984 et prend du muscle ! L’Opel Monza GSE, c’est son nom, se présente sous une forme inchangée mais dont les traits ont été passablement modernisés, notamment la proue. Plus aérodynamique, la Monza GSE dispose désormais d’un museau plus fin et rond, adoptant au passage des clignotants blancs. Les spoilers sont plus enveloppants et peints ton carrosserie, tout comme le becquet de hayon. Elancé, et posé sur ses jantes alu de 15 pouces, l’Opel Monza GSE se muscle pour se faire remarquer au sein d’une concurrence relevée. L’Opel Monza GSE se distingue, mais la base est déjà Lire la suite

      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 10.0/10 (6 votes cast)
      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: +3 (from 5 votes)

      Honda Legend Coupé V6 KA8

      honda-legend-coupe-v6-ka8-4

      Honda Legend Coupé V6 KA8
      1992 – V6
      205 ch – 230 km/h
      1 545 kg

      Acura aux Etats-Unis, c’est sous la marque Honda que la Legend écume nos routes en berline et en coupé. Pour 1992, la Honda Legend est réactualisée pour rester dans le coup. La Legend Coupé V6 3.2 est toujours au programme avec des dimensions en hausse. Ses traits se sont adoucis pour offrir désormais une silhouette très élégante avec un équilibre dans les proportions bienvenue. Le fin museau termine sa course par une poupe assez massive mais Lire la suite

      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 10.0/10 (6 votes cast)
      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: +5 (from 5 votes)

      Peugeot 504 Coupé V6 ti

      Peugeot 504 Coupé V6 Ti (1977)

      Peugeot 504 Coupé V6 ti
      1977 – 6 cyl. en V 12V
      144 ch – 189 km/h
      1 235 kg

      Depuis 1969, la Peugeot 504 coupé véhicule l’élégance automobile selon Sochaux et Pininfarina (auteur du style). En 1974, le V6 PRV vient apporter plus de noblesse, malgré les critiques. Pour 1977, l’injection K-Jetronic remet le V6 PRV au goût du jour. La ligne reste toujours aussi belle, avec comme signe particulier un pavillon de toit tenu par des montants fins et surtout une originale lunette arrière légèrement enfoncée. Les optiques sont désormais Lire la suite

      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 9.4/10 (10 votes cast)
      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: +9 (from 9 votes)

      Renault Laguna Coupé 3.5 V6

      renault-laguna-coupe-v6-2008-3

      Renault Laguna Coupé 3.5 V6
      2008 – 6 cyl. en V 24V
      240 ch – 244 km/h
      1 522 kg

      La Renault Laguna avait pâti au fil des générations de pépins de fiabilité qui ont terni ses scores de ventes. La dernière génération (septembre 2007), corrigea le tir mais manquait cruellement d’image et d’un design saillant. Pas grave, Renault a pensé à tout avec un coupé éponyme. Doté d’un design élégant et très réussi, avec un profil ¾ AR singeant les Aston Martin V8, la Laguna Coupé 3.5 V6 se distingue par un porte-à-faux AR raccourci pour donner du dynamisme à la ligne. En haut de l’affiche, le V6 3,5 Lire la suite

      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: 9.2/10 (5 votes cast)
      VN:F [1.9.22_1171]
      Rating: +3 (from 3 votes)